La chute de Lamine Diack…Abandonné par tous, il veut éviter la prison loin du Sénégal

Lamine Diack : l’inexorable chute d’un mythe

Un patriarche avide de gloire tombé de son piédestal, oublié de ses courtisans, entrant dans l’Histoire par la petite porte ; poussé par un fils indigne lié à l’une des plus prestigieuses familles de ce pays auquel il a donné la honte. Une fratrie, cupides maitres-chanteurs coupables de délit d’abus de faiblesse abandonnant lâchement leur vieux pater gâteux aux mains d’une justice à cheval sur la reddition des comptes.

Voilà la tragi-comique histoire d’un pauvre homme sans qualités qui aura voulu vivre un destin héroïque. L’exemplarité ne s’acquière pas quand le destin vous porte au pinacle, elle est la synthèse de votre éducation et de votre instruction, et un élément essentiel couplé à la compétence qui permet d’arriver à l’excellence : c’est par là que l’on devient un modèle, une référence. Tout ce que Lamine DIACK n’aura pas été capable d’être.

Il aura en conséquence raté jusqu’à l’éducation de ses enfants, devenus par la force de l’appât du gain facile des petits voyous. Des truands. Des maitres chanteurs encensés par le chanteur circonstanciel, viralement opportuniste, notre Youssou Ndour national.

Ceux qui doutaient de sa culpabilité et lui manifestaient leur solidarité agissante sont maintenant édifiés, d’autant plus qu’il cherche dorénavant à négocier une caution moins élevée pour s’éviter un séjour carcéral inconfortable : qu’ils se cotisent donc pour qu’il réunisse la somme exigée!

Il en est ainsi de tous ces hommes par qui le scandale arrive et contre lesquels tous les citoyens épris de justice  persiflent, pour exprimer leur frustration de ne pouvoir  obtenir que les institutions judiciaires se penchent sur ce scandale, au lieu, à l’exemple de l’OFNAC d’aller s’occuper d’emprisonner un petit chef de services des mines à Louga.

Cissé Kane NDAO

Président de l’AD.E.Rndo

1 Comment

  1. Dés lors que « le nom de Macky n’est pas prononcé » et que Massata Diack a été retenu au Sénégal, pour qu’il n’aille pas faire la gaffe de prononcer ce sacré nom, le sort de Lamine Diack semble rester son affaire personnelle. On peut envoyer dare-dare un journaliste à son chevet en France pour obtenir les mots « Non j’ai pas cité Macky », mais après, on ne lui enverra pas un seul sandwich. Et puis, d’ailleurs, il devait le savoir au moment où il distribuait de l’argent de dopage pour le combat contre Wade: quand un membre d’une camorra est grillé, la principale chose qu’on attend de lui est qu’il n’entraîne pas les autres dans sa chute. Et dans ce cadre, jusque là il est excellent.

Les commentaires sont fermés.