Abdoul Mbaye est faux…Il se cache derrière l’ACT pour fuir son passé

Hier, le Doyen des juges a inculpé et placé sous contrôle judiciaire l’ancien Premier ministre. Le juge a ainsi suivi le réquisitoire introductif du procureur de la République. Samba Sall a retenu contre Abdoul Mbaye les délits de faux, usage de faux dans un document administratif et tentative d’escroquerie. Le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) est traîné en justice par son épouse Aminata Diack qui l’accuse d’avoir falsifié leur régime matrimonial pour être polygame.

Mais avant la décision du doyen des juges, l’ancien premier ministre avait dénoncé le complot d’Etat sur sa personne prétextant que le pouvoir veut l’éliminer parce qu’il est un leader politique…

Mais cet ancien premier est l’incarnation de l’impunité. Il commet des actes illégaux dans son passé…Et aujourd’hui, parce qu’il est leader de parti, il veut que ces actes soient impunis et tout ce qu’un juge prononcera à son encontre est un complot d’Etat…

Dans quel pays sommes-nous… ?

Le leader de l’ACT est poursuivi pour faux et usage de faux…Voici les faits : « Ses ennuis judiciaires proviennent d’une plainte de son ex-épouse pour faux et usage de faux en écritures publiques et bigamie. C’est Aminata Diack, son épouse légitime qui a porté plainte contre lui à la police après avoir constaté qu’il a présenté devant le juge civil un certificat de mariage falsifié. 
Lors de l’audience, M. Mbaye a déposé le duplicata d’un livret de famille délivré par le centre d’état civil de l’hôpital Principal de Dakar dont les mentions laissent apparaître que le régime matrimonial choisi par les époux à la célébration du mariage et la communauté des biens a été supprimé et remplacé par la séparation des biens par une ordonnance rectificative (jugement) délivrée le 26 mai 1994 par le Tribunal départemental de Dakar. Alors que Mme Diack a versé à son dossier un certificat de mariage délivré par le centre d’état civil de Principal qui porte la mention de communauté des biens. Comment est-ce possible ? 
Face à cette divergence des actes, l’officier d’état civil qui a présenté au juge le registre de l’année 1982 (année de mariage du couple) a montré une altération des mentions relatives à la communauté des biens qui ont été raturées et surchargées pour changer l’option par celle de la séparation des biens. 
Dans sa décision rendue le 3 décembre 2012, la Chambre civile a jugé que le couple était marié sous le régime de la communauté des biens à cause des imperfections entourant le document présenté par M. Mbaye après avoir prononcé le divorce aux torts exclusifs de l’homme. Elle parle même de substitution frauduleuse du régime de séparation des biens au régime initial de la communauté des biens. En plus, l’article 393 du Code de la famille ne prévoit que trois causes de dissolution du régime matrimonial : Le décès, le divorce et la séparation de corps. Ces critères ne sont pas réunis dans cette affaire. » Selon nos confrères du quotidien

Après avoir commis toutes ces forfaitures, l’ancien premier crée un parti et s’y réfugie en tant que président dudit parti…Donc intouchable !

C’est trop facile !

Penda Sow pour xibaaru.com