Une militante sénégalaise écrit au président Gbagbo

Mr le Président, Son Excellence Monsieur LAURENT GBAGBO, président de la République de Côte d’Ivoire déchu par l’armée française, vous souffrez certainement du silence du monde face à l’injustice que vous vivez.

Le silence de vos frères africains actuels chefs d’Etats. A l’aube de ce procès, je voudrais vous exprimer mes salutations et mon soutien le plus fraternel et chaleureux. Soutien d’une fille de l’Afrique et d’une militante de l’Afrique.
Pardonnez la tiédeur de leur indignation, pardonnez la pudeur des victimes qui taisent les crimes dont leurs frères sont victimes accordant ainsi aux bourreaux l’impunité.

Nous avons tous été grugés. Nous avons compris avec le temps que l’on nous a appris à vous détester. Nous n’avions pas compris. Nous avons compris trop tard. La pieuvre est bien trop puissante.

Vous avez résisté mais le brouhaha des plaidoyers des criminels tonnait comme le roulement d’un tambour de guerre, bien plus fort que les murmures de ceux qui avaient compris.

Nous ne pouvons continuer à vivre dans le silence. L’aphonie des esclaves des temps modernes, les esclaves de la France perpétue l’indicible.

Nous sommes ces frères qui préfèrent faire semblant de n’avoir ni vu, ni compris l’existence des tribunaux qui ne jugent que l’homme noir. Nous sommes de ces peuples qui se résignent au fait qu’il y a de ces lois valables que pour les Présidents africains. Nul ne saurait justifier la liberté actuelle de Nicolas Sarkozy après son épopée en terre libyenne et en terre d’eburnie dont vous êtes ressortissants.

Nous sommes avec vous de tout cœur Mr le Président. Je vous dis « Gacce nga lama » L’histoire retiendra que seul contre tous vous avez refusé le déshonneur. Vous avez choisi la dignité, la Patrie. Votre nom figurera dans les carnets des héros de la jeunesse africaine avec d’autres illustres et nobles fils de Mama Africa : Lumumba, Sankara, Olympio, Modibo Keita et tant d’autres dignes et valeureux fils de l’Afrique sacrifiés à l’autel des intérêts de la France « pays des droits de l’homme « .

Malgré tout, je reste convaincue que vous vous en sortirez victorieux. Car vous êtes innocents selon les faits. Pour moi vous êtes l’un des derniers résistants par qui, l’Afrique sera complètement libérée, grâce à DIEU. OUI J’Y CROIS !

Françoise Hélène Gaye spécialisée en Réhabilitation et Sport adapté résidant en Californie-USA