Racine n’a pas de chance…Après toutes les casseroles qu’il traîne, Les agents de la CSS réclament des sous

Des travailleurs de la caisse de sécurité sociale observent un mouvement d’humeur depuis hier. Ils réclament une augmentation de salaire. Selon les membres de l’intersyndicale les termes des accords entre les deux partis sur ce point n’ont pas été respecté par la direction. Pour amener la direction à revoir à la hausse leurs salaires, des travailleurs de la caisse de sécurité sociale observent depuis hier, mardi un mouvement d’humeur avec le port de brassards rouges. Selon le secrétaire général du syndicat union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas), Hamed Saloum Badji, cette manifestation entre dans le cadre de leur plan stratégique afin d’amener la direction à réparer le préjudice causé à l’endroit de certains travailleurs de ces établissements. «Nous dénonçons une situation. Des négociations avaient été entamées pour l’augmentation des salaires du personnel. Il y a eu des accords entre les deux entités. Il s’est trouvé qu’une partie des travailleurs a été prise en charge et l’autre laissée en rade. Et depuis deux ans, il n’y a pas eu d’avancés», a souligné M. Badji. Et de poursuivre: « aujourd’hui, nous exigeons le respect de ces accords». Pour le dit mouvement d’humeur, M. Badji a renseigné que tous les établissements de la caisse sécurité sociale l’observent. « Il ne s’agit pas uniquement des travailleurs de Dakar, les autres régions sont aussi concernées par ces mêmes accords et le mot d’ordre est partout respecté dans les 17 agences», a-t-il souligné. Revenant sur la suite à donner à cet mouvement d’humeur, docteur Amadou Barry de la confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts) a laissé entendre que le préavis a été déposé et que le combat se poursuivra jusqu’à l’atteinte de leurs objectifs.Toutefois, docteur Barry reste convaincu, qu’ils n’arriveront pas au stade de grève qui risque de paralyser le système. Avant d’espérer: «nos responsables sont tous issus des familles syndicales. Ils règlent plusieurs problèmes et je pense qu’ils ne vont pas laisser la situation perdurée et qu’ils réagiront à temps avant la fin de ce préavis», a-t-il renchérir. En attendant, la suite des événements, les travailleurs vont continuer à travailler tout en maintenant le port de brassards rouges.
Avec Sudonline