Cheikh Sidiya Diop : « Baldé m’a ignoré parce que je ne suis pas de la CASAMANCE »

Cheikh Sidiya DIOP, Secrétaire général de la Ligue des Masses, a quitté le leader de l’Union des Centristes du Sénégal (UCS), Abdoulaye Baldé qu’il soutenait pour l’élection présidentielle de 2019. Dans un entretien avec xibaaru, Cheikh Sidiya Diop dit tout : comment il a été humilié par Baldé et son entourage pour un seul motif : il n’est pas de la Casamance.

L’UCS de Baldé serait-elle un parti ethniciste ? Cheikh Sidiya Diop qui a choisi de quitter les centristes « très sudistes », dit tout à notre correspondant qui l’a trouvé dans son appartement à Paris….Entretien

Xibaaru : Monsieur Diop votre dernière sortie éclaire les lanternes sur les relations entre la Ligue des Masses et l’UCS ! Y a-t-il un clash avec l’ancien Ministre d’Etat Abdoulaye Baldé ?

Cheikh Sidiya DIOP : Effectivement, je vous confirme bel et bien qu’au nom de la Ligue des Masses, j’ai mis un terme à notre compagnonnage avec l’ancien ministre d’Etat Abdoulaye Baldé et à l’UCS.

Xibaaru : Pouvez-vous nous expliquer les raisons de votre clash ?

 Cheikh Sidiya DIOP : Je voudrai d’abord vous rappeler que La Ligue des Masses s’était engagé avec un engouement indéfectible, honnête et sincère à soutenir pour l’élection présidentielle de 2017, l’ancien Ministre d’Etat Abdoulaye Baldé. Pour, cela nous n’avions ménagé aucun effort malgré que cette élection n’ait pas eu lieu  et nous avons mis à sa disposition toute notre expertise et tout un arsenal. En commençant par moi-même  qui ait fait le tour de plusieurs plateaux télés dont « Télésud » et « Africa24 » pour le défendre et même défendre l’UCS. J’ai financé et dirigé autant de manifestations  à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. J’ai activé tous mes réseaux et plaidé sa cause malgré les mises en garde. Malheureusement, les actes posés par l’UCS à travers son Président Abdoulaye Baldé,  ont mis  tacitement un terme à notre compagnonnage puisqu’étant des actes de rupture, de manque de reconnaissance, de manque de considération, d’irrespect et de mépris envers un allié sincère.

Xibaaru : Pouvez-vous être plus précis ! Quels genres d’actes ?

Cheikh Sidiya DIOP : Le Président Abdoulaye Baldé et l’UCS n’ont aucune considération envers leur unique et principal ex-allié qu’était la Ligue des Masses. Abdoulaye Baldé et l’UCS ont été ni respectueux, ni corrects et reconnaissants envers le parti et son leader que je suis. Et je peux vous citer plusieurs faits…Abdoulaye Baldé n’a jamais reçu, ne serait-ce qu’une seule fois, les membres de la Ligue des Masses, rien que pour nous dire merci. Et pourtant, j’ai moi-même envoyé un émissaire à Ziguinchor pour apporter mon soutien à sa famille. Il ne sait jamais déplacé, ne serait-ce qu’une seule fois, pour au moins nous témoigner de sa gratitude, ni à Paris ni à Dakar. Vous avez vu vous-même lors d’une rencontre au Val de Rueil en Normandie (Ndlr, en France), les responsables de l’UCS France m’ont mis dehors sans gêne en sa présence et il n’a pipé aucun mot et il aurait fallu la protestation de Vieux Sama et d’Aliou Gassama pour que je sois rétabli dans la salle. Lors des manifestations de l’UCS,  ma stature politique était rétrogradée à la dimension de simples militants de l’UCS et il fermait l’œil  en me promettant d’apporter les correctifs. Ces gens de l’UCS n’ont pas hésité à mettre dehors comme un moins que rien, un Monsieur qui a fait 1600 km et qui a roulé 15 heures pour venir participer à leur meeting et à ma demande. Et cet homme est un Monsieur très efficace que j’avais moi-même démarché. Pis, Abdoulaye Baldé avec une arrogance ayant atteint son paroxysme n’a pas  hésité  du haut de la tribune de rabaisser ce père de famille plus âgé que lui et qui lui avait seulement reproché la dangerosité de la composante sociologiquement sudiste  au sein de son parti qui voulait accéder au pouvoir. Vous étiez vous-même  présent et vous l’avez vu dans son speech, saluer, appuyer  et confirmer le discours totalement  indépendantiste de cette dame Diédhiou. Sinon, vous avez surement remarqué l’absence de l’UCS dans la pétition africaine initiée par la Ligue des Masses pour la libération d’Oumar Sarr. Et, je peux en rajouter que tous les jours, on venait me rapporter que les membres de l’UCS France ne cessaient de répéter comme des perroquets que la Ligue des Masses était un parti insignifiant qui se limitait qu’à ma modeste personne.  Est-ce gentil ça pour un allié ?

Récemment, j’ai loué une grande salle pour notre congrès où tous nos hôtes de marque ont déjà confirmé leurs présences depuis belles lurettes au moment où et lui, c’est le cadet de ses soucis, il s’en fiche carrément de la Ligue des Masses. Dites-moi une seule fois où un communiqué de l’UCS est venu saluer ou louer notre détermination et notre engagement à ses côtés ? Pour vous dire le manque de considération et de mépris d’Abdoulaye Baldé pour la Ligue des Masses et pour moi-même. On est venu d’ailleurs me reporter que ce mépris est dû simplement que je ne sois pas casamançais, or ma femme est de Ziguinchor et mes enfants ont leurs racines bien ancrées en Casamance ! C’est méchant ! Même mes photos de certaines manifestations où j’étais bel et bien là, ont été défalquées du site de l’UCS, par exemple la réunion de la rue Polonceau !… J’ai tout fait pour que l’on recadre notre relation politique mais hélas, il n’a jamais honoré un seul de nos rendez-vous. Il repoussait à ne plus en finir et au final, il ignorait royalement mes appels et mes emails. Tout cela parce qu’il est mal entouré, par des opportunistes, des laudateurs et des ethnicistes qui le prennent en otage et  qui lui font tenir un discours égocentrique, dangereux , indépendantiste et fractionniste de l’unité nationale. Cet entourage-là, borné et fermé, est composé que de sudistes. Ce sont eux qui m’ont posé trop de problèmes et petit à petit voulaient s’imposer en interlocuteurs malgré leur stature de responsables locaux. Ce qui est ridicule, comment pourrai-je accepter qu’en tant que Secrétaire général d’un parti,  reconnu avant l’UCS, de discuter avec des petits plaisantins sur des questions essentielles et sur des enjeux majeurs ultra-stratégiques et qui interpellent directement mon vis-à-vis, surtout concernant nos deux partis. Si l’UCS fonctionne ainsi par délégation, la Ligue des Masses est, quant à elle, démocratique, ouverte et conforme des normes.

Xibaaru : Quelles sont vos alternatives à l’heure actuelle ? Avez-vous noué des alliances ?

Cheikh Sidiya DIOP : Nous sommes en train de nous concerter avec un certain nombre de profils plus responsables et que nous nous pensons aptes à déboulonner le régime du président Macky Sall. Nous pensons évidemment à l’ancien Premier Ministre Abdoul Mbaye qui tient la route par son background et sa grandeur. C’est un  Grand Homme d’Etat doté d’un brillant esprit  qui a fait  irruption en devenant  le point de fixation des règles du jeu politique du pays.  Sinon d’autres profils comme Khalifa Sall et Mame Adama Gueye sont porteurs d’espoirs. Nous réfléchissons, discutons et échangeons inclusivement avec les forces politiques du pays afin qu’il y ait une jonction serrée pour débaucher la personne providentielle qui pourrait  basculer le système en place et répondre correctement aux aspirations des masses laborieuses sénégalaises.

Fin de l’entretien…

L’interview a été réalisée à Paris. Et à cet effet, la rédaction a essayé de joindre le coordinateur de l’UCS PARIS, Ibrahima Sonko, pour avoir sa version des faits, mais il était injoignable.

Pape Sembene à Paris pour Xibaaru

1 Comment

  1. VOUS N’ARRIVEZ PAS A DEBOULONNER UN SIMPLE MEMBRE DU PARTI DE BALDE COMMENT PEUT TU PEUX DEBOULONNER LE REGIME ACTUEL .
    DU MEPRIS ENCORE

Les commentaires sont fermés.