Après avoir injurié les chefs religieux, CISSE LO insulte les sénégalais….Tous les sénégalais…Ou au moins 90% d’entre eux

MOUSTAPHA CISSE LO : CITEZ VOTRE MENTOR EN PREMIER, AVANT LES 90% D’ENTRE NOUS
C’est triste de le répéter mais le wolof a bien raison de dire que « lou rére si dioudou fégne si djiko ».
MACKY aujourd’hui manifeste dans tous les actes qu’il pose les névroses qui l’ont hanté tout au long de son enfance tourmentée. A le voir avec son embonpoint et son obésité revendiquée comme le signe vrai de la réussite du parvenu qu’il est, l’on mesure combien cet homme gourmand a dû souffrir de ne goûter que l’odeur des effluves des mets délicieux s’échappant des cuisines de son auguste homonyme.
L’épisode de la franche rigolade avec SOULEYMANE NDENE NDIAYE au moment de lui remettre sa décoration éclaire aussi ses relations avec une certaine partie de la population : à son accès aux affaires sous Me WADE effectivement nombre de questions se posaient sur le rapport qu’elle entretenait avec MACKY tout-puissant à l’époque.
Cet homme servile n’a marqué son passage au pouvoir avec Me WADE qu’à travers sa rage de servir les sombres desseins de son maitre d’abaisser IDRISSA SECK, après avoir menacé à l’époque l’opposition à travers l’avertissement clairement adressé à un AMATH DANSOKHO trop remuant alors: « Nous sommes un Etat démocratique et tolérant; sinon nous pourrions mettre fin tout de suite aux provocations de M. AMATH DANSOKHO ».
MACKY n’est pas habitué à diriger. Comme l’a rappelé YORO DIA il est toujours dans la position de ce sicaire à qui on désigne une cible sur laquelle foncer les crocs en avant.
A son accession au pouvoir, conditionné par l’évidence que casser du PDS était une demande sociale, il a foncé la bave à la bouche sur Me WADE, en cherchant coute que coute à le rabaisser, à l’humilier.
C’est qu’il en avait bien besoin, pour exorciser enfin son attachement domestique à ce maître dont il a procédé rituellement à la mise à mort, en lui arrachant son bout de chair, ce qu’il avait de plus cher!
Cela n’a pas apaisé sa frustration névrotique, au contraire, sa rage envers toute forme d’indépendance, de dignité a été décuplée, d’où cette colère sourde, cette haine qui dégouline du tréfonds de son cœur à chaque fois qu’il parle de ses concitoyens : « Ce sont des paresseux, des trafiquants d’influence, da niouy « ngande ngandoulou », et que sais-je encore! Avec MACKY tout le monde doit souffrir du complexe d’être bien né, ou ne pas devoir sa position à des génuflexions, rasages de murs, diébelou opportuniste, danses du ventre et autres suppliques à coups de phares sur l’autoroute ou de douloureuses séances larmoyantes de contrition devant un IDRISSA SECK revanchard, sous les yeux méprisants d’un Pape DIOP obséquieux…
Combien sont-ils parmi ses plus proches collaborateurs et collaboratrice qui le travaillent au corps pour un waax waxeet à n’avoir ménagé aucun effort pour être dans les bonnes grâces de Me WADE au faite de sa gloire ? Ces frustrés qui ont rejoint MACKY par soif de revanche ou simple opportunisme et qui le conduisent à travers les méandres du reniement de la parole donnée, donc du déshonneur éhonté ne doivent surtout pas oublier que ce ne sont pas les militants des partis politiques d’opposition qui sont les seuls auditeurs et téléspectateurs dépités de leurs insolence et leur impolitesse. Quand l’on insulte les sénégalais en accusant 90% d’entre eux de vivre de l’argent sale et j’en passe l’on doit réaliser que ce sont les 65% d’électeurs qui ont porté MACKY au pinacle qu’on est en train d’injurier, en plus des 35 autres % qui ont accepté démocratiquement le verdict des urnes et lui ont souhaité bon vent, CISSE LO.
S’il y a un voleur ou quelqu’un qui vit de l’argent sale selon le jugement de la CREI qui interdit le don comme preuve d’enrichissement licite MOUSTAPHA CISSE LO n’a qu’à chercher à côté de lui. Il verra un monsieur bien potelé revendiquant un patrimoine de plusieurs milliards dont l’essentiel provient selon ses propres aveux circonstanciés des largesses de Me WADE. S’il y a bien quelqu’une qui vit de l’argent sale, c’est bien celle là dont on ne connait aucune activité licite et qui a une villa à deux cent millions. Et enfin s’il y a d’autres gens malhonnêtes qui vivent de l’argent sale, qu’il nous sorte la liste de tous les « arrosés » par DIACK le Parrain et qui sont leurs partenaires du moment.
Après avoir injurié les chefs religieux, CISSE LO insulte les sénégalais, cette fois-ci. Tous les sénégalais. Ou au moins 90% d’entre eux. LOU EUP TOUROU NAK !
MACKY leader d’un parti politique a emprisonné M. OMAR SARR, pour le délit d’offense au Chef de l’Etat. Que fera t-il enfin de son fou CISSE LO qui nous manque de respect tous autant que nous sommes ?
Nous risquons de régler cette affaire nous-mêmes car le mépris que MACKY affiche envers les sénégalais et l’inconvenance du comportement de ses lieutenants heurtent tous les sénégalais qui ne les reconnaissent plus et sont chaque jour encore plus rebutés par leurs attitudes.
Que MACKY nous lâche alors, mais qu’il voit pour une fois le monde comme il est et non à travers sa propre vision du monde infectée de trop de complexes et autres tares et travers dont il est incapable pour le moment de se libérer. Aujourd’hui, il a un nouveau maître dont il n’arrive pas à réaliser la force et la puissance. Sinon il ne chercherait pas à se dresser contre lui, ou à le défier insolemment : C’est le peuple sénégalais. Qu’il le veuille ou pas, il respectera ce que les sénégalais exigeront de lui : le respect de sa parole.
« Kou khamoul loula fale, loula fale folila » Rien que ça !
Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance Démocratique pour la République

*J’assume entièrement et personnellement tous les propose contenus dans cet article et vous dégage de toutes responsabilités futures quant à leurs conséquences.

Merci par avance

2 Comments

  1. En fait il ne fait que défendre son Macky. L’argent du dopage de Diack ayant fini de mettre sa couche de salissure sur eux, c’est aussi une stratégie que de dire que tout le Sénégal fait la même chose qu’eux. La stratégie des apéristes a toujours été de déclarer que les autres ont fait la même chose que ce qu’on leur reproche. Vous leur sortez leur vol, ils vous déclare que Wade aussi avait fait la même chose. Seulement, malheureusement pour eux, pour ce cas-ci, il n’est pas facile d’inclure Wade dans l’argent du dopage, alors Cissé de doper 90 % des sénégalais d’une autre salissure. Ainsi tout le monde se retrouve kif kif avec eux. La première stratégie d’un voleur c’est toujours de déclarer qu’il n’est pas le seul à le faire.

  2. LES DESSOUS DU DEAL ENTRE IDRISSA SECK ET ABDOULAYE WADE
    De sources très bien informées pour ne pas dire incontestables, Abdoulaye Wade et Idrissa Seck auraient paraphé et signé un document qu’ils ont souhaité « top secret » et dont le contenu comporte un grand deal. Dans ce document dont copie nous a été transmise par un proche des deux responsables, Wade et Idrissa Seck ont trouvé un modus operandi pour faire partir Macky Sall, l’actuel président de la République du Sénégal. En effet, Abdoulaye Wade, conscient et convaincu que son fils Karim Meissa Wade est définitivement éliminé de la course à la prochaine présidentielle, cherche un candidat de substitution. Il a finalement porté son choix sur Idrissa Seck avec qui il a signé un accord écrit. Dans cet accord, il est en substance dit que le PDS ne présentera pas de candidat à la prochaine présidentielle ; le PDS soutiendra la candidature d’Idrissa Seck lequel s’engage à ne faire qu’un seul mandat et de céder la place à Karim Wade. Entre temps, Idrissa Seck s’engage à intégrer totalement le front pour la libération de Karim Wade mains aussi à ne ménager aucun effort pour la mise en place d’un grand rassemblement de l’opposition. Pour se faire, Idrissa Seck qui a déclaré avoir de l’ascendance sur Pape Diop et Abdoulaye Baldé, a promis de tout faire pour maintenir ces derniers, sans condition, dans le grand rassemblement. Ainsi, il est envisagé une liste unique aux prochaines élections législatives dirigée par Wade lui-même. Pour notre part et en tant qu’analyste, cet accord suscite un certain nombre d’interrogation. D’abord, sur quoi s’appuie Idrissa Seck pour déclarer qu’il a de l’ascendance sur Pape Diop et Baldé ? C’est là un manque de respect et de considération à l’égard de responsables qui ont créé leurs partis au même titre qu’Idrissa Seck dans le but de conquérir le pouvoir. D’ailleurs, entre Wade et Idy, qui est-ce qui est le mieux placé pour avoir de l’ascendance sur Pape Diop et Baldé ? Qu’est-ce qu’Idrissa Seck a fait pour Pape Diop et Baldé et que Wade n’a pas fait pour eux ? Ensuite, au regard du passé récent des relations entre Idrissa Seck et Abdoulaye Wade, on pourrait se demander si les hommes peuvent sceller un pacte empreint de sincérité. Wade n’a-t-il pas accusé Idrissa Seck de détournement avant de le jeter en prison ? Le jeu de yoyo dont Idy est accusé et qui lui a valu le mécontentement de beaucoup de ses électeurs de 2007 n’est-il pas le résultat d’un piège que Wade lui a subtilement tendu ? En définitive, sur le plan politique, c’est Wade qui a fait Idy et c’est lui aussi qui l’a détruit. Idrissa Scek a toujours clamé que c’est pour dégager la voie au fils biologique (Karim Wade) que lui, le fils spirituel a été tué. Pour se venger, Idrissa Seck a tout entrepris pour que Wade tombe. On se rappelle que c’est Idy qui avait sorti le terme « dévolution monarchique » pour dire que Wade veut régner et ensuite passer le pouvoir à son fils biologique Karim. Les sénégalais ont tellement été contre cette option que cela a été le cri de ralliement de tous ceux qui étaient contre Wade et le PDS. C’est aussi Idy qui a été le premier à déclarer que la candidature de Wade en 2012 était une troisième candidature. On se rappelle du rapport Carcasson du nom de ce juriste français commis par Idrissa Seck et qui a conclu à l’irrecevabilité de la candidature de Wade en 2012. Idrissa Seck et Wade ont tellement de contentieux non encore vidés qu’il nous semble impossible de les voir sceller un pacte sincère. En vérité, les deux hommes semble être dans ce qu’ils savent le mieux faire tous les deux : chercher à dribler l’autre. Cela se retrouve dans le contenu du pacte qu’ils viennent de conclure. Sinon, comment croire qu’Idrissa Seck accepterait de ne faire qu’un seul mandat et de passer tranquillement le témoin à Karim tout simplement parce qu’un un pacte le lie dans ce sens à Wade et Karim ? Aussi, comment Idrissa n’a-t-il pas compris que cette proposition de Wade vise tout simplement à renforcer le groupe de pression qui œuvre pour la libération de son fils. Après la libération de Karim Wade avec la contribution de Seck, est-il raisonnable de penser que Karim ne sera pas candidat au nom du respect d’un pacte secret entre son père et Idrissa ? Là aussi, on voit transparaitre le jeu du « qui va dribler l’autre ». L’autre grande question qu’un sénégalais lucide pourrait se poser est la suivante : « Où est l’intérêt du peuple dans tout cet arrangement ? ». Le pacte entre Wade et Idrissa Seck s’est-il scellé dans l’intérêt de la Nation où c’est encore un partage de butin entre grands bandits comme Idy l’avait dit dans le CD intitulé « lui et moi ». Pour terminer, on peut légitimement se demander si les libéraux continueront à accepter ces manœuvres de Wade qui ne sont pas toujours fait dans l’intérêt du PDS mais de Wade et son fils.

Les commentaires sont fermés.