Il faut laisser voyager Omar Sarr…Et ceux qui ne sont pas inquiétés par la Justice

Quatre organisations de défense de droits de l’homme volent au secours d’Oumar Sarr, Coordonnateur du PDS. La Ligue Sénégalaise des droits humains (Lsdh), Amnesty International/Sénégal, la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho) et Article 19/Afrique de l’Ouest appellent les autorités sénégalaises à «lever immédiatement la mesure d’interdiction de sortie du territoire national qui pèse sur Oumar Sarr et tous autres citoyens dans la même situation». Me Assane Dioma Ndiaye de la Lsdh, Aboubacry Mbodj de la Raddho, Seydi Gassama d’Ai/Sn et Fatou Jagne Senghor d’Article 19 soulignent qu’«à ce jour, aucune décision judiciaire soutenant une telle mesure n’a été notifiée à l’intéressé».
Ajoutant qu’«aucune procédure judiciaire n’est non plus ouverte à son encontre», ces droits-de-l’hommistes estiment qu’«il s’agit par conséquent d’une interdiction de sortie du territoire purement administrative qu’aucun texte de notre droit positif ne peut autoriser ni légitimer». Ils insistent pour dire qu’«elle viole les dispositions de traités régionaux et internationaux dont le Sénégal est partie notamment la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques)». Ils rappellent en outre que «la Cour de justice de la Cedeao a déjà jugé une telle mesure illégale et attentatoire aux droits fondamentaux des intéressés».