Campagne pour le référendum…L’opposition n’a pas de fonds de campagne

La campagne pour le référendum démarre demain samedi 12 mars selon le calendrier décrété par le président de la république. Et l’opposition conduite par le « Front du NON » a décidé de commencer par la banlieue plus précisément à Guédiawaye et Pikine avant de rallier Thiès et Bambey. Mais lon des grands rassemblements, l’opposition précise qu’elle fera des caravanes et des « Petits meetings » comme le précise le communiqué issue de la rencontre du comité Directeur du PDS élargi aux membres du « Front du NON » :

« La campagne du «Front du Non» commence par Guédiawaye et Pikine, le 12 mars prochain. C’est l’ensemble des leaders des partis et personnalités du courant du Non qui se rendront dans la banlieue Dakaroise pour appeler les populations à dire Non aux 14 points du référendum. Le lendemain, le front sera l’hôte de l’ancien maire de Thiès et leader du parti Rewmi dans la capitale du Rail. Idrissa Seck va accueillir les partisans du Non à l’occasion d’un grand rassemblement. Et le 14 mars, le Front du Non à travers une caravane et de petits meetings, va sillonner Bambey, Diourbel, Mbacké et Touba. »

Mais qui financera cette campagne du « Front du NON » ?

Selon les informations de notre ARI (agent de renseignements infiltré) au sein de l’opposition, les combattants du NON n’ont pas d’argent. Le financement de la campagne pour le référendum reste le point focal sur lequel personne ne veut discuter. Tous les leaders du Front du NON parlent de battre campagne mais personne ne veut aborder les questions d’argent. Même pour les voitures de campagne et le carburant, c’est un casse-tête sénégalais. Personne ne veut prendre ses responsabilités.

L’astuce trouvé, c’est que lorsque les leaders seront dans la banlieue, c’est chacun pour soi et Dieu pour tous. Chacun a sa voiture et son carburant.

Ensuite quand les leaders seront à Thiès, Idy va les accueillir mais sans débourser les sous. Ils feront un tour puis un « petit » meeting et ils mettront le cap sur Bambey chez Aïda Mbodj. Et cette dernière fera comme les autres sans sortir le moindre sou.

L’opposition est confrontée au sérieux problème du nerf de la guerre qui est l’argent : qui va accepter de financer une campagne pour le référendum alors que la campagne pour les législatives sont dans 16 mois exactement ?

Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com