Accusé d’avoir marabouté Cheikh Amar, Paco Jackson réagit : « Je connais des gens plus riches que Cheikh Amar »

Accusé d’avoir marabouté son ami Cheikh Amar avec des cadavres de chiens,Paco Jackson réagit par une interview avec nos confrères de Dakarposte
Qui me connait sait que je suis à mille mondes de ces pratiques. Certes, nous sommes en Afrique avec nos us, coutumes et pratiques occultes, mais « Walahi je le jure qu’une telle chose, une aussi vile bassesse n’a jamais effleuré mon esprit
Je connais des gens plus riche que Cheikh Amar

paco obiang
Je connais des gens plus riches que Cheikh Amar. Si je devais marabouter, je crois que j’allais le faire pour d’autres plus riches comme Crésus. Je peux en citer: Théodore Nguéma, Abdallah Al Saoud, Isabelle Dos Santos pour ne citer qu’eux d’autant que la liste est loin d’être exhaustive.
« Alhamdoulilah », j’ai la conscience tranquille. Je ne me plains pas. Pour ceux qui l’ignorent encore, je connais Cheikh Amar depuis Mathusalem, pendant ce temps où était ce gars? Où était encore ce repris de justice, multirécidiviste qui a été d’abord arrêté à Diourbel, sans compter le contentieux qu’il a eu avec un ancien ministre sous Wade que je ne vais pas citer pas décence. Je peux vous citer d’autres griefs à son actif compte non tenu des marabouts entre autres personnalités qu’il passe le plus clair de son temps à insulter.

Je ne suis pas un taulard
Moi, au moins j’ai un emploi. C’est connu je suis dans l’intermédiation depuis des décennies ; d’ailleurs et sans prétention mon carnet d’adresses ne court pas les rues de Dakar. Bref, j’ai un emploi du temps au pas de charge qui fait que je n’ai vraiment pas le temps comme l’autre à flâner, à mentir, faire chanter des gens, etc…
Fort heureusement, le commun des Sénégalais n’a pas encore oublié son fameux coup de 30 millions cfa perpétré contre tenez-vous…Cheikh Amar. Peut-il alors se vanter d’être l’ami de Cheikh Amar? Soyons raisonnable, un peu. Dites, est ce qu’un gars pareil, un aigrefin connu de tous peut-il être crédible aux yeux de l’opinion qui n’est pas dupe?
Je touche du bois, je n’ai jamais connu l’humidité d’un cachot, l’univers abscons du monde carcéral, « mangui sant yallah, di sant Serigne Touba, Serigne Saliou Mbacké sama serigne ».
Contrairement à ce gars qui rase les murs, qui mène une vie de bohème, je vaque, la conscience tranquille, à mes occupations.
En fait, sachant qu’il va sous peu retourner dans son monde, je veux dire la prison qu’il connait, il essaie de ternir mon image et celle de l’aide de camp d’une autorité de la République, je veux nommer Meissa Sellé Ndiaye. Il devrait plutôt penser à trouver de bons avocats capables de le défendre suite à la plainte de l’aide de camp en question dont il passait son temps à casser du sucre sur son dos.
Source Dakarposte

5 Comments

  1. iGFM – (Dakar) Le différend entre l’homme d’affaire Cheikh Amar et l’autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) risque de prendre d’autres proportions dans les jours à venir. Ce lundi, le nouveau directeur Général de l’agence susnommé, Abdou Karim Sall a mis en demeure la société TRE qui appartient à Cheikh Amar, de respecter ses engagements et à livrer les deux immeubles de l’agence après avoir encaissé les 8 milliards 200 millions de financement.

    «L’autorité de régulation des télécommunications et des postes avait demandé à un promoteur, TSE de lui construire deux immeubles qui ont été payés vers le début de l’année 2012 pour un coût total de 8 milliards 200 millions F CFA. Quand j’ai pris fonction en juin dernier, constatant que les travaux n’avaient pas beaucoup avancé, j’ai pris
    contact avec le promoteur pour lui demander de prendre les dispositions nécessaires afin que les immeubles soient livrés à l’ARTP. Nous avons rencontré l’équipe de TSE en présence de Cheikh Amar pour pouvoir caler d’un commun accord un planning qui
    permettrait d’indiquer la date à laquelle les immeubles seraient disponibles.

    Cheikh Amar avait pris la décision de s’engager » à livrer les immeubles en fin décembre 2014. Il avait également promis en rapport avec ses équipes de mettre à notre disposition un planning.

    Mais malheureusement ce planning qui devait nous être fourni durant le
    mois d’octobre 2014 ne l’a pas été» a expliqué ce lundi le directeur général de l’ARTP.

    Ne pouvant plus supporter les préjudices causés par le retard constaté dans la livraison de ses immeubles, Abdou Karim Sall affirme, en rapport avec le conseiller juridique de l’agence de régulation des télécoms avoir demandé de faire un constat d’huissier pour déterminer l’état d’avancement des travaux, le 8 Avril dernier pour faire appliquer les pénalités et sanctions prévues par le code des marchés en cas de retard de livraison.

    Birame NDOUR

  2. Publié le 31 May 2012 – 22:27

    POURSUIVI POUR 8,2 MILLIARDS

    Comment Cheikh Amar s’est sucré sur l’ARTP

    Thiérno Alassane Sall (à gauche) et Cheikh Amar

     

    Le nouveau directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et postes (ARTP) a fait face à la presse mercredi, dans un hôtel de Dakar, pour communiquer sur le différend opposant la société qu’il dirige à l’homme d’affaires Cheikh Amar qu’il a mis en demeure pour rembourser 8,2 milliards de francs Cfa devant servir à l’achat de deux immeubles aux Almadies.

     

    Annoncé par Enquête dans son édition du mardi en exclusivité, le différend opposant l’entrepreneur Cheikh Amar et l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) est bien réel. Il connaît d’ailleurs une évolution. En conférence de presse mercredi dans un hôtel de Dakar, le tout nouveau directeur général de l’ARTP, Thierno Alassane Sall a informé qu’une mise en demeure a été envoyée à Cheikh Amar ‘’pour lui demander le remboursement d’un montant global de 8,2 milliards de francs Cfa’’. Et s’il ne s’exécute pas, Cheikh Amar pourrait être traîné devant les tribunaux.

     

    Cette somme, l’entrepreneur qui s’est fait une fortune entre 2000 et maintenant, l’a reçue de l’ARTP dans le cadre d’une transaction immobilière. Il devait vendre deux immeubles intégralement payés par le régulateur des télécoms, mais qui sont à l’état de fondation. Il s’agit respectivement des immeubles Touba real estate (TRE) et Amar Holding. Et jusqu’aujourd’hui, les immeubles ne sont pas sur pied. En effet, un huissier a constaté que les travaux viennent quasiment de démarrer. Encore que ‘’l’acte de vente relatif à ce premier immeuble n’a jamais été authentifié au sens juridique du terme’’, a dénoncé le directeur général.

     

     

    3,5 milliards de la SONATEL y passent

     

    Le modus operandi de cette dilapidation des ressources publiques ? ‘’A la base, il y a le décret 2011-648 du 23 mai 2011 portant affectation de ressources financières issues’’, d’après Thierno Alassane Sall, de l’extension de la licence de téléphonie de la SONATEL (acquisition de la 3G+). En clair, les 3,5 milliards de francs Cfa payés par la SONATEL ont été virés par décret présidentiel à Cheikh Amar alors que ‘’ledit immeuble n’existait même pas encore de manière virtuelle’’, d’après Sall, sous entendant que ‘’les plans même n’étaient pas encore arrêtés’’. C’est ainsi que Ndongo Diao a versé ‘’directement et hors de la comptabilité d’un notaire, une avance de 2 milliards au promoteur’’. C’est à la suite de cela que les deux parties se sont attachées les services d’un notaire pour la suite de la transaction qui devait se régler par traites de 500 millions chacune. C’est ainsi qu’à la date du 26 septembre 2011, l’ARTP ‘’ a déjà versé le montant intégral (du premier immeuble) sans que la première pierre ne soit posée’’.

     

     

    Les conseils oubliés du notaire Me Amadou Moustapha Ndiaye

     

    Alors que le premier immeuble a été intégralement payé et pas encore livré, Ndongo Diaw contracte encore avec Papa Cheikh Amadou Amar (nom complet de l’homme d’affaires) ‘’pour l’acquisition, sur le même site, d’un second immeuble, cette fois sur fonds propres’’. Et tout comme pour le premier immeuble, il verse à nouveau 2 milliards de francs Cfa sans pour autant s’attacher les services d’un notaire. Cette fois encore, c’est un autre notaire qui sera contacté. D’après nos sources, il s’agit de Me Amadou Moustapha Ndiaye qui n’a pas voulu se mouiller dans cette nébuleuse. L’officier ministériel, conscient de l’illégalité de la procédure, fait signer à Ndongo Diao ‘’une reconnaissance de conseils donnés’’ dans laquelle l’ex-directeur général de l’ARTP attestait ‘’avoir parfaitement été averti par le notaire des risques encourus lorsque le versement de tout ou partie du prix s’effectue en dehors de la comptabilité de l’office notarial’’. En outre, M. Diao attestait ‘’avoir été parfaitement informé par ledit notaire des dispositions de l’article R182 du Code de la construction relatives au mode de paiement du prix de vente en matière de vente d’immeuble à construire’’. Lequel article dit que 30% du prix de vente de l’immeuble seront payés à l’achèvement de la fondation, 70% à la mise hors d’eau et 95% à l’achèvement de l’immeuble’’.

     

     

    Cheikh Amar : ‘’L’immeuble est là, je peux leur retourner leur argent’’

     

    L’homme d’affaires mis en cause dans cette transaction plus que douteuse n’a pas tardé à réagir. Sur les ondes de la RFM, repris par l’APS, Cheikh Amar a affirmé que l’ARTP ne lui a pas encore payé intégralement le prix pour l’acquisition d’un immeuble, précisant toutefois qu’il peut restituer l’argent qu’il a déjà reçu. ‘’L’immeuble est en cours de construction et puis ils ne m’ont pas payé intégralement mon argent’’, a déclaré l’homme d’affaires qui ajoute : ‘’Je suis un vendeur, je n’ai de problème avec personne (…) L’immeuble est là, je peux leur retourner leur argent, mais ils vont payer des pénalités parce que plus de 10 personnes m’ont contacté pour que je leur vende l’immeuble.’’

     

    BIGUE BOB &

    B. FOFANA

  3. Le ‘’Wanted’’ Cheikh Gadiaga largue ses missiles sur Cheikh Amar et des autorités « Dans l’affaire Dangoté, il m’a offert 5 millions FCFA et loué l’hôtel pour attaquer… »

    0
    inShare

    DAKARACTU.COM – Incroyable, mais vrai ! Le très cherché Cheikh Mbacké Gadiaga, après la découverte de son escroquerie portant sur 30 millions FCFA au détriment de l’homme d’affaire Cheikh Amar, est loin de se faire discret. Pire, s’étant rapproché de Dakaractu par téléphone émanant d’un numéro privé, il a entamé des révélations renversantes sur son désormais ex ami et ennemi juré, révélations qui éclaboussent aussi des personnalités de l’actuel régime. 
    Nous vous disions que certaines sources avançaient qu’il clame haut et fort que Cheikh Amar n’osera rien entreprendre contre lui, « on se connait, dou moudjou fène (cela n’aboutira nulle part ! » avait-il prédit. La suite lui a donné tort, soit dit en passant 
    Mais en plus, Dakaractu avait ajouté qu’à voir son assurance, on serait tenté d’y croire, parce que si on se rappelle bien lors de l’attaque contre les marabouts, c’est lui qui portait le combat, comme un bras droit. 
    A l’entame du largage de ses missiles, Cheikh Gadiaga a affirmé avoir reçu de l’industriel la somme totale de 5 millions FCFA pour affronter les marabouts qui défendaient la famille de Serigne Saliou. 
    La somme, indique, notre ‘’Arsène Lupin Flambeur’’, il  l’a reçue en deux tranches d’abord: la somme de 1000 euros en France, remise directement par Cheikh Amar, ensuite plus de 4 millions lui ont été donnés à son arrivée à Dakar. La location du lieu de la conférence de presse a été à la charge de Cheikh Amar, sous entendu qu’il a glissé de l’argent aux autres marabouts et soi-disant marabouts, pour mieux crédibiliser ses propos. 
    Pourtant, il ne s’est pas arrêté en si bon chemin, il a aussi affirmé que cette corruption faite à son niveau ne s’arrête pas là, car il peut faire des révélations sur ces autorités qu’elle a touchées, parce que l’homme d’affaire a des entrées trop faciles avec tous les deux régimes (Wade et Macky). 
    Sur ce volet, il a même été très dévastateur, livrant des noms, des actes (dates, contexte et lieu), bref des informations que nous tairons pour le moment, par souci d’équilibre de l’information. 
    Mais, comme s’il cherchait à nuire à son désormais ex ami intime, il est revenu sur l’affaire que Dakaractu avait relayé en août 2013, affaire durant laquelle toujours dans le mauvais rôle, il avait escroqué des personnalités et même simples citoyens nantis grâce à sa proximité avec Cheikh Amar. 
    Il a dénoncé une réaction à la limite, presque mafieuse de l’homme d’affaire. 
    « Le garde du corps de Cheikh Amar, Bamba, m’a tendu un piège comme vous l’avait dit, avec ses copains. Mais ce que vous ne savez pas c’est qu’il m’a malmené et déshabillé. Quand j’ai été tout nu, ils m’ont photographié et demandé de fermer ma gueule, sinon mes photos feront le tour de la presse. Ils m’ont même menacé de mort.» 
    Le garde du corps, indique toujours Cheikh Gadiaga, a été mêlé dans une affaire de double meurtre, dont les médias ont largement parlée. « Que fait-il à coté de Cheikh Amar ? » s’est-il demandé. 
    Cheikh Amar que nous avons interpellé a indiqué que cet homme passe sa vie à mentir. 
    L’homme que l’on pourrait aussi surnommer ‘’l’escroc de la Primature’’ a promis d’autres déballages, si on ne lui accorde pas son « hafiya », autrement si on ne lui colle pas la paix. 
    Pour le moment gardez le contact, Dakaractu vous promet d’y revenir

  4. Quand toute la famille de Serigne Abdoul Ahad tonne sa colère contre Cheikh Amar et Cheikh Gadiaga !

    0
    inShare

    Sous le contrôle de Serigne Khadim Mbacké Mahi, fils de Serigne Abdoul Ahad Mbacké et, par conséquent petit frère de Serigne Sidi, c’est toute la famille de Serigne Abdoul Ahad Mbacké qui a déclaré, ce vendredi, dans l’enceinte de la concession de l’ancien Khalife de Touba, toute son indignation par rapport aux récentes déclarations de Cheikh Gadiaga selon lesquelles Serigne Modou Mbacké n’appartient pas à la famille Mbacké et que son vrai nom serait Gaye. 

    Une forte colère matérialisée par deux points de presse presque simultanés tenus par les descendants du troisième khalife de Serigne Touba. Par la voix de Serigne Sidi Ibn Serigne Cheikhouna Abdoul Ahad, Cheikh Amar a été accusé d’avoir commis l’irréparable en faisant attaquer  et insulter directement leur guide spirituel, en l’occurrence Serigne Sidi Abdoul Ahad. « Nous nous sentons indignés par ce qui se passe. C’est la première fois qu’une telle offense s’abatte sur nous », déclare Serigne Sidi Cheikhouna. «  Nous déclarons solennellement que Serigne Modou Mbacké est le fils de Sokhna Khadsa Mbacké et de Serigne Sidi Abdoul Ahad Mbacké » rappelle Serigne Abô Diakhaté Ibn Sokhna Maïmouna Bintu Serigne Abdoul AhadMbacké. « Son homonyme fut un grand ami à Serigne Sidi et il s’appelle Modou Bâ Gaye. Serigne Modou n’a jamais été loin de son père. Il a fait ses études coraniques à Diourbel chez Serigne Omar Sall et il a conclu ses études en écrivant un exemplaire du Saint Coran qu’il a remis à son père Serigne Sidi. La famille s’estime particulièrement offensée car celui-ci dont la paternité est mise en cause peut, un jour, être le Khalife de Serigne Abdoul Ahad ». 

    Reprenant la parole, Serigne Sidi Ibn Serigne Cheikhouna Abdoul Ahad accusera Cheikh Amar de se tromper de guerre. « Sans Cheikh Amar, le fils de Fatou Sow (Cheikh Gadiaga) n’aurait jamais osé tenir de tels propos. C’est lui qui est derrière. Nous lui rappelons qu’il n’a jamais rien fait, en bien ou en mal, pour ou contre la famille de Serigne Abdoul Ahad. Il gagnerait à demeurer ainsi car c’est mieux pour lui. Nous le prenons pour responsable de tout ce qui a été dit et lui faisons savoir que s’il veut la guerre, il l’aura ». 

    Visiblement déboussolé par ce qui se passe, les descendants de Serigne Abdoul Ahad, soutenus per leurs frères héritiers de Serigne Saliou, de Serigne Souhaïbou, de Mame Cheikh Anta Mbacké etc … mettront  en place un « Observatoire » pour défendre les valeurs culturelles du Mouridisme « afin de parer ces attaques récurrentes contre Touba et qui passent, souvent, disent-ils, par une certaine presse », citant  d’ailleurs nommément en passant, un groupe de presse Sénégalais. 

    Joint au téléphone, Serigne Modou Mbacké dira n’avoir d’yeux que pour la marche qu’il compte organiser le 15 novembre dont l’objectif sera de  déplorer la mainmise de Dangote sur les terres de Serigne Saliou et la mise à l’écart par Macky Sall d’hommes comme Abdou Latif Coulibaly. 

    Etaient présents entre autre chefs religieux Serigne Abô Mbacké Ibn Serigne Moustapha Khassaïde, Serigne Abô Diakhaté Ibn Sokhna Maïmouna Bintu Cheikh Abdoul Ahad, Serigne Mame Mor Mbacké Ibn Serigne Abdou Mbacké de Darou Salam etc.….

    Mamadou Moustapha MBAYE (Appel-Touba)

    Samedi 19 Octobre 2013 – 08:51

           

  5. Cheikh Amar trahi par son ami Cheikh Gadiaga…

    Autres articles

     Lissa, l’actrice de « Un café avec » en deuil Cristiano Ronaldo : « L’Islam m’a sauvé la vie » Le saviez vous ? Sœurs, frères, père et fille se côtoient dans Un Café avec… Boubacar Diallo: « Pour moi, les trois meilleurs animateurs sont … » Concept « CONCERTO » : Le premier du genre fut un succès total pour Coumba Gawlo

    Cheikh Amar est très déçu par Cheikh Gadiaga, qui comptait parmi ses amis et s’autoproclamait par ailleurs chef religieux. 

    Cet homme en effet, se promenait dans tout le pays, se faisant passer pour le bras droit de l’industriel, mais donnant dans le plus pur trafic d’influence et arnaquant au passage de bien naïves personnalités, auxquelles il faisait miroiter des avantages en provenance de Cheikh Amar. Il se payait même le luxe, à l’occasion, d’enregistrer ces dernières, dans le seul but de les faire chanter par la suite. 

    Et comme toute chose a une fin, il tombera sur la veuve d’un ancien ministre libéral de renom, à laquelle il proposera plus que de l’intermédiation avec Cheikh Amar, poussant du coup la dame à s’en ouvrir à l’épouse du patron de TSE. Les choses devenant sérieuses parce que prenant une tournure assez désagréable pour lui, Cheikh Amar s’en remit à ses gardes du corps qui tendirent une embuscade à Cheikh Gadiaga, toujours dans l’exercice de ses frasques. Ils récupérèrent alors son cellulaire et découvrirent bon nombre d’enregistrements qui illustrent parfaitement ses douteuses et délictueuses pratiques, compte non tenu de la déloyauté vis à vis de Cheikh Amar, dont il a fait montre au cours de certaines conversations enregistrées. 

    Une plainte a été déposée au Commissariat des Parcelles Assainies par cette dame, et l’on ne sait pas encore quelle suite sera donnée par Cheikh Amar en personne…

Les commentaires sont fermés.