C’est un scandale au Sénégal…Le PSE avec tous ces milliers de milliards ne peut pas offrir un lit d’accouchement aux femmes

Ce vendredi xibaaru veut alerter le président de la république, le premier ministre et l’ensemble des acteurs politique sur la situation vécue par les Sénégalais de l’Intérieur.
Le Sénégal ne s’arrête pas à Dakar encore moins au conseil des ministres ou aux sessions de l’assemblée nationale. Le Sénégal est un tout. Et ce tout nous interpelle sur le poste de Santé de Dalaba ou les femmes accouchent dans des conditions difficiles souvent sur un matelas à même le sol
.L’Association Nationale des Infirmiers et Infirmières Diplômés d’Etat du Sénégal (ANIIDES) avait déjà tiré la sonnette d’alarme au mois de mai 2015. Et aujourd’hui, c’est notre correspondant à Kédougou qui interpelle Macky et son PSE de s’étendre vers le poste de Santé de Dalaba pour sauver ces kédovins qui votent comme Dakar, Thiès, Kaolack, Tamba…
Voici le témoignage poignant de Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com
Kédougou : Alerte, le Poste de santé de Dalaba au bord du délabrement

Le personnel du Poste de Santé de Dalaba travaille dans des conditions déplorables. Les femmes enceintes accouchent dans des conditions difficiles et risquées.
Installé dans le quartier populeux de Dalaba, caractérisé par une prédominance de ménages pauvres, ce poste de santé manque de tout. C’est un véritable obstacle à une bonne prestation de services pour son personnel.
Promiscuité totale…
pse dalaba 2« Le poste de santé fonctionne sans pharmacie. Seules deux armoires font office de dépôt. Nous travaillons dans une promiscuité totale. Une seule salle étroite fait salle de tickets, salle de pansements et de dépôt à pharmacie » a indiqué M Souleymane Ngom Infirmier Chef de Poste (ICP) de Dalaba
Les patients attendent leur tour au soleil
Faute de salle d’attente adéquate, les patients s’abritent sous un hangar en paille. Cela traduit toutes les difficultés à mettre à l’aise les patients qui se présentent dans la structure pour bénéficier de soins. Un seul coup de vent suffit à accentuer la souffrance des patients qui avalent de la poussière en attendant leur tour. Ceux qui ne trouvent pas de place sous le hangar se mettent au soleil. Les différentes correspondances adressées aux partenaires pour une prise en charge de ces doléances sont restées pour l’instant sans suite.
«Nous avons contacté la hiérarchie, les partenaires et les collectivités locales pour trouver des solutions à ces problèmes. La prise en charge du personnel communautaire pose aussi un problème. J’avoue que c’est un personnel très motivé et très engagé. Ce sont des pères de familles, des mères de familles qui ont laissé tout pour venir au secours des populations. Ces méritent d’être motivés, bien traités. Il nous faudrait des moyens pour motiver ce personnel » a souligné M Souleymane Ngom Infirmier Chef de Poste (ICP) de Dalaba.
Moussa Danfakha est parti, les femmes souffrent au poste de santé de Dalaba
pse dalaba 1Dans la salle d’hospitalisation, pas plus de cinq lits couverts de vieux, de très vieux matelas animent le décor. Un peu plus loin dans la maternité, c’est un autre décor qui se présente à nous. Une paupinelle (stérilisateur) en panne depuis plusieurs mois, une très, très vieille table d’accouchement dont la carcasse est en train d’être rongée par la rouille meublent le décor. C’est sur cette table d’accouchement hors normes que de braves femmes sont alitées le temps de donner la vie dans des conditions très déplorables.
La gardienne des lieux, Mme Ndiaye née Adèle Bangar, sage-femme a saisi cette occasion pour fustiger ces mauvaises conditions de travail dans la maternité du Poste de santé de Dalaba.
« Il n’y a ni table d’accouchement, ni paupinelle, ni boite d’accouchement. Les femmes ont le droit d’accoucher dans de bonnes conditions. La salle d’accouchement est très étroite, on ne peut même pas se mouvoir à l’intérieur .Pourtant il y a assez d’espace dans le poste de santé qui peut bien accueillir de nouvelles constructions. Il nous faut un débarras pour accueillir les patients ou pour y tenir des séances de causeries. Le poste de santé devrait également bénéficier d’un mini labo, d’une échographie et d’un logement pour la sage-femme » a-t-elle plaidé.
Pourtant, en renforçant le plateau technique du poste de santé de Dalaba cela pourrait contribuer au décongestionnement du centre de santé de Kédougou. Ce qu’avait compris Moussa Danfakha. De son vivant, à plusieurs reprises, il avait apporté humblement sa modeste contribution pour relever le plateau technique du Poste de Santé de Dalaba.
Qui continuera l’œuvre de Moussa Danfakha ?
Quand soufflera le vent de l’Emergence pour les patients du Poste de Santé de Dalaba ?
Voilà autant de questions qui taraudent les esprits au quartier Dalaba.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com