La Cour des comptes ou la cour de Macky pour les comptes de Wade et Cie…Les presses du Palais frappent encore

Si vous lisez la presse de jeudi au Sénégal, vous aurez l’impression que Me Abdoulaye Wade, ancien président du Sénégal est revenu au pouvoir pour piller l’Etat. Partout c’est du Wade en photo avec des titres spectaculaire: « Pillage organisé », « La Mafia », « La Bamboula » etc…Et pourtant ces presses dites du Palais commentent à leur manière le rapport 2013 de la Cour des Comptes qui concerne aussi Macky Sall…

Le président Macky Sall est très fort pour instrumentaliser la presse. Depuis qu’il est au pouvoir, les presses du Palais prennent un malin plaisir à cacher les « bêtises » du patron et de ses ouailles. Mais lorsqu’il s’agit de ressusciter les couleuvres du régime de Wade et de les mettre en exergue, alors là, lesdites presses sont déchaînées. Et depuis hier, ces presses ont réussi à faire de la Cour des Comptes, une véritable Cour de Macky pour régler les comptes à Wade ou tout ce qui touche Wade, sa famille, ses proches et ses anciens ministres…
Le dernier rapport 2013 de la Cour des Comptes fait état de plusieurs irrégularités dans plusieurs sociétés mais aussi dans l’administration. Les magistrats ont épinglé l’ARTP, la ville de Dakar, la SIRN (Société d’investissement et de restructuration navale), l’Imprimerie nationale ainsi que 11 communes chefs-lieux de département qui auraient tordu le cou aux normes de bonne gestion des ressources publiques. Et les magistrats ont mis l’accent sur les « mécomptes du régime de Macky Sall » en faisant état de « communes dans l’illégalité, des boursiers non répertoriés parmi les étudiants inscrits et des avantages indus octroyés à des PCA ».
Mais les journaux du Palais ont mis dans les tiroirs tout ce qui concerne Macky et le scandale des milliards payés à des étudiants fictifs pour se concentrer sur l’Artp et Wade. Partout on pouvait lire que Pape Samba Mboup alors Ministre, Chef de Cabinet du Président de la République, a perçu sous forme de contribution au pèlerinage à la Mecque un montant de 36 800 000 FCFA. Ou encore Cheikh Tidiane Sy, alors ministre de l’Intérieur, a fait décaisser à l’ARTP, la somme de 321 273 415 FCFA pour régler une facture à la société Y.T.S. Systems LTD établi en Savion, en Israël.
Mais ces affaires ne sont rien à côté des scandales du régime de Macky qui font la moitié du rapport de la Cour des Comptes. Et sans compter aussi le scandale du Ministre Délégué auprès du Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance, Chargé de la Microfinance et de l’Economie solidaire, Moustapha Diop qui a éconduit et renvoyé les magistrats de la Cour des Comptes. Et ça, les presses du Palais ont tout enterré alors que le Président de la république s’est excusé auprès des magistrats. Et quand un président s’excuse pour les « bêtises » d’un ministre, ce dernier doit automatiquement démissionner ou être démis de ses fonctions…
Mais les presses du Palais ont fait fi de tous ses scandales du Macky pour faire les comptes de Wade, de Mboup, de Cheikh Tidiane Sy
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com

1 Comment

  1. Un exemple de haute trahison de Macky Sall;
    – Suppression du décret de taxation des appels entrants qui faisait une rentrée de 73 milliards par an pour le Sénégal. Suppression qui fait gagner à la France, via France Telecom, les mêmes 73 milliards par an. Et le même Macky qui court en France, entre deux tours d’élections, pour emprunter à Sarkozy à qui il vient de donner 73 milliards par an, un prêt dit budgétaire de 80 milliards.
    Un exemple de non fonctionnement de l’Assemblée Nationale.
    C’est à se demander si l’Assemblée nationale sénégalaise connait son rôle.
    En Décembre 2012, et à la suite du conseil des ministres délocalisé à Kaolack et des promesses et engagements de Macky Sall, l’Assemblée Nationale vote le budget du ministre de la pêche, avec une hausse de 216 milliards dits pour le lancement des travaux du Port de Kaolack. Le président Macky s’était engagé à faire les travaux, lesquels travaux sont aussitôt budgétisés pour 2013, l’Assemblée nationale vote le budget. Et le ministre de la pêche ( Pape Diouf ) annonce les travaux en début 2013.
    La preuve ici : tinyurl.com/mk5j5cj
    Nous sommes en 2015. Il n’y a encore aucun début de chantier dans le port de Kaolack. La même Assemblée Nationale a voté deux autres budgets pour le même ministère de la pêche sans jamais se préoccuper de ce qui a été fait des milliards qu’elle avait voté en 2012.
    Pis, on vient de vivre plus d’une semaine de gavage médiatique sur les rapport des IGE et Cour des Comptes sur les gestions de 2013. Et nul part ces augustes institutions n’ont fait allusion à ce budget consommé en totale détournement.

Les commentaires sont fermés.