La campagne pour le NON à la réduction du mandat de Macky a commencé…L’APR d’Espagne donne le ton

Mandat présidentiel, nous disons NON
Avant d’être élu Président de la République du Sénégal, son Excellence Mr. Macky SALL avait promis de réduire son mandat de 07 ans à 05 ans et de se l’appliquer. Permettez-nous de vous demander quel honneur peut dicter une pareille décision et quelle raison la justifie si ce ne sont la dignité, l’honnêteté et la foi pour montrer aux uns et aux autres que le pouvoir sert à servir la société et non de s’en servir et qu’il n’est pas une fin en soi.
Les plus vaillants hommes politiques songent toujours à venger les injures de leurs ennemis ou adversaires qu’ils reçoivent par des actes de dignité. En ces hommes, le Président SALL en fait partie. Son Excellence incarne des vertus cardinales au moment où on avance « en d’autres temps, d’autres mœurs ». Convenons, que ces mœurs soient de bonnes qui riment avec le temps pour l’amélioration de nos conditions d’existence comme il le montre en chaque occasion.
Pour ce cas de la réduction de son mandat, on l’accule, on l’insulte, on le critique et le menace sur les plateaux de télé, de radio, sur les colonnes des journaux et sur celles de la presse en ligne pour qu’il fixe la date à laquelle il va le faire de gré ou de force sans pour autant :
1º) Savoir que la promesse n’est pas une obligation formelle qui donne droit à des menaces.
2º) le feu de la vérité doit animer celui de l’honneur et la valeur de l’être doit se montrer au bénéfice de la population.
3º) le mandat lui revient de droit, c’est sa propriété, il en fait ce qu’il veut. Un homme de bien ne peut être un homme sans honneur. Mais l’honneur d’un politicien véreux, d’un rancunier haineux ou d’un ennemi juré ne craint pas le vice, il se cherche dans la malhonnêteté, dans l’absurdité, dans la fausseté par le mensonge et la tricherie en s’appuyant sur n’importe quel support pour essayer de vaincre l’honnêteté et devient autre.
Et si le Président décidait d’augmenter de deux ans son mandat comme WADE l’avait fait ? Que direz-vous ? Où sont ceux qui avaient soutenu le projet de Maître WADE avec leur exposé des motifs qui soulignait que « la pratique a montré que cinq ans était une durée très courte pour l’exercice serein de la magistrature suprême ». Plus grave encore, au lieu de passer par voie référendaire, voie légale et unique que le peuple avait adopté, ils sont passés par la voie parlementaire. En le faisant à cette époque, le PDS à l’exception de quelques députés comme Ndiogou Wack, Ndèye Fatou TOURE, Imam Mbaye NIANG, avait enlevé de manière honteuse le verrou de l’article 27 de la Constitution en sa première phrase de l’alinéa premier. Ils soutenaient dans le même sillage que « l’homme se doit de se remettre en cause, initier des actions, les mettre en œuvre et les adapter par rapport à l’environnement global, aux préoccupations et aux priorités du moments». Plus encore disaient-ils qu’avec cinq ans de pouvoir, deux ans étaient pour l’imprégnation, début des initiatives à la troisième année, la matérialisation à la quatrième qui constituera en même temps l’année de la précampagne pour un second mandat. Mieux, le PDS soutenait que le mandat de sept ans devrait profiter et donner plus d’efficacité au prochain Président après WADE. Nous nous réjouissons pleinement des réalisations de son Excellence le Président SALL en 03 ans.
Où sont-ils aujourd’hui ? Que pensent-ils de cette réduction? Ils disaient entre autres qu’il n’a jamais été question au niveau de la commission cellulaire chargée de rédiger la constitution de 2001, d’appliquer la disposition relative en recours au référendum sur la durée du mandat. La durée du mandat avait fait l’objet d’un accord consensuel au sein de la classe politique sénégalaise et que le plus important était de verrouiller la limitation des mandats à deux. Et voilà qu’ils refusent au Président de consulter le président de l’Assemblée et le Conseil Constitutionnel. Les archives en images et en paroles servent à éclairer l’opinion mais on refuse même de les sortir et pourtant elles sont toujours là.
Les hommes politiques, droits de l’hommiste, journalistes et professeurs qui soutiennent la réduction du mandat sont ceux dont la probité morale est la plus suspecte, renonçant à la raison, à la vertu et à l’honneur envers la Nation.
Aux apéristes, sympathisants et souteneurs du Président Macky SALL, Nous leur demandons d’inspirer le « NON » dans tous les coins du Sénégal avec tous les moyens légaux qu’il faut. A nos camarades de la Diaspora, la diminution du mandat n’est qu’étourderie, égoïsme politique et inopportunité pour le Sénégal, c’est un manque de patriotisme à dire « OUI » et un péril national, nous disons « NON, NON et NON ».
Section 2 APR/Almeria/ Espagne, Coordonnateur Malick Wade GUEYE.