Idy traité de nain partout…Nian et taille et…Nain en vertus

Idrissa SECK, le nain de taille et de vertus humaines.

Si le civisme s’étiole, la démocratie s’étiole, le développement ralentit.  « L’honnêteté n’est pas un habit des dimanches, mais un vêtement de tous les jours. » (Tristan Bernard). Pour les dirigeants du Rewmi, si le « MOI » est haïssable, aimer son prochain comme soi-même devient une atroce affaire et les rend malhonnêtes. Le voyageur en retard du 4ème train de 2012, obnubilé par le collier du gardien de la constitution, avec sa meute d’ignares, mène un combat politique avec déraison et sans chasteté, sans retenue ni conscience. Ils accusent et récusent, croyant qu’il faut toujours parler pour ne pas se perdre.

Savoir se fier à l’autorité est une qualité rare, et qui marque autant un esprit élevé au-dessus du commun. Jamais on n’a entendu Monsieur Idrissa SECK appeler son Excellence le Président Macky SALL par le sobriquet que lui a donné le peuple sénégalais : « Président ». La volonté divine est plus forte que nos désirs ardents, pourtant son Excellence le Président SALL le dit si bien en des occasions : « FAGN NA NGOR WAGUE TAKH ROOGG A DEB NA KHOLOUM…» A beau haïr Ngor, ceci n’empêche que la pluie de Dieu ne s’abatte dans son jardin. Tant qu’augmente la haine, la pluie  devient plus abondante.

Vouloir s’imposer à ses concitoyens par la violence verbale est odieuse pour un homme qui aspire à diriger un Etat. Une violence qui se base sur des jugements de valeur ou sur la légitimation d’attaques verbales rancunières en chaque occasion, n’agite pas l’esprit des sénégalais qui savent bien discerner la haine qui consume « Ndamal Cayor », le nain. Ce nain de taille et de vertus humaines de par ses emportements nous fait découvrir que son esprit, sa personnalité, sa dignité, sa foi sont limités tout comme sa petite taille. « Idy4 Président », je suis né pour être président, il faut être très limité d’esprit et de vertus humaines pour le servir aux sénégalais pour la plupart croyants. Aucune modestie, aucune humilité en l’homme qui aspire à diriger le Sénégal.

Le langage ordurier de Monsieur SECK en chaque occasion est bien froid, sans saveur ni odeur de bien pour quiconque pétri de bonne foi.  Au lieu de donner matière à de bonnes pratiques politiques en tant que chef de parti, Monsieur SECK se livre toujours à des calomnies avec une passion haineuse envers le régime en place. Mais comme il faut toujours que  les grands esprits soient attaqués par les petits esprits, nous comprenons les attaques de Monsieur SECK, le nain de taille et d’esprit, le rusé sans principes politiques, arrogant et combien malhonnête. Wade qui lui a tout donné en a pris pour son grade quand il le traitait d’ancien spermatozoïde et de futur cadavre et le récit pitoyable des CD 1 et 2 ( Lui et Moi).

« Les indifférents et malhonnêtes personnages ont un empressement  à être tracassiers au nom de la morale et nuisibles par zèle pour la vertu à la société ». La fausse dévotion pour se prévaloir sur l’échiquier politique n’est plus en vogue en ces temps; il faut prouver d’abord sur le terrain politique avant de nous demander nos suffrages. Nous serons en phase d’avec un programme de société plus performant que le PSE, non d’avec des calomnies basées sur de la diffamation ou le refus de voir le soleil en plein jour. Toutes les réalisations de son Excellence le Président SALL sont palpables, mesurables et observables. Le Président SALL a la répugnance à même ouvrir la bouche pour dire du mal envers son prochain. Durant toute sa belle carrière politique, on ne lui colle que du beau, du juste, du bon dans un silence que seule une bonne éducation offre. Un silence de raison, de repentir, de regret et de rectification à tous ceux qui l’attaquent. Dieu ne se trompe pas, les illusions de la bonté et de la rectitude purifient le Cœur et déclenchent en l’homme l’honnêteté, la dignité, l’amour et la raison dans la CONSCIENCE.

Depuis la libération de Karim WADE, Mr. SECK et ses sous-lieutenants avec une fausse dignité s’offensent le peuple sénégalais par un désordre médiatique en tirant sur tout ce qui bouge. Le bruit, leurs propos et les objets qui y sont relatés échauffent insensiblement nos cœurs, nos esprits et notre intelligence.  » La gloire de pardonner à un ennemi vaut mieux l’honneur de le punir pour toujours« . Les sarcasmes jaloux et rancuniers cherchent à savoir pourquoi pardonner, comment pardonner, quand pardonner, où pardonner? Pourtant et pourtant, ils voudraient que Dieu leur pardonne leurs péchés de tous les jours à l’instant qu’ils l’ont même commis. Le président de la république a les prérogatives que lui confère la Constitution pour gracier un détenu ayant purgé la moitié de sa peine quel que soit le délit.

Aimons nos Institutions sous lesquelles le ciel nous a fait naître au lieu de chercher à longueur de temps à les souiller sans aucune raison valable. Les respecter et les honorer, c’est se respecter et s’honorer en même temps.

 

Malick Wade Gueye, Coordonnateur de Section APR/Almeria /Espagne.