Fête de l’ascension ce jeudi…Montée du Christ au ciel : mythe ou réalité ?

Les chrétiens du monde célèbrent cette fête toujours un jeudi, soit 40 jours après celui de la Résurrection du Christ. Elle donne lieu à une messe solennelle où la couleur des ornements liturgiques est le blanc.
L’ascension est une fête chrétienne commémorée quarante jours après Pâques. Elle se fête toujours un jeudi entre fin avril et le 3 juin inclus pour le calendrier grégorien
L’ascension est une fête de la tradition chrétienne, elle retrace l’élévation au ciel de Jésus Christ. La célébration de l’ascension remonte à la fin du IVe siècle, elle est parfois fêtée simultanément avec la Pentecôte jusqu’au Ve siècle. À partir de 511, la fête de l’Ascension fut précédée en Europe par les trois jours des Rogations, qui devinrent facultatifs dans le culte catholique après Vatican II. C’est une fête mobile dont la date est fonction du calcul de la date de Pâques et est donc généralement différente entre le calendrier liturgique catholique et le calendrier liturgique orthodoxe. D’après l’évangéliste Luc, l’Ascension se produit à Béthanie, le village où habitaient les amis de Jésus, Marthe, Marie et Lazare, et où Jésus a ressuscité Lazare. C’est également dans ce village qu’aurait été baptisé Jésus. Une tradition la situe au sommet du Mont des Oliviers où une église a été édifiée autour de la pierre, la pierre qui recèlerait la dernière empreinte du pied de Jésus sur terre avant son ascension vers les cieux. L’Ascension du Seigneur désigne pour les chrétiens le moment où Jésus a été élevé au ciel, après avoir été mis sur la croix. Présent dans le Nouveau Testament, l’Ascension est un terme que l’on trouve dans la mythologie gréco-romaine (Hercule, Romulus) : monter aux cieux, c’est symboliquement rejoindre le domaine divin.
Père Anaclet Lisboa de l’Eglise Catholique
« L’humanité se retrouve désormais en Dieu à travers le mystère de l’Ascension »
Qu’est-ce que l’ascension ?
L’ascension est la montée du seigneur Jésus-Christ vers le Ciel. C’est la définition la plus banale du catéchisme. Mais si on va plus loin, on peut dire que plus qu’une simple montée, c’est un mystère. Et quand on parle de mystère dans l’Eglise, ce n’est pas ce qu’on ne comprend pas du tout, mais ce qu’on ne finit jamais de comprendre. Tous les jours, Dieu nous permet de découvrir un aspect de ce mystère- là. Mais toujours est-il que ça reste à découvrir. C’est dans cette quête perpétuelle qu’on est quand on parle du mystère dans l’Eglise. Donc, l’Ascension est un mystère. Et on parle de mystère de l’Ascension parce que Jésus-Christ, à la naissance, au mystère de l’incarnation s’est fait homme, c’est-à-dire en la personne de Jésus-Christ, c’est le verbe de Dieu, fils de Dieu, qui s’est fait homme. Il a pris notre humanité et après l’accomplissement de sa mission, sa passion, sa mort, sa résurrection, il est reparti en Dieu. Cela veut dire qu’à partir de ce moment, l’humanité se retrouve désormais en Dieu ; la nature humaine fait désormais corps avec la nature divine. C’est pour cela que l’intelligence humaine, à elle seule, ne peut pas comprendre cela. Et là où nous sommes, l’homme se retrouve en Dieu. L’humanité que nous partageons, vous et moi, se retrouve désormais en Dieu à travers le mystère de l’Ascension.
D’aucuns diront plutôt que l’ascension est un mythe. Qu’en pensez-vous ?
Quand nous parlons de la parole de dieu, quand nous parlons de mystère de l’Eglise, il n’y a pas de mythe. Ce sont des événements historiques, contenus dans la parole de Dieu, c’est-à-dire dans les évangiles. C’est des faits vécus qui nous ont été rapportés. Ce n’est donc pas de l’imagination. L’épisode du mystère de l’Ascension nous est rapporté par l’apôtre Saint Luc dans le livre des actes des apôtres. Et c’est un des extraits de ce livre que nous allons lire ce jour-là : Actes 1/ 1-12. Quand Jésus-Christ est ressuscité et est apparu à ses disciples, il a commencé par les préparer pour son départ, je ne dirai pas définitif, mais pour cette absence à leurs yeux. II leur dit : « C’est de votre intérêt que je m’en aille vers le père. Mais, croyez-moi, quand je serai parti, je vous enverrai l’Esprit Saint ». J’ouvre une petite parenthèse pour dire que l’Ascension prépare déjà la fête de Pentecôte. On ne peut parler de l’Ascension sans parler de la Pentecôte. « Croyez-moi, je ne vous laisserai pas seuls. Je vous enverrai un défenseur qui sera l’Esprit Saint, l’esprit de force. Et lui, il pourra continuer le travail avec vous, vous révéler, vous enseigner tout ce que je ne vous ai pas encore dit ». Après ces derniers mots, le Christ est monté dans une nuée et a disparu sous leur regard. Et, ils étaient encore là à contempler le ciel quand deux hommes vertus de blanc, sont venus leur demander : « Pourquoi vous êtes là à regarder le ciel ? Jésus-Christ, fils de l’Homme que vous contemplez est rentré dans l’éternité du Père. Il est désormais assis à la droite du Père ». C’est là que les apôtres ont compris tout le sens de ce départ qui avait été annoncé. Donc, ce n’est pas un mythe. C’est un fait historique qui demeure un mystère pour nous.
Alors, quelle place occupe l’ascension dans la foi chrétienne ?
Le mystère de l’Ascension dans la foi de l’Eglise est très important. On peut donner plusieurs explications à cela. Mais ce qui me vient d’abord à l’esprit, en contemplant ces mystères-là, c’est que Dieu attend de l’homme, un amour sans faille. Je vais vous l’expliquer. Quand vous aimez quelqu’un et que vous êtes avec lui, son absence provoque en vous une certaine soif à telle enseigne que si cette personne n’est plus là, vous sentez un certain manque en vous. Quand le christ était avec ses disciples : ‘’voilà, oui le maître est là, on est souvent plus rassuré’’, et il y a certains combats qu’on pouvait faire en ayant en arrière-fond le seigneur. Il y a ces épisodes dans la bible où, ils ont été obligés de recourir à la présence du Christ. Donc, l’absence apparente du mystère de Dieu dans l’ascension, apparente parce que christ a disparus sous leur regard mais demeure présent ; cette absence doit amener les disciples à désirer la présence de Dieu. C’est ce désir qu’ils doivent creuser dans leurs cœurs, l’amour de Dieu. Alors, je peux dire que la fête de l’ascension nous invite tous, surtout ceux qui croient en Dieu, à désirer l’amour de Dieu de tout notre cœur.
Quelle espérance pour le Chrétien ?
C’est lui-même qui l’a dit : ‘’ c’est dans votre intérêt que je m’en aille, pour que le père vous envoie l’esprit saint’’. J’ai dit tout à l’heure que s’il n’était pas monté, l’Esprit Saint ne serait pas là et nous savons ce que l’Esprit est venu faire, tout ce qu’il a fait dans l’Eglise. Ce n’est pas encore la pentecôte, mais la peur dans laquelle les disciples étaient après la mort du Christ pour proclamer la bonne nouvelle, il a fallu la descente de cet Esprit sur eux, pour qu’ils retrouvent toutes leurs forces pour annoncer la bonne nouvelle de la résurrection. L’autre chose, au-delà de l’envoi de l’Esprit Saint, le Christ a dit à ses disciples : ‘’ Il y a assez de places dans la maison du père. Je m’en vais les préparer pour vous. Et là où je suis, vous y serez également’’. Donc, il est parti non pas seulement pour envoyer l’Esprit Saint mais également pour nous préparer la place dans la maison de notre père à tous : Dieu. C’est une très grande fête pour l’église et pour tout chrétien qui croit. S’il y a des recommandations, elles sont tirées d’abord du mystère lui-même et des textes de ce jour. Et, je dirai que la fête de l’ascension doit être vécue avec beaucoup de ferveur, beaucoup de dévotion et de spiritualité. Pourquoi parle-t-on de spiritualité ? Si nous disons que nous sommes des chrétiens et tous les jours nous allons à la messe et nous vivons notre foi, nous attendons sûrement quelque chose. Nous espérons la vie éternelle, nous ne faisons pas tout pour la forme. Moi, je suis au service de Dieu et je fais cela parce que je désire aller au ciel. C’est de la même manière que tout chrétien qui vit sa foi de manière authentique, cherche le ciel, cherche à contempler Dieu une fois qu’il aura terminé le pèlerinage sur la terre. Alors, ce mystère qui est fondamental et qui fait partie de notre foi doit être vécu dans ce sens-là. Ça révèle l’amour que Dieu a pour les hommes. Si Jésus-Christ n’aimait pas les hommes, il n’allait pas dire nous devancer pour aller préparer une place auprès du père. C’est aussi une fête d’espérance et tout chrétien doit la vivre dans cet esprit-là.
Un appel aux chrétiens
Chaque fête est une grâce que le seigneur nous donne, en particulier la fête de l’amour, en ce sens que Dieu nous a aimés le premier et il faut que nous l’aimions en retour. Cela ne signifie pas qu’il faut dire chaque jour, seigneur je t’aime. Notre expression de cet amour, doit être celui que nous avons les uns pour les autres. Car le commandement fondamental que le christ nous a donné est, aimez Dieu, aimez le prochain. Je crois que notre société, notre humanité fait peu d’effort sur ce point-là. Nous nous aimons très peu. Si chacun pouvait s’efforcer à garder l’autre dans son cœur, il y aura moins de souffrance. C’est l’appel que j’ai à lancer à tous les chrétiens et aux personnes de bonne volonté. Je les invite à creuser davantage dans leur cœur le désir de Dieu et l’amour pour le prochain.
Martin Sègbèdé, diacre de l’église Pentecôte
« Cherchons à monter spirituellement comme Christ… »
N’est-ce pas un mythe que de parler de la montée d’un être vers le ciel ?
La bible n’est pas un document comme les autres. Au commencement était la parole, la parole était avec Dieu. Il est écrit dans le livre de Jean : « au commencement était la parole, la parole était Dieu et elle était avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle et rien de ce qui a été fait n’a été fait sans elle ». Dieu a créé toutes choses par la parole et je ne peux pas dire que la parole de Dieu est un mythe, la parole est vérité. Si d’autres personnes prennent leurs idoles ou leurs fétiches ou quelque support pour leur puissance, pour moi, la parole de Dieu est une puissance.
Quelles sont les recommandations de l’église Pentecôte à l’approche de cette fête ?
Le message, c’est la montée du Christ au le ciel. Et si le Christ revenait, est-ce que nous pourrions monter au ciel avec lui ? C’est là la grande question. Si Jésus Christ revenait pour choisir ses élus, ceux-là qu’il a rachetés au prix de son sang, combien de fidèles trouvera-t-il ? Si le Christ revient aujourd’hui, de la même manière où il est monté ; si la trompette sonne, et si les écluses des cieux s’ouvrent et qu’il apparaît avec les anges pour ramener ceux ou celles qui sont à lui, est-ce que nous serions parmi ceux-là ? Donc, nous exhortons les chrétiens à être prêts à tout moment, à mener une vie de sanctification. C’est une recommandation au peuple de Dieu. Aux frères qui sont dehors, aujourd’hui des païens, nous les appelons à laisser leur cœur à Jésus-Christ. Il dit, je suis à la porte et je frappe, quiconque m’ouvre la porte, je rentrerai. La parole de Dieu est annoncée à ceux-là pour qu’ils puissent donner leur vie à Jésus Christ.
Quelle est la dimension spirituelle que revêt la fête de l’ascension ?
Si je prends la définition de l’ascension, c’est l’action de monter ou de s’élever. Le Christ est aujourd’hui assis à la droite du père, mais avant, il a connu une certaine maturité spirituelle. Dieu l’a utilisé pour accomplir l’œuvre du salut pour nous. Et, si nous voulons mériter une place au ciel, nous devons aussi connaître une croissance spirituelle.
Comment célébrez-vous cette fête dans l’Eglise pentecôte ?
C’est une grande fête. Si le Christ ne montait pas au le ciel, il allait bloquer une grâce pour nous. Il fallait qu’il monte au ciel afin que de n’importe où, nous puissions invoquer Dieu en son nom, avec la puissance du Saint Esprit. On n’a plus besoin d’aller à Jérusalem pour parler au Christ. Il est monté au ciel pour que nous puissions recevoir la promesse tant attendue, qui est la plénitude du Saint Esprit. C’est avec beaucoup de joie et d’espérance que nous fêtons cela. Nous dirigeons nos prières vers l’attente de la puissance divine qu’est le saint esprit.
Un appel aux fidèles ?
A tous les chrétiens et chrétiennes, je dirai que le Christ nous demande de rester regroupés et de prier pour recevoir la promesse tant attendue. Il nous dit dans la bible qu’il part afin que nous vienne le saint esprit qui est le consolateur, le guérisseur… J’exhorte mes frères et sœurs à croître spirituellement, à rejeter le péché, à devenir des chrétiens matures et à s’enraciner dans la parole de Dieu. Cherchons à monter spirituellement comme Christ est monté spirituellement, afin qu’à son retour, il puisse nous recevoir.