Un socialiste interpelle l’opposition : « Pas d’unité, pas de victoire aux législatives ! 2017 c’est maintenant ! »

Pour éviter que l’opposition ne perde les élections législatives de 2017, j’en appelle à l’unité et seule l’unité peut gagner ce régime qui n’hésitera pas à user de tous les moyens (fraude, achats conscience, bureaux fictifs, etc).

Cette dynamique unitaire enclenchée lors du référendum du 20 mars, le front de l’opposition doit remettre cela aux prochaines élections législatives de 2017.

Il faut que ça soit clair, aucun chef de parti ne serait capable à lui seul d’avoir une majorité aux législatives de 2017 alors mettons à coté les intérêts crypto-personnels et créons une grande coalition pour faire face à cette dynastie.

Serigne Modou Kara, Khalifa Ababacar Sall, Abdoulaye Baldé, Idrissa Seck, Cheikh Bamba Dièye, Malick Gackou, Mansour Sy Diamil, Imam Mbaye Niang, Oumar Sarr, Aissatou Mbodji , Mamadou Diop Decroix, Modou Diagne Fada, la société civile, etc je vous appelle à l’unité encore une fois pour une victoire aux législatives de 2017. Ce qui, empêchera Macky Sall de détruire ce pays.

Il faut qu’on soit résolu pour mener cette lutte et pour affaiblir la dictature Faye-Sall avant de la terrasser et faire partir Macky Sall en 2019.

Nous avons besoin d’une opposition réconciliée, démocratique et unie. Macky Sall va à contrecourant de nos valeurs. En favorisant son fameux LMD (Lutte, Musique et Danse) au détriment de l’éducation et la santé, Macky Sall a montré ses limites alors seul une cohabitation de l’opposition à l’Assemblée Nationale pourra le faire changer de méthodes.

C’est pourquoi, nous allons continuer à le combattre’’, précisant au passage que ‘’nous ne combattons pas l’homme, mais plutôt ses pratiques rétrogrades qui divisent les sénégalais, tribalisent les débats politiques et qui pratiquent l’exclusion et la stigmatisation qui fait reculer la démocratie. Voilà, les valeurs pour lesquelles on se bat’’.

Si, aujourd’hui, tous les chefs de partis de l’opposition sont prêts à l’unité en conséquence, nous pourrons ? J’en suis convaincu ? Enrayer cette vague d’incompétence et prendre le vrai chemin de l’émergence qui permettra au peuple sénégalais de déterminer son propre avenir. Sinon, cette spirale néfaste se poursuivra et pourrait bientôt devenir irréversible.

« bou kén nakh boppam » Vive le Sénégal ! Vive l’opposition unie !

Modou Ndiaye (modunjaay@gmail.com)

Responsable politique PS Bambey

2 Comments

  1. Plutôt un verrouillage contre la fraude, c’est la seule urgence. C’est clair que le pouvoir ne peut gagner au Sénégal que par la fraude.
    Il n’y a pas d’après vol. Il y a vol. Il sera permanent dans le temps. La preuve par leur impossibilité même à être dans l’après vol. Si Macky n’a pas annoncé la victoire du OUI sans organiser de référendum c’est parce qu’il avait absolument besoin d’un processus qui aboutisse à l’acquiescement du peuple. Le vol du OUI , au référendum, a besoin du OUI de ceux qui sont volés. Il faut que le peuple, l’opposition, croient et acceptent qu’il y a victoire du OUI. Macky a besoin absolument de cette croyance. Et c’est ce qui lui est refusé. Et c’est ce qui explique qu’ils ne se tairont jamais. Et c’est ce qui explique qu’ils répéteront toujours que le référendum est derrière nous. Ils n’y croyez pas, mais ils ont besoin que nous y croyions. Le voleur a besoin de s’assurer du renoncement de la victime de son vol pour son équilibre intérieur. Et nous, nous refusons d’aider notre voleur à bien dormir en lui disant que ce qu’il a fait n’est pas grave. C’est non. 1 213 bureaux de vote, c’est du réel. Ce n’est pas une opinion. Ce n’est pas une question d’être d’accord ou pas. C’est mathématique. C’est comme 2 + 2 = 4. 2 + 2 font 4 se fout de ce qu’en pense un juge, ou un ministre de l’intérieur ou un président de la république. 2 + 2 font 4 restera tel quel. A quoi bon dépenser des milliards pour des universités, si c’est pour désirer voir en sortir des citoyens qui accepteront qu’un juge, un ministre, ont la prérogative de décréter que 2 + 2 peuvent ne pas faire 4 ? A quoi bon dépenser pour l’éducation si c’est pour souhaiter obtenir des citoyens qui croient qu’un ministre peut mettre fin ç la science ? Plus de 12 000 bureaux avant votes, plus de 13 000 au résultat final: il y a eu une hausse de 1213 bureaux, sur le papier. C’est celui qui veut faire croire le contraire qui perdra le sommeil mais pas celui à qui il tente de faire croire ce contraire.

Les commentaires sont fermés.