Aliou Sall sur la candidature du PS : « Tout un chacun a la latitude de se présenter »

Le débat politique est dominé depuis un certain temps par le problème des candidatures à la prochaine élection présidentielle dont la date n’est toujours pas connue. Mais de l’avis du maire de Guédiawaye, l’urgence est ailleurs. Selon Aliou Sall, l’objectif de son parti en l’occurrence l’Alliance pour la République (Apr) est d’aller aux élections et de les remporter. Et pour y arriver, poursuit-il, la priorité n’est pas dans une recherche effrénée d’alliance, mais plutôt ‘’dans le renforcement et l’élargissement des bases du parti’’. ‘’Ce sont surtout nos alliés du gouvernement qui parlent de candidature. Le débat sur la présidentielle est tellement sérieux qu’il ne doit pas tourner autour d’une personne’’, a soutenu hier Aliou Sall au sortir d’une journée de partage sur les projets éducatifs de la ville de Guédiawaye.
A en croire le coordonnateur de la coalition Bby dans ce département, les élections, au Sénégal, c’est un exercice de liberté. ‘’Tout un chacun a la latitude de se présenter et sans bruit. Aujourd’hui, Dieu a fait que nous sommes dans le gouvernement et à l’Assemblée nationale avec nos alliés du Ps, de l’Afp, et d’autres formations politiques. Mais ce n’est pas une obligation pour ces partis alliés de dire qu’ils iront aux élections avec Macky Sall’’, a soutenu le frère cadet du chef de l’Etat. Avant de poursuivre : ‘’Chacun est libre de se présenter. Mais, il appartient aux électeurs d’élire le président de la République. Donc, la priorité, ce n’est pas de se prononcer sur untel ou un autre, mais de travailler pour être majoritaire. ’’Interpellé sur la coalition de l’opposition en gestation, Aliou Sall dit ne pas y croire. Et pour cause : ‘’Se retrouver et discuter ne veut pas dire que vous êtes une coalition ou vous avez un candidat. En réalité, ces leaders de l’opposition sont en train de marchander au cas où il y aurait un deuxième tour car je ne vois pas une personne parmi eux qui pourrait gagner les élections et ce au premier tour’’, croit savoir le président de l’Association des maires du Sénégal.