Khalifa Sall ne lâche pas l’Etat…Il remet son emprunt de 20 milliards

Revoilà Khalifa Sall et son emprunt obligataire de 20 milliards. Il persiste et signe malgré le fait que l’Etat lui ait empêché de contracter cet emprunt qui lui aurait permis de transformer la capitale et d’être autonome sur le plan financier.

Le maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall, considère que l’emprunt obligataire constitue une «voir révolutionnaire» dans laquelle les collectivités locales africaines doivent «s’engouffrer», afin de régler les problèmes financiers auxquels elles font face dans la réalisation de leurs objectifs.

«Nous avons tous admis que nos ressources traditionnelles ne nous permettront jamais de nous prendre en charge. Le bond de l’emprunt est un moyen. C’est une voie. Et la bonne qui va permettre aux collectivités locales d’initier les emprunts», a-t-il dit lors du forum sur «Les obligations municipales africaines» organisé aujourd’hui à Dakar.

Cité par l’Agence presse sénégalaise (APS), le socialiste a souligné que la plupart des villes vivent d’impôts et de taxes. «Et, puisque les compétences qui leur sont dévolues sont transférées par l’Etat, elles sont obligées de chercher des financements ailleurs», a-t-il fait observer. D’après lui, pour faire des investissements lourds et dans la durée, les banques et les guichets des institutions financières ne sont pas les «meilleures sources».

«Il reste une dernière opportunité: l’emprunt obligataire. C’est un nouveau jalon, une nouveauté pour l’Afrique de l’Ouest mais une longue pratique dans le monde», a-t-il indiqué.

Sarah Dramé pour xibaaru.com

1 Comment

Les commentaires sont fermés.