Macky sall et ses vieux briscards impertinents : l’escalade verbale en attendant

La constitution de Macky, quoiqu’il en dise est enrobée d’un hymne à la laïcité redondante et donc suspecte : le groupe de mots « renforcer les droits des citoyens » est synonyme en effet de «droits humains », renvoyant à la laïcité réaffirmée, et donc à la franc-maçonnerie.
Le concept flou « droits des citoyens » inclurait-il droits des minorités sexuelles et donc des MSM, nom pudique des homosexuels ?
Qu’il nous éclaire sur ce point.
La promesse faite à Barack Obama est au cœur de la constitution mackyenne. C’est normal que Youssou ndour lui dise « massa » car cela a dû être un déchirement pour le pauvre Macky de la respecter en posant les premiers actes avec sa constitution, et de devoir défendre le contraire partout. D’où son empressement à faire voter le referendum le plus rapidement possible afin d’éviter d’être démasqué et son infamie dénoncée auprès des chefs religieux, qu’il est en train de séduire avec son programme de modernisation des cités religieuses.
Le principe de la non rétro activité de la Loi a été évoqué par le Conseil constitutionnel pour justifier la candidature de Me Wade à un troisième mandat. Il sera à nouveau brandi pour permettre à Macky de prétendre à deux mandats de cinq ans avec la promulgation de sa constitution, si le OUI l’emporte!
Ses partisans en mal d’arguments disent aux gens: « Voter NON, c’est 14 ans, » comme pour dire « si vous voulez vous débarrasser de nous plus tôt, votez OUI ! »
C’est ce qu’il ne faut surtout pas faire!
Quant aux vieux schnocks qui lui cirent les bottes et s’accrochent à son pouvoir comme à une bouée de sauvetage pour vivre encore et encore longtemps dans la fatuité de l’ivresse de la sensation d’avoir de l’importance, il est devenu nécessaire de leur demander de respecter davantage les citoyens sénégalais, et l’opposition que nous sommes, car ils commencent à dépasser les bornes à force de vouloir plaire a leur bienfaiteur.
L’enflure Amath Dansokho n’a jamais rien fait pour son pays. Il aurait crevé sans Me Wade à force de régurgiter toute la vodka descendue durant ses pérégrinations communistes.
Quand Macky présentait sa déclaration de politique générale à l’Assemblée en sa qualité de premier ministre de Me Wade à l’époque, il avait fait allusion à une opposition revancharde incarnée par des bavards insolents comme Dansokho. Il avait ajouté que l’Etat avait les moyens de mettre fin à leurs agitations stériles. Le lendemain il criait comme un porc qu’on trucide à travers les ondes, pour prendre à témoin l’opinion publique sénégalaise au cas où il lui arriverait quelque chose, car il avait été disait-il, menacé dans son intégrité physique par le régime de Me Wade. Joli compagnonnage désormais, entre Macky Brutus senegalensis et le communiste Dansokho qui aura tout renié même Dieu, et qui s’accroche furieusement à la vie et à l’ivresse du pouvoir, tout ce qui lui reste.
Moustapha Niasse, heureusement que Dieu le connait assez pour ne pas le compter parmi ses proches. Son insolence qui ne s’exprime désormais que par les injures car il a perdu la force et ne peut donc plus user de la violence le perdra, ce vieillard! A quoi cela lui sert d’afficher un respect obséquieux envers ses pauvres proches s’il n’est pas capable de respecter la Foi de ses semblables, en poussant son outrecuidance jusqu’à usurper la place de Dieu pour les exclure des rangs de ses fidèles car ils sont simplement contre l’avis de Macky? Heureusement qu’il n’est pas à sa place sinon il nous aurait surement massacrés, ce vieux dictateur! La politesse est la meilleure qualité que nous attentions de sa part, mais nous constatons chaque jour que son éducation a été ratée, et qu’il a été incapable de se rattraper par son instruction! Ainsi entrera t-il dans l’histoire de notre pays comme le premier ministre à avoir agressé en plein conseil des ministres un collègue, préférant l’argument de la force à celui des idées. Un parfait tempérament de chiffonnier, dont il a passé l’âge de se débarrasser : c’est une vieille scorie, en effet!
Simplement la démocratie exige que l’on souffre que les autres aient des avis contraires aux siens, et qu’ils aient le droit de les exprimer et la liberté de les défendre. Quand on vieillit on retombe en enfance, et peut être sont ils simplement en train de devenir gâteux.
A Macky de les raisonner, dans ce cas.
Cissé Kane NDAO
Président de l’A.DE.R