Ainsi parlait Mahammed Dionne…Théoricien de la Fraude et avocat de la dynastie…Fuyez quand il ouvre la bouche !

Le premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne est un homme spécial. Inconnu au barreau de l’ordre des avocats véreux et non inscrit dans les registres des rhétoriciens de la politique, ce visage timide de la République s’est révélé être un grand théoricien de la fraude électorale et défenseur de la dynastie Faye-Sall.
Intervenant à la session parlementaire consacrée aux « Questions d’actualité » adressées au gouvernement, Son excellence Boun Abdallah Dionne, Docteur es Fraudes électorales, chaire de l’Université dynastique pour « Servir le Sénégal », a botté en touche toutes les accusations de confection illégale de carte nationale d’Identité malgré le rapport de la Commission électorale nationale autonome (CENA) après une enquête minutieuse de la Commission électorale départementale autonome (CEDA) de Pikine qui a même procédé à l’interpellation et audition des différents protagonistes.
Alors pour le Docteur es Fraudes, Boun Abdallah Dionne, il n’en est rien du tout : « Il n y a pas de fraude sur les listes électorales. Il y a une période de révision ordinaire qui s’étale dans la période du 2 février au 31 juillet pour les opérations d’inscription sur les listes électorales » dixit Mahammed Boun…
Le premier ministre en bon rhétoricien évoque une commission de confection des cartes d’identité :
« Ces commissions mobiles répondent à un besoin d’accélérer la confection des cartes d’identité pour les usagers…Nous avons tenu plusieurs audiences foraines dans différentes localités. Suite à ces audiences, les commissions mobiles d’inscription s’activent pour accélérer l’inscription sur les cartes d’identité. Il ne peut pas y avoir de fraudes parce qu’on ne peut pas obtenir la carte d’électeur et la carte d’identité dans un même lieu’’
Mais ce que ce rhéteur et avocat de la dynastie oublie que ces commissions ont été pris en flagrant délit de confection de carte d’identité dans des lieux non autorisés. Les enquêtes ont dénombré 5 lieux privés ou étaient confectionnées lesdites cartes d’identité. Il s’agit des endroits suivants :
• siège de l’APR à Dalifort
• le siège de l’APR à Guinaw Rails Sud
• la mairie APR de Diamaguène Sicap Mbao,
• la mairie APR de Pikine Ouest
• la Maison d’une militante APR à Yeumbeul Nord.
Les commissions mobiles ne sont pas illégales. Mais les endroits privés qui accueillent lesdites commissions et qui appartiennent tous à un seul et même parti politique.
Pourquoi le phraseur des voleurs de la République n’évoque-t-il pas ces lieux qui servent de repères aux fraudeurs de pièces d’identité. Il a avancé des arguments fallacieux sur les lieux comme les écoles et les mairies pour essayer de justifier la présence de la commission mobile dans certaines mairies. Mais ce qui est bizarre, tout se passe dans les locaux des mairies APR, des écoles APR, des maisons APR, des marchés APR, des « chiottes » APR…
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com