Ah bon…Karim est français ! Donc il ne peut pas être président du Sénégal…La Révélation du jour !

Me Clédor Ciré Ly ! Retenez bien ce nom…C’est l’avocat de Karim Wade dans le procès de la traque des biens mal acquis.
En effet, Me Clédor Ciré Ly vient de compromettre sérieusement la candidature de son client Karim Wade à la présidentielle de 2017.
Il vient d’affirmer que le candidat choisi par le PDS pour porter haut les couleurs du Parti libéral lors de la prochaine présidentielle, est un citoyen français.
L’avocat s’exprimait lors de la constitution d’une plainte déposée par Karim Wade sur le bureau du doyen des juges du tribunal de grande instance de Paris, avec constitution de partie civile. Pour l’avocat de l’ancien ministre d’Etat, la justice française est compétente. Parce que Karim Wade a également une nationalité française : « C’est un secret de polichinelle, il est aussi français. À partir de ce moment, le citoyen français peut d’adresser à la juridiction française. C’est l’un des critères qui peuvent permettre que France soit compétente »…
Et pourtant la Constitution du Sénégal est claire sur la nationalité des candidats à la présidentielle. Xibaaru vous donne in extenso ce que prévoient les textes :
Constitution du Sénégal
Titre III : Du Président de la République
Article 28
Tout candidat à la Présidence de la République doit être exclusivement de nationalité sénégalaise, jouir de ses droits civils et politiques, être âgé de 35 ans au moins le jour du scrutin. Il doit savoir écrire, lire et parler couramment la langue officielle.
Karim Français aujourd’hui, Sénégalais demain !
Ainsi pour défendre ses intérêts personnels, Karim est aujourd’hui Français. Mais demain lorsqu’il s’agira de défendre ses intérêts politiques, Karim deviendra « exclusivement » Sénégalais comme le prévoit la constitution. Ainsi il va renoncer à sa nationalité française pour espérer devenir président de la République du Sénégal.
Le sieur Karim Wade joue-t-il avec les nationalités pour avoir « un pied dedans » et « un pied dehors » ?
L’avocat s’est embourbé dans un créneau qui fera jurisprudence demain. Et si la candidature de Karim est refusée par le conseil constitutionnel pour défaut de nationalité, l’avocat Me Clédor Ciré Ly devra s’en vouloir toute sa vie pour avoir été le bourreau de son propre client…
Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com

3 Comments

  1. Je ne vois pas où est le problème. Selon la loi française, Karim est automatiquement français de par sa mère. Ce qui serait peut être dérangeant c’est qu’il le soit devenu après une demande auprès des autorités françaises. Donc c’est plus qu’une évidence qu’il est français par sa mère. Mais dans les faits, Karim se sent plus sénégalais que français . On l’a vu lorsqu’il était aux affaires. Il a grandement défendu les intérêts sénégalais au détriment des intérêts français. Pour moi, c’est une petite polémique qui n’a pas de sens. Mais il ne faut pas oublier que c’est le gouvernement sénégalais qui avait porter plainte contre Karim Wade en France en premier lieu. Donc, chut, passons à autre chose.

  2. Karim n’est pas français MAIS il est aussi français et cela personne ne l’ignorait d’autant plus que sa mère est française comme d’ailleurs il est naturellement sénégalais par son père.
    Combien parmi nos Président, nos ministres avaient la double nationalité? plusieurs pour dire qu’au moment de déposer sa candidature il sera en règle avec les lois du pays.
    En faire un débat en la posant sur cet angle me semble dérangeant dans la mesure où cela n’est point une nouvelle c’est une évidence. Pensez vous que si cela pouvait être un obstacle ou un frein à sa candidature il allait l’évoquer ?

  3. Si la double nationalité pouvait faire de Karim un non éligible, il n’y aurait pas de CREI sous Macky Sall.
    Maintenant réfléchissons.
    Leurs slogans politiques sont:
    1/ Wade voulait la dévolution monarchique. Tout ce que Wade fait, il ne le fait que pour faire hériter son fils le Sénégal.
    2/ Karim a la double nationalité, il ne peut pas être éligible. Ou s’il l’est les sénégalais ne vont pas voter pour lui parce qu’il est français.
    3/ Et pourtant, cette loi, qui interdit la candidature d’une double nationalité, c’est son père qui l’a mise dans la constitution qu’il a fait votée.
    Que faut-il faire maintenant, par la presse d’abêtissement, pour maintenir les fanatisés dans le troupeau ? Faut – il abandonner la trop politiquement utile bulle de la dévolution monarchique, pour pouvoir répéter qu’en fait le père avait exclu le fils héritier de l’héritage ?
    Si ces vérités sont trop savantes pour des fanatisés. Au moins ils doivent quand même pouvoir comprendre que s’il était établi que Karim ne peut être candidat du fait de sa double nationalité, jamais Macky Sall n’aurait lancé son inhumaine CREI contre lui.
    La double nationalité de Karim, l’enquête de la CREI a été chargée de la faire mousser pour en faire un usage politique. Les avocats de l’état ont été envoyés en conférence de presse, en 2014 avec comme unique thème la double nationalité de Karim, pour tenter d’en faire un outil politique. Et aujourd’hui sur une phrase de son avocat, la communication de Macky reprend la balle au rebond toujours pour en faire un outil et les fanatisés sont lancés. Et dans chacun des cas, il s’agit à chaque fois de tirer Macky Sall d’une mauvaise passe, comme ici l’est l’avis de du Groupe de Travail.
    Parfois, je me dis qu’il est plus difficile d’être fanatisés que d’être un savant. Il faut beaucoup d’efforts au fanatisé contre sa propre nature pour pouvoir être ce qu’il est.

Les commentaires sont fermés.