Amnesty international demande à l’Etat du Sénégal, la libération de Karim Wade et son indemnisation

« Le rapport annuel 2015/2016 dresse un tableau peu reluisant de la situation des droits humains au Sénégal. Des préoccupations soulevées en 2015 figurent de nouveau dans ce rapport ; ce qui signifie que l’Etat du Sénégal n’a pas fait les efforts qu’il est tenu de faire, en vertu de la législation nationale et du droit international, pour remédier à ses manquements. » Tels sont les premiers mots du rapport 2015 d’Amnesty international qui, dans son libellé, qualifie le procès de Karim Wade d’inéquitable. Pour Amnesty International, Karim doit être remis en liberté et indemnisé pour la détention arbitraire dont il a fait l’objet…
Extrait du rapport d’Amnesty International (Le cas Karim Wade)

1.1 Procès inéquitables
En mars, la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) a condamné Karim Wade, ancien ministre et fils de l’ex-président de la république Abdoulaye Wade, à six ans d’emprisonnement et une amende de 138 239 086 396 francs CFA (environ 210 744 000 euros) pour enrichissement illicite. Sept coprévenus ont été déclarés coupables de complicité. Les décisions rendues par la CREI ne sont pas susceptibles d’appel sur le fond, ce qui est contraire aux normes régionales et internationales. En avril, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a estimé que la détention provisoire de Karim Wade était arbitraire, notamment en raison du retard accumulé pendant la procédure et de la différence de traitement observée par rapport aux autres prévenus. Saisi d’un point de droit, la Cour suprême a confirmé le jugement de la CREI en août. Amnesty International appelle l’Etat du Sénégal à se conformer à l’avis du Groupe de travail et de mettre fin immédiatement à la détention arbitraire de Karim Wade. Cela signifie clairement que Karim Wade doit être remis en liberté et indemnisé pour la détention arbitraire dont il a fait l’objet. L’Etat du Sénégal ne peut pas invoquer les manquements d’autres Etats pour justifier son refus de mettre en œuvre l’avis du Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire.

2 Comments

  1. VOUS PENSIEZ QUE C’EST CETTE ORGANISATION QUI GOUVERNE LE SENEGAL HA …NON AVEC GASSAMA LE DEFENSEUR DES HOMOS ET CORROMPU PAR KARIM ET SA BANDE

  2. POUTANT QUAND LES ONG DEFENDAIENT TON MENTOR MAKY SALE ET CIE COTRE WADE VOUS APPLAUDISSIEZ DES 2 MAINS.ENTOUT CAS TOUT LE PEUPLE SENEGALAIS ET L OPINION INTETNATIONALE SAVENT QUE LE SIMULACRE DE PROCES DE LA CREI AVEC DES MARIONNETTES DE JUGES CORROMPUS N A AUCUN CREDIT

Les commentaires sont fermés.