Les femmes du PDS ne veulent plus de Fada…Elles sonnent la mobilisation autour de Me Wade

Les femmes du Parti démocratique sénégalais (Pds) sont en ce moment à la permanence Omar Lamine Badji sur la Vdn à Dakar. Ces « femmes » de Me Abdoulaye Wade veulentdémontrer leur entière adhésion à la décision de ce dernier de remplacer Modou Diagne Fada par Aïda Mbodji.
Du côté de Bambey, fief de la baronne libérale, C’est déjà la grande mobilisation avec une forte caravane pour rallier Dakar dès les premières lueurs de la matinée.

Certaines indiscrétions révèlent qu à l’issue de ce conclave, la direction du parti démocratique sénégalais décidera de la date de la tournée nationale pour sillonner l’ensemble des localités du Sénégal.

1 Comment

  1. Devant Macky Sall, Abdoulaye Wade chanté par les libéraux et démocrates du monde
    Les éloges n’ont pas manqué pour l’ancien président de la république à l’occasion de la conférence annuelle organisée par l’Alliance des libéraux et démocrates d’Europe, du Pacifique, d’Afrique et des Caraibes (ALDEPAC). C’était au King Fahd Palace en présence du président Macky Sall. Les conférenceiers sont aussi largement revenus sur la mauvaise gouvernance des ressources naturelles en Afrique

    Rédigé par leral.net le Dimanche 18 Octobre 2015 à 16:35 | | 4 commentaire(s)|

    Devant Macky Sall, Abdoulaye Wade chanté par les libéraux et démocrates du monde

    Plusieurs libéraux et démocrates d’Europe, du Pacifique, d’Afrique et des Caraïbes ont pris part, hier à la conférence organisée par L’ALDEPAC autour du thème « la gouvernance des ressources naturelles de l’Afrique: une approche libérale ».

    Cette conférence qui se tient pour la seconde fois en dix ans au Sénégal n’est pas un hasard d’après Guy Verhofstadt, représentant de l’ALDEPAC. D’après lui, le Sénégal est l’un pays où « la liberté de la presse, la liberté d’expression et la liberté de religion sont des principes de base de la société, et des valeurs indéniables. C’est un pays phare du libéralisme en Afrique. »

    Par rapport aux conséquences désastreuses que subissent quotidiennement les ressources naturelles en Afrique, l’ancien premier ministre belge soutient que les les ressources naturelles sont un tout pour le continent africain, même si elles restent fragiles. Elles peuvent être une bénédiction et non une malédiction.

    Et ceci, seul un renforcement de l’arsenal juridique pourrait mettre fin aux conflits causés par l’exploitation abusive et illégale des minerais. « L’Afrique perd chaque année plus de 60 milliards de dollars en raison des flux financiers illicites. C’est plus du double par rapport aux 24 milliards d’aide publique que reçoit le continent. C’est pourquoi, nous avons décidé de prendre l’initiative dans la lutte pour une redistribution équitable ».

    Il a également profité de l’occasion pour féliciter l’ancien président Me Abdoulaye Wade pour le bon travail mené dans « l’accroissement de la force libérale » au Sénégal.

    Le Pr Wade est un bel exemple pour l’Afrique et le monde sur le plan démocratique
    Plusieurs autres autorités présentes ont profité de l’aubaine pour se remémorer les exploits du président Abdoulaye Wade sur le plan libéral.

    D’après le Dr Juli Monoves, président de l’international Libérale, le « Sénégal est un bel exemple pour toute l’Afrique et le monde sur le plan démocratique grâce et surtout au travail de l’ancien président Abdoulaye Wade qui a abattu un travail colossal pour instaurer dans son pays, un climat favorable à l’entreprenariat »

    Ne point transformer les minerais en minerais de sang et de conflits
    Johan Van Hecke, coordonateur politique et fondateur de l’ALDEPAC est quant à lui revenu sur les conséquences de l’exploitation des minerais avant de proposer des solutions. « Ce thème sensible et multidimensionnel crée de nombreux fléaux en Afrique, notamment des guerres, des viols, des violences massives, physiques et psychologiques, une violation quotidienne des droits de l’homme… C’est pourquoi, nous demandons aux autorités de favoriser l’intérêt général sur l’intérêt personnel pour ne point transformer les minerais en minerais de sang et de conflits

    Macky Sall ignore Abdoulaye Wade

    L’allocution du président Macky Sall est celui qui aura le plus marqué l’assistance. Malgré les nombreux compliments de ses invités envers son prédécesseur, le président Macky Sall n’a pas daigné utile de souligner les exploits de son ex-mentor.

    Revenant sur la richesse en matières premières du sous-sol africain, le président Macky Sall de rappeler les potentialités en ressources naturelles que détient le continent africain.

    « L’Afrique est un continent qui regorge près de 30 % des réserves minières, 80 à 90 % du chrome, 12 % du pétrole, 40 % de l’or et ne produit que 1,4 % des richesses mondiales et c’est paradoxal.

    En outre – 20 % du territoire africain est électrifié. C’est aujourd’hui déplaisant et offusquant que le continent le plus riche en matières premières et ressources naturelles soit le moins développé.

    C’est pourquoi je pense que l’Afrique a besoin de nouveaux multiplicateurs de croissance, afin de pouvoir dominer l’économie mondiale dans quelques décennies a dit Macky Sall »

Les commentaires sont fermés.