Qui l’eut cru ? Le tout puissant Parti démocratique sénégalais, qui se targue d’être la première force de l’opposition, en est réduit au suivisme. L’on ne sait pas si Me Abdoulaye Wade avait l’intention de confier sa formation politique à Oumar Sarr jusqu’au retour de Karim Wade aux affaires ou s’il croyait réellement que le maire de Dagana était à la hauteur. Quoi qu’il en soit, au rythme où vont les choses, on peut dire sans risque de se tromper que les libéraux courent à leur perte.

Depuis qu’ils ont goûté à la prison pour offense au chef de l’Etat, des responsables comme Bara Gaye, Abdoul Aziz Diop, Toussaint Manga, El Hadj Amadou Sall, Amina Sakho, Mamadou Lamine Massaly, entre autres, se sont fait très discrets. On entend rarement Babacar Gaye, le porte-parole, et guère plus Mayoro Faye, le chargé de la Communication. Même Abdoulaye Mbaye Pekh qui faisait partie des gens qui assuraient l’animation a, semble-t-il, pris ses distances. Le Comité directeur, qui était l’un des rendez-vous phares de la vie du parti, se réunit de moins en moins.

Outre le mutisme de ces responsables, il y a les frustrés comme Farba Senghor, Aïda Mbodj, Pape Samba Mboup, Me Madické Niang, qui serait d’ailleurs pressenti pour diriger une liste personnelle pour les Législatives à Touba, etc. Ces derniers digèrent mal que le parti soit en totale inaction. En réponse, Oumar Sarr a organisé une tournée dans le sud sans les impliquer. Il est d’ailleurs difficile de citer les responsables qui accompagnent le Coordonnateur national du Pds à ce périple. Pendant ce temps, Wade qui s’illustrait par ses appels à la révolte, à la marche, aux manifestations s’est tu depuis la sortie de son fils de prison, donnant ainsi raison à ceux qui disaient qu’il s’agitait juste pour faire libérer Karim Wade.

Un tableau pas très reluisant pour un parti qui se veut la première force de l’opposition. Même si les marches ne sont pas couronnées de succès, penser à mobiliser les militants, leur donner de l’espoir, les rassurer, faire quelque chose de concret sur le terrain et dans l’unité, serait salutaire pour le Pds.

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Comment un ancien communiste peut gérer un parti libéral ? Seul Wade peut répondre à cette question.

Comments are closed.