Cissé Kane Ndao de l’EFOP attaque : « le régime ment…Et Amadou Ba veut être président »

Cissé Kane Ndao revient encore à la charge ce matin contre le régime de Macky Sall. Il est le Président de l’Alliance Démocratique Pour la République (ADER) et un des membres les plus dynamiques de cette coalition politique dite Efop (Entente des forces de l’opposition)…
Dans une contribution parvenue à la rédaction de xibaaru tard dans la soirée d’hier, le leader de l’ADER n’a pas été tendre avec le régime de Macky et surtout avec l’actuel ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba…Lisez ce qui suit….

 « Le mensonge médiatique, ayant monopolisé les appréciations morales, prend la forme du bien tandis que les tentatives de le dévoiler prennent la forme de mal. Les démagogues affolés manipulent les masses en leur promettant toutes sortes de bien terrestres, » dit Alexandre Zinoviev  dans Les confessions d’un homme en trop.

Ce constat s’applique admirablement bien à Macky. Tandis que son régime bascule de plus en plus dans l’impopularité et que le ressentiment des populations se généralise et tel un raz de marée prend chaque jour plus encore d’ampleur à mesure que se délite sa coalition arrivée à saturation, Macky multiplie les annonces aussi démagogiques que grandiloquentes, et encourage et commandite des actions de diabolisation de l’opposition, au premier rang de laquelle IDY.

837 milliards pour développer les villes a-t-il annoncé péremptoirement, après avoir soutenu sans sourciller qu’il aura décaissé 1800 milliards pour les 13 régions du Sénégal, en respect des engagements pris dans le cadre de ses promenades décentralisées.

Ne parlons pas du millier de milliards promis à Dakar, à l’occasion de la dernière scène burlesque de cette promenade aux frais de la princesse, et des 20 milliards pour la réhabilitation du stade Assane Diouf, « rendu » à la jeunesse !

Depuis que Macky est au pouvoir, il promet, et expose crânement des intentions comme des réalisations concrètes sur le terrain. La radio et la télévision ne sont pas capables de miracles. Les médias sont diaboliquement efficaces pour se fabriquer une image, mais ils ne sont pour le moment pas en mesure de faire apparaitre une réalité virtuelle que l’on exposera comme réelle aux yeux de l’opinion, en un claquement de doigts, Macky. Alors il faut les contrôler, et inonder l’opinion de contrevérités accompagnées de promesses encore et encore.

Mais  « Le problème, c’est que vos mensonges sont construits sur d’autres mensonges plus anciens ! Vous mentez une fois, vous devez mentir une deuxième fois. Si vous révélez un tout petit bout de vérité, tout s’effondre. Alors vous continuez à mentir » a dit un penseur dont la réflexion cadre admirablement bien avec la réalité du régime mackyen.

Simplement, même s’il est vrai, comme le constate Paul Valery que « Le mensonge et la crédulité s’accouplent et engendrent l’Opinion », il est aussi démontré qu’« avec le mensonge on peut [certes] aller très loin, mais on ne peut jamais en revenir.» D’où la fuite en avant que nous constatons malheureusement tous.

Aujourd’hui donc, le régime mackyen est victime de ses promesses mensongères. En effet, quel est le problème sérieux figurant sur le contrat moral passé entre Macky et le peuple sénégalais, qui a été respecté ?

Les paysans sont toujours aussi fatigués, sous le régime de Macky, sinon plus encore, comme cela est consacré par l’effondrement de la filière arachidière ayant abouti à une faillite  de la SUNEOR que l’Etat essaye de couvrir, en rachetant cette entreprise.

Ce qui est loin d’être une action innocente : l’on se rappelle tous que l’on a accusé il y a quelques temps Abbas Jabber d’avoir voulu en réalité mettre la main sur le patrimoine foncier de la SUNEOR ; Aujourd’hui l’une des mesures phares annoncée par Pape Dieng, est la vente de ce patrimoine foncier de la SUNEOR !

A-t-on besoin de  vendre ce patrimoine pour procéder à la recapitalisation de la société ? NON ! Mais il était inenvisageable que ce patrimoine soit vendu et enrichisse d’autres personnes que Macky et son régime à l’époque de Jabber : l’occasion fait admirablement le larron, avec la nationalisation de la SUNEOR, à la merci donc de Macky qui a tôt fait d’y installer son vieux partenaire aux affaires exfiltré dernièrement de la SENELEC !

Est-ce cela la bonne gouvernance ? Platon disait que « La première vérité difficile à connaître est que l’art politique véritable ne doit pas se soucier du bien particulier, mais du bien général, car le bien commun assemble, le bien particulier déchire les cités, et que bien commun et bien particulier gagnent tous les deux à ce que le premier, plutôt que le second, soit solidement assuré. »

Macky et son régime qui se livrent à un pillage en règle de nos ressources, sont en train de procéder, comme le colonisateur lors du fameux congrès de Berlin, à un pillage  en règle des richesses de notre pays ! Nous assistons à un banditisme d’Etat  dans les règles de l’art,  tellement le régime mackyen est en atomes crochus avec les milieux d’affaires qui ont transformé la Présidence en comptoirs commerciaux, où chaque lobby représenté par un gourou avec le  titre pompeux de conseiller spécial veille à la défense de ses intérêts, sur le dos des populations sénégalaises : « Tant que les politiques fraieront avec des cols blancs manipulateurs, nul ne combattra réellement leur délinquance ou leurs combines cyniques et décomplexées » .

C’est ce qui explique que les rapports de la Cour des comptes, de l’OFNAC, de l’IGE ne seront jamais suivis d’effets.

Au Sénégal, l’Etat privilégie ainsi toutes les combines qui ouvrent la porte à la corruption, et au vol. Le FMI a tiré la sonnette d’alarme dernièrement : nous sommes pris dans un tourbillon d’endettement si vertigineux que la moindre incartade pourrait nous faire basculer.

Cela est le fait du ministre Amadou Ba, qui a décidé d’entrer en politique comme on entrait dans l’arène du temps des gladiateurs. Poussé par une ambition des plus morbides, obsédé par le pouvoir, il a décidé de se faire Macky et notre pays en même temps, en l’embarquant sur une pente que lui seul semble maitriser, tellement le pauvre Macky semble convaincu du bien fondé de cette stratégie qui consiste à croire qu’on peut développer son pays par une politique d’endettement structurel engageant l’avenir de son peuple et des générations futures sur plus de 25 ans !

« Comme n’importe quel imbécile peut s’en apercevoir, le moyen le plus sûr de progresser en politique est de se tenir près de celui qui est tout en haut »  a dit Robert Harris. Amadou Ba, notre Iznogood  local, applique cette leçon à la lettre. Pour le malheur de notre pauvre pays.

C’est pour cela que l’horizon d’achèvement du PSE est 2033 ! Où seront Macky et les caciques de son régime ?

Pauvres sénégalais qui croient en ce PSE qu’on leur vend avec tellement de motivation ! Savent-ils seulement qu’ils ont affaire à des affabulateurs ? A des politiciens au sens le plus péjoratif du terme, « cette sorte de gens dont l’unique et véritable conviction est l’absence de conviction, associée à une insolence importune et à un art éhonté du mensonge»?

Aujourd’hui pour perpétuer son régime que reste-t-il à Macky ? Encourager la violence.

Toutes les manifestations désormais de son régime ou contre son régime sont enrobées de violence : Moustapha Niasse traitant « d’imbéciles » Malick Gackou et ses camarades, l’explosion de violence à la maison du parti du fait d’un Ousmane Tanor Dieng qui a décidé de vassaliser le Parti socialiste à Macky, Samuel Sarr traitant IDY de  « bâtard » pour plaire au prince, ne parlons pas des violences policières et de la furie répressive du régime à l’encontre des populations qui veulent exercer leurs droits fondamentaux consacrés par la Constitution : meurtre de l’étudiant Bassirou Faye, emprisonnement d’opposants et j’en passe !

Le point commun de toutes les manifestations est souvent la réclamation du respect des engagements pris par Macky et son régime, dont la seule intention est de vendre des chimères, encore des chimères jusqu’à la prochaine combine électoraliste. Cet excès de violence trouve son  origine et son seul refuge dans le mensonge, et le mensonge son seul soutien dans la violence. Tout homme qui a choisi le mensonge comme règle de gouvernance choisira inexorablement la violence comme moyen de gouvernance.

Voilà où en est le régime mackyen. Macky aura beau déclarer partout qu’il n’est pas homme à promettre et ne pas respecter son engagement, il continuera l’application de sa vieille bonne formule : « La famille avant le parti, le parti avant la patrie » car, pour lui,  « pour régner, pour gouverner, il faut plaire au peuple. Lui mentir si nécessaire. Mais dire ce que les gens ont envie d’entendre. Le faire est secondaire. On calme la colère, les déceptions, par encore plus de démagogie », comme l’a constaté fort à propos Maxime Chattam.

D’où la litanie de promesses encore débitées lors de sa dernière tournée dans Dakar.

Simplement, mêmes les bonnes choses ont une fin.

Il est arrivé, pour Macky et son régime,  « le moment de tourner, de laisser sa place au parti d’en face, [celui des hommes de valeurs épris de justice et de liberté, compétents et intègres] une fois que le peuple en a marre d’entendre trop de mensonges ! »

Cissé Kane NDAO

Président de l’A.DE.R