Doudou Wade écrit à Macky Sall…Il insiste sur le désir du président de bâillonner le peuple…

Objet : « votre » projet de révision de la constitution

Monsieur le Président de la République

Il m’est parvenu par la presse en ligne ce dimanche 17 janvier 2016 « votre » projet de révision de la constitution.

Je ne m’attarderai sur la manière informelle de communiquer avec votre peuple sur un sujet aussi important car votre désir de le bâillonner est sans équivoque :
Il doit se taire.

De manière anonyme et anodine vous avez glissé sous le manteau ou « sous la robe » « votre » projet à quelques journalistes de votre choix.

Inutile de vous livrer une opinion, ma seule préoccupation est de savoir si c’est votre texte et s’il est écrit par votre constitutionnaliste.

Toutes mes excuses pour cette adresse publique qui est la seule voie ouverte et peut être permise.

Recevez monsieur le Président de la République l’expression de mon profond respect.
Dakar le 17 janvier 2016

Doudou WADE
Conseiller en ressources humaines
Ancien instituteur
Ancien contrôleur du travail de l’emploi et de la sécurité sociale
Ancien député du Sénégal
Ancien député du parlement de la CEDEAO
Doudou_wade@hotmail.com

1 Comment

  1. HYMNE DE GLOIRE A MON PRESIDENT
    Excellence, Président,
    Excellence, je voudrais vous chanter.
    Vous chanter des hommages de gloire pour votre parcours propre aux grands hommes d’Etat.
    Vous chanter dans la chaleur de votre courage et la douceur de votre caractère qui contiennent des vertus fascinantes.
    Onze Décembre mille neuf cent soixante et un, une nomination, une naissance, le second père, annonçant le quatrième père dans le silence des secrets du mythe des croyances aux chartes innées d’un peuple à la nostalgie de l’histoire.
    Je vous chante, Excellence, parmi les chantres qui ont marqué leurs temps par sacrifices patriotiques pour écrire l’histoire par devoirs, marquer les mémoires par droit dans l’allégresse africaine.
    Excellence, je vous nomme, Monsieur le Maire, Monsieur le Ministre, Monsieur le Président ; je chante votre parcours de combattant silencieux aux aguets des soirs et des matins de lutte dans la dignité pour la conquête des titres qui vous honorent. Des titres convoités dans le silence de la dignité, de la foi et de l’honneur avec la force d’un esprit combatif, la grandeur d’un cœur généreux et l’âme d’un être aux grâces piaculaires.
    Excellence, je vous chante à travers le cœur de la Nation qui porte votre image et nos âmes. Comme une ombre je vous élève au sommet d’une ville fière qui vous a vu naître et qui porte les empreintes de vos premiers pas : Fatick. Fatick beau coin du Sine, baignée par le bras de mer toujours consolateur, le «Mindiss». Fatick, terre de bonheur, inondée de lumières sous l’effet du brillant soleil de traite non pas Méditerranéen mais « Niodioro-palmarin.»
    Au cœur de la foi qui rythme la gloire, au cœur de la dignité qui noue l’être à la vérité, vous incarnez l’ardeur au labeur, à la lumière de vos titres qui rayonnent au sommet des honneurs de nominations et d’élections.
    Excellence, homme de devise, homme des honneurs, homme de paix, homme de valeur, homme à la vie utile au service de l’humanité, homme calme, homme croyant, homme au cœur adorant, homme au charme convaincant qui fixe le flot de ses discours aux relents du respect que guident les acclamations nourries des assemblées à la moisson des honneurs dans les salles d’Afrique, d’Asie, d’Amérique, d’Europe et d’Océanie. Oui ! Homme de vision à la civilisation universelle, maître à la patience du temps et de l’espace, gardien de la parole sage aux conseils de l’humain, pionnier de la Paix marchant vers Diamniadio. Diamniadio qui exhibe votre culte dans la foi de votre vision. Diamniadio qui célèbre la paix et la communion des générations au cœur du carrefour de l’émergence. Diamniadio la cité bénie qui arbore les drapeaux de l’amitié, de la liberté, de l’égalité et de la fraternité aux couleurs des traditions et des cultures au souffle de l’intégration de la race humaine.
    Père, frère, Excellence, je chante ta généreuse mission auprès des peuples soifs de Paix, de bonheur et de prospérité dans l’ESPOIR pour que vive l’Afrique.

Les commentaires sont fermés.