Mame Mbaye Niang sur les grévistes de faim des agences dissoutes : « L’état ne leur doit absolement rien »

Les travailleurs des ex-agences de promotion et d’emploi des jeunes ont entamé depuis hier une grève de la faim pour réclamer des bonus. Leur porte-parole du jour, Ibrahima Guèye, interrogé par la Rfm, rappelle qu’ils détenaient tous des contrats à durée indéterminée et avaient des engagements auprès des banques qui les poursuivent. C’est pourquoi ils réclament des indemnités de précarité. «On a reçu des assignations, les banques nous poursuivent partout. Aussi il y a des indemnités de précarité, à savoir des bonus qu’on avait réclamés à l’Etat et jusqu’à présent rien n’a été fait».

Le ministre de la Jeunesse en charge de ce dossier, Mame Mbaye Niang, joint toujours par la Rfm, précisent qu’ils sont tous rentrés dans leur droits. «Avant de parler de bonus, il faut d’abord qu’ils entrent dans leurs fonds et ça c’est déjà fait. Je confirme que l’ensemble des travailleurs issus de ces agences qui ont été dissoutes sont rentrés dans leurs droits.

L’Etat ne leur doit absolument rien, conformément aux textes qui régissent l’administration. Ce dont ils parlent s’appelle bonus et ils ont eu à le négocier avec le liquidateur. Ils ne parlent pas de droit, ils parlent de bonus. Je pense que «bonus», tel que le mot indique, bonus c’est bonus, donc ce n’est pas une obligation pour l’Etat de le faire. N’empêche on a eu à discuter avec eux», précise leur ministre de tutelle.

Et Mame Mbaye Niang de rappeler que, en ce concerne leur redéploiement, ces ex-travailleurs des agences dissoutes ont été recasés. «Ils sont maintenant dans le marché du travail et, parmi eux, il y en a qui sont intégrés dans les agences. Certains ont été redéployés au niveau de l’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (Anpej) et dans d’autres agences. Et ça va continuer en fonction de nos possibilités».

Les quatre ex-agences regroupées depuis 2013 en une seule entité, l’actuel Anpej, étaient le Fonds national de promotion de l’emploi des jeunes (Fnpj), l’Agence nationale pour l’emploi des jeunes (Anej), l’Agence nationale d’appui aux marchands ambulants (Anama) et l’Agence nationale pour l’emploi des Jeunes de la banlieue (Ajeb, ex-Ofejban).