Idrissa Seck est-il devenu le nouveau chef de l’opposition ? Ses déclarations donnent de la fièvre au pouvoir

Le jeu politique sénégalais, se dessine et se redessine au fur et à mesure que l’on s’approche, sans savoir quand, des échéances électorales. Avec le retrait irréversible d’Abdoulaye Wade, maître de la politique au Sénégal, le jeu est ouvert. En mal de trouver un remplaçant de la dimension de Wade, le parti démocratique sénégalais (PDS) est en train de perdre son statut de principal parti de l’opposition si on considère les actions sur le terrain en plus d’avoir perdu le contrôle de son groupe parlementaire au profit du joker Fada. Le constat est là, le parti socialiste (PS) et l’alliance des forces du progrès (AFP) sont des Wagons du train marron qui a quitté Fatick pour le palais, alors que le grand parti de Gakou est encore en train de grandir. Bokk Gis Gis de Pape Diop peine à voir plus clair. Deux hommes politiques tirent leur épingle du jeu. Ils sont tous moins bavards mais avec des stratégies différentes. Il s’agit d’Abdoulaye Baldé de l’UCS et d’Idrissa Seck, Président de Rewmi. Baldé tisse sa toile lentement mais sûrement et gagne en confiance. Il est fort chez lui, à l’étranger et bénéficie encore du respect et de l’estime de ses anciens frères du PDS. Certains pensent même qu’il pourrait être le plan B de l’opposition sans Karim Wade. A l’opposé de Baldé, Idy ne fait pas trop dans la massification de son parti en dehors de la tournée nationale silencieuse qu’il a effectué en 2015. Mais Idrissa Seck connait tellement Macky qu’il reste quand même dangereux et une menace évidente pour le régime actuel. Il sait exploiter les failles de Macky et sait taper là où ça fait mal et quand il le faut. Il suffit qu’Idy ouvre la bouche pour que les bambins de Macky occupent les médias pour répliquer. Désormais, quand le PDS parle, le régime se marre et le parti de Wade a tellement montré de maladresse que personne ne l’écoute. Cependant, Idy doit se laver de la tâche noire qui couvre son parcours politique. Les sénégalais ont encore en mémoire son jeu de yoyo avec son ancien père spirituel. Son fameux « Lui et Moi » où il avait enregistré Wade à son insu.
L.Badiane pour xibaaru.com

1 Comment

  1. JOTAY.NET

    Accueil / Appels / AUDIENCE AVEC L’OPPOSITION HIER : Paganon défend le pouvoir et attaque l’opposition

    AUDIENCE AVEC L’OPPOSITION HIER : Paganon défend le pouvoir et attaque l’opposition
    APPELS 15 décembre 2015 , par Journaliste Aucun commentaire sur AUDIENCE AVEC L’OPPOSITION HIER : Paganon défend le pouvoir et attaque l’opposition

    Hier, «Jotay.net» révélait en exclusivité l’audience entre l’op7693981-11900751 (1)position regroupée autour du C20 et l’ambassadeur de France au Sénégal Jean Felix Paganon après plusieurs péripéties. Mais s’ils savaient que la rencontre allait avoir cette tournure, Mamadou Diop Decroix et ses camarades de l’opposition n’allaient jamais mettre les pieds à l’ambassade. Entre défense du pouvoir, critique de l’opposition et snobisme, Paganon s’est barricadé dans ses certitudes et n’a rien voulu entendre.

    «Une délégation du Cadre de Concertation de l’Opposition (C2O) a rencontré ce jour 14 décembre l’ambassadeur de France. Au cours de cette rencontre la délégation du C2O a abordé avec l’ambassadeur de France des questions relatives au fonctionnement des institutions de la République, notamment l’Assemblée nationale ; aux libertés publiques, notamment les manifestations pacifiques de l’opposition, les restrictions apportées à la liberté d’aller et de venir de certains responsables de partis, y compris de députés à l’Assemblée nationale, et les arrestations et longues détentions sans jugement de responsables de partis d’opposition ; au processus électoral».

    Ce communiqué très diplomatique envoyé aux rédactions par les leaders de l’opposition ne reflète en rien la manière dont l’audience s’est en réalité déroulée. Jean Félix Paganon, flanqué de deux de ses collaborateurs s’est comporté en vérité comme un véritable colon face à Mamadou Diop Decroix (Aj/Pads); Oumar Sarr, Aida Mbodj et Me ElHadj Amadou Sall (Pds), Nicole Gackou (Ucs), Fatoumata Gassama (Fsd/Bj), Bocar Sédikh Kane (Bok Gis Gis), Déthié Fall (Rewmi).

    C’est Mamadou Diop Decroix qui a ouvert le bal en exposant les raisons de leur visite(situation nationale, libertés publiques, processus électoral notamment). Contre toute attente, Paganon prend la parole pour leur dire qu’il ne voit pas de raison pour que la France intervienne dans un débat intérieur au Sénégal d’autant que les institutions fonctionnent et que tout va bien. Les nombreuses interventions de l’opposition pour lui faire entendre raison n’y ont rien fait. Paganon est resté campé sur ses positions durant toute la rencontre.

    Paganon : «tout est normal, le pouvoir gouverne, l’opposition crie partout…»

    A propos de la situation du pays, Paganon n’a pas non plus la même lecture que l’opposition. Pour lui, tout se passe normalement dans le pays. Le pouvoir est en en train de faire son travail et l’opposition est en train de crier partout que les choses ne vont pas.

    Paganon et les autres ambassadeurs

    Cette position de Paganon n’a pas plu aux opposants de Macky Sall. D’autant plus que partout où ils sont partis, ils ont été reçus avec respect et considération. Que ce soit à la représentation de l’Union européenne ou à l’ambassade des Etats Unis, partout ils ont été écoutés religieusement, des questions leur ont été posées et leur interlocuteur a été courtois et respectueux envers eux. Ceux avec qui «Jotay» a eu à s’entretenirne reviennent toujours pas de l’attitude inqualifiable de l’ambassadeur de France, mais aussi de son manque de tenue et de retenue.

    Cheikh Oumar NDAW

Les commentaires sont fermés.