Antoine Félix Abdoulaye Diome tombe face à Karim Wade : la honte de la traque des biens invisibles

C’est un gros coup porté à la face de la Justice Sénégalaise. La Cour de Répression de l’Enrichissement illicite (CREI), créée pour traquer les biens mal acquis par les personnalités de l’ancien régime dont Karim Wade, est rentré bredouille après avoir toutes les banques du monde pour faire respecter le verdict issue du procès…A savoir recouvrer les 10 milliards de francs CFA d’intérêts que doit payer Karim Wade, condamné à 6 ans de prison ferme pour enrichissement illicite…La saisie effectuée par l’agent judiciaire de l’Etat du Sénégal sur 15 banques au Sénégal s’est montrée infructueuse. Antoine Félix Abdoulaye Diome n’a rien trouvé dans les comptes bancaires. Et pis, les banques de Monaco et de Paris qui n’avaient décelé aucune origine illicite des avoirs de Karim ont opposé une fin de non-recevoir à l’agent judiciaire de l’Etat…Quelle Honte !
Et à Dakar, Antoine Félix Abdoulaye Diome qui a saisi les deux banques, la SGBS et CBAO pour récupérer l’argent de Karim, s’est retrouvé avec un relevé de comptes débiteurs de plus de 231 millions CFA. En résumé, c’est Karim Wade qui doit de l’argent à ces banques.
Comment l’Etat du Sénégal qui accuse un citoyen sénégalais de s’être enrichi illicitement, n’arrive même pas à localiser un seul avoir illicite ?
Karim a volé l’argent : Mais où est cet argent ?
Karim a mis 47 milliards à Singapour : Où sont ces 47 milliards ?
Karim a créé Canal Info News : La boîte n’a pas un seul sou et son fondateur Vieux Aïdara vit difficilement à Paris sans le sou.
Karim a créé le groupe de presse de CD médias : Son fondateur cherche à se caser au Burkina, son pays d’origine après avoir abandonné une entreprise déficitaire.
Karim serait derrière les milliards d’une famille Bourgi qui était très fortunée bien avant sa naissance.
Malgré toutes ces énumérations, l’agent judiciaire de l’Etat peine à recouvrer un seul sou de ces « biens mal acquis » qu’on croirait INVISIBLES…
L’enrichissement illicite de Karim Wade n’est réel que dans la tête de celui qui croit aux fables de la CREI.
Penda Sow pour xibaaru.com

5 Comments

  1. Et d’ailleurs l’atelier de fabrique d’outil de manipulation, dans lequel atelier la presse des 100 s’active, a sorti aujourd’hui un nouveau titre pour le graissage des cervelets des fanatisés.
    Ce titre du jour est:
    « CREI: L’Etat traque 10 milliards de Karim dans 15 banques. »

  2. Saisie des biens de Karim Wade : l’Agent judiciaire rentre bredouille, sa chasse n’ayant accouché que de deux comptes débiteurs de 231 millions F Cfa.
    Ou est l’enrichissement illicite????

  3. Que la COLÈRE et la MALÉDICTION de DIEU Le-Tout-Puissant s’ abattent sur les HAINEUX et les RANCUNIERS envers Karim Meissa Wade!!! Car, ils ne sont RIEN d’ autres que des DÉCHETS HUMAINS…

  4. Pauvre KARIM tu n’as rien fais qui mérite un tel acharnement.
    Mais dieu est juste et rendra justice.
    Psaume 12 / 5
    Parce que les malheureux sont opprimés et que les pauvres gémissent, Maintenant, dit l’éternel, je me lève, J’apporte le salut à ceux contre qui l’on souffle.
    Psaume 72 / 4
    Il fera droit aux malheureux du peuple, Il sauvera les enfants du pauvre, Et il écrasera l’oppresseur.

    Psaume 103 / 6
    L’Eternel fait justice, Il fait droit à tous les opprimés.

  5. La justice,les politiciens,une partie de la presse et le forum civil tous contre un individu c’est du « jaydoolé ».
    Aujourd’hui le seul péché qui maintient karim en prison c’est sa volonté de devenir le président.
    Aprés d’étre l’homme « le plus riche du Sénégal » si on se rappelle aux premières accusations du camp présidentiel:4mille milliards(DANSOKHO,centaine de milliards pour Latif coulibaly,Mimi Touré et enfin L’Etat avec son procureur Alioune ndaw).
    Maintenant le débat est retourné à sa nationalité.
    Le Sénégal sous macky et Moustapha diakhaté « doudém ».
    Le premier a t-il peur de karim?
    Le second a-t-il les qualités pour incarner le perchoir d’un groupe parlementaire?

Les commentaires sont fermés.