Entretien avec avec Lansana Goudiaby du MFDC/France : « Il faut que les Casamançais se sentent vraiment sénégalais » (Part 1)

Lansana Goudiaby qui se présente comme le secrétaire général du mouvement des forces démocratiques de Casamance de France et des sections européennes s’est entretenu avec xibaaru.com sur la situation de la Casamance et des questions nationales. Sans langue de bois, l’homme s’est lâché comme il peut pour donner son avis.
1ère partie
Xibaaru : Vous êtes en France, comment vivez l’actualité loin de vos origines ?
Lansana Goudiaby : A la faveur de la convention de Genève, j’ai bénéficié du statut de réfugié politique en France et je vis ici avec ma famille. Mais je suis de près ce qui se passe chez moi avec beaucoup d’intérêts et quelques fois avec beaucoup de regret.
Xibaaru : Vous regretté quoi par exemple ?
L.Goudiaby : je déplore le manque d’unité des fils de la Casamance. On ne parle pas de la même voix pour des questions qui intéressent les préoccupations des populations de la région. Pire encore, j’entends des gens qui veulent marcher de la Casamance à Dakar pour des questions politiciennes ou pour demander la libération d’un détenu politique mais on n’a jamais entendu parler d’une marche jusqu’à Dakar pour réclamer l’ouverture de négociations sérieuses entre l’état du Sénégal et le MFDC pour le retour de la paix définitive. Y a-t-il quelque chose de plus primordiale que la paix ? Il faut que tout le monde se batte pour la paix et cela doit être la priorité de tous les casamançais dans l’unité.
Xibaaru : Vous avez créé une association, comment s’appelle-t-elle et quel est son but ?
L.Goudiaby : C’est l’association des fils de la Casamance pour la paix et la démocratie. Je suis convaincu que quand cette association sera internationalisée, il y aura un printemps dans la région. Nous avons constaté que les jeunes de la Casamance n’ont plus d’avenir chez eux voire au Sénégal et ils sont tentés par l’exode rural ou l’émigration clandestine. Nous voulons que cela cesse en luttant pour l’équilibre des chances.
Xibaaru : Que pensez-vous aujourd’hui de la guerre en Casamance ?
L.Goudiaby : Nous autres, nous prenons de l’âge et avec le recul, je pense que la violence ne résoudra rien, je préconise que les jeunes continuent la lutte pour l’égalité sur le plan intellectuel au niveau des assemblées pour faire valoir nos droit. Nous n’avons jamais encouragé la violence c’est pourquoi je pense que pour protéger la population, les combattants ne doivent pas sortir de leur base. Il faut faire le combat autrement pour qu’on donne à la Casamance sa vraie place. Il faut que les casamançais se sentent vraiment sénégalais par des actes et non par des promesses. Mais je répète que les casamançais doivent être unis.
Xibaaru : Malgré tout, on enregistre toujours des braquages en Casamance, pas plus tard que ce Samedi 8 Août.
L.Goudiaby : Ce sont des bandits qui se sont installés en Casamance qui font ces choses ignobles pour salir le MFDC. Ils profitent de la situation pour leurs propres intérêts. Nous ne sommes pas des bandits, c’est pourquoi quand César a retenu des otages je me suis personnellement investi pour leur libération. J’étais en contact avec César pour lui dire qu’il n’est pas question qu’on retienne des otages et j’ai parlé aussi à Robert Sagna et les autres médiateurs jusqu’à leur libération et c’est une bonne chose pour la crédibilité du mouvement.
A suivre la 2ème partie demain mercredi