Un « NON » massif pour le référendum du 20 mars 2016 !

Par Cheikh Sidiya DIOP
Secrétaire général de la Ligue des Masses
dcheikhsidiya@gmail.com

« Forrest Gump », est une comédie dramatique américaine réalisée par Robert Zemeckis, et, qui a pour acteur principal Tom Hanks. Ce film récompensé de six(6) Oscars relate l’histoire mouvementée des États-Unis des années cinquante. Dans cette comédie, Tom Hanks présentait son ami comme étant extrêmement bancal en ses termes: « Son dos est tordu comme l’esprit d’un politicien » dixit notre brillant comédien. Cette pensée pertinente de Tom Hanks prend momentanément tout son étendu au Sénégal où une tragique réalité politique continue à entretenir une médiocrité devenue générale par une gestion aussi écœurante qu’opaque. Ipso facto, je soutiendrai mordicus que le Président Macky Sall est tordu, Le Professeur Ismaëla Madior Fall est malhonnête et enfin le Premier Ministre Mahammed Dionne est fourbe.

Le Président Macky Sall est tordu. Il a l’esprit tordu d’un politicien qui fait des promesses fantasmagoriques surtout intenables et par des engagements fermes sans tenir compte de leurs faisabilités. Et, ce qui est scandaleux, il est toujours animé d’un esprit tordu et d’une arrière-pensée tordue de rouler dans la farine sans scrupules les lanternes quelque soient leurs niveaux d’intelligences. Concernant la réduction de son mandat, combien de fois l’a-t-on vu varier, valser pour enfin se rétracter sans retenue. Depuis belles lurettes je n’ai cessé d’alerter l’opinion que le Président se ruinera en promesses puisqu’il ne pourra pas tenir ce serment de réduire son mandat puisque juridiquement irréalisable. La loi ne le lui permet pas, et, sur cette question le Conseil Constitutionnel a raison de recadrer le Président en lui précisant que le mandat en cours est strictement non annulable et non modifiable. Par contre, le Président avait largement la possibilité de démissionner et d’organiser des élections anticipées. De facto, son alibi de s’appuyer sur l’avis du Conseil Constitutionnel est un argument qui ne tient pas la route puisque mensonger, inexact et animé d’une volonté de bluffer les populations.
Quant au Professeur Ismaëla Madior Fall, il n’est rien d’autre que malhonnête. Il a l’esprit malhonnête et corrompu. Et, en criant urbi orbi que la décision de Conseil Constitutionnel était liée au Président de la République, il s’est dédit et s’est contredit. Dans son ouvrage « Evolution constitutionnelle du Sénégal de la veille de l’indépendance aux élections de 2007 », il a soutenu vaille que vaille et par écrit que : « L’avis du Conseil constitutionnel ne lie pas le président de la République (…) Par ailleurs, la consultation du président de l’Assemblée Nationale est une simple consultation de même que l’avis du Conseil Constitutionnel qui ne lie pas le président de la République, aucun obstacle ne se dresse devant la volonté présidentielle ». Quelques années plus tard, il déclarera que « les avis rendus par le Conseil constitutionnel lient le Président de la République. Il ne peut pas se soustraire à son avis. Il est donc obligé de suivre l’instruction du Conseil, quel qu’il soit ». Ipso facto, il a été contradictoire et instable puisque s’éloignant ouvertement de la déontologie que lui exige sa posture d’enseignant de sciences juridiques et quelque soient ses choix politiques. En sus, en contredisant ouvertement ses collègues tels le Professeur Serigne Diop, le Professeur Babacar Gueye, le Professeur Amsatou Sow-Sidibé et autres enseignants qui ont contribué à sa formation, et , surtout par une polémique stérile basée sur des attaques personnelles et intempestives, il a été très hautain, bas , ingrat et discourtois. Il est inadmissible pour un intellectuel de la trempe du Professeur Ismaëla Madior Fall, d’animer une critique intellectuelle fondée des invectives aussi violentes les unes des autres.
Idem, pour le Premier Ministre Mahammed Dionne qui est fourbe. Il a l’esprit fourbe et fumiste. Dans une contribution dénommée « Les raisons de voter oui », il revient à la charge en s’appuyant sur le PSE. Or, le PSE et le référendum sont deux concepts diamétralement différents et opposés. Malgré la qualité intellectuelle de sa contribution, je pense que son texte a été un fiasco et un véritable hors sujet puisque ne dissertant pas sur l’essentiel mais naviguant à vue sur une fumisterie intellectuelle.

Pour en revenir au référendum qui n’est rien d’autre qu’une escroquerie politique, je pense à mon humble avis, que l’on ne peut pas demander une réponse ferme sur quatorze (14) questions ouvertes. Cette formule me parait illogique, inéquitable, incohérente puisque l’électeur peut être d’accord sur une question et ne pas l’être sur l’autre. J’en suis l’exemple incontestable puisque j’ai des réserves extrêmes telles que : l’annulation de l’article 26 ou le scrutin majoritaire à deux tours, la création du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, le mode du choix du Chef de l’opposition, les modalités de financement des partis politiques et enfin la participation du citoyen lambda à tout type d’élection.
Ces mutations constitutionnelles telles que formulées par le Président Macky Sall ne méritaient pas un référendum qui au contraire me semble être un gâchis de ressources financières puisque ces changements constitutionnels peuvent être envoyées à l’Assemblée Nationale et faire économiser au contribuable sénégalais trois(3) milliards de francs CFA contrairement aux sept cent cinquante(750) millions de francs CFA alloués à la Commission Nationale de Reformes des Institutions(CNRI) qui ont abouti à rien du tout à part des injuries et menaces des énergumènes de l’APR sur le Président Amadou Makhtar Mbow et les éminents membres de la CNRI qui avaient délivré un très bon travail aussi qualitatif que quantitatif. De facto, la réforme majeure que l’on attendait de ce référendum était la réduction du mandat présidentiel de sept(7) à cinq(5) ans.
Une autre raison qui expliquerait mon choix est que le système Aperistes est dans une logique de fraude électorale puisque tenant une consultation en pleine période de révision ordinaire des listes électorales où il apparaitrait que des mineurs et des étrangers seraient inscrits. Ce qui serait suspect puisque les cartes d’électeurs seraient distribuées dans les délais illégaux.

En somme le Président Macky Sall est un esprit tordu qui se croit un esprit malin. Le Professeur Ismaëla Madior Fall est un esprit malhonnête et corrompu. Le Premier ministre Mahammed Dionne est un esprit fourbe et fumiste. Ce trio de malfaiteurs politiques tente de manœuvrer l’intelligence des sénégalaises et des Sénégalais par un référendum truqué d’avance qui n’est autre qu’une mascarade en bonne et due forme.
La constitution d’un pays est une chose sacrée à l’allure de la bible ou du coran. Elle mérite un respect profond et sincère mais pas un tripatouillage surtout à des fins personnelles. Cette méthode est scandaleuse et inadmissible. Et, au nom de la Ligue des Masses et en mon nom propre, je voterai et ferai voter un « NON » massif pour le référendum du 20 mars 2016 pour le principe : refus du hold-up, refus de tenir sa parole donnée, refus de prendre nos intelligences pour du bétail ou des obtus d’esprit.

1 Comment

  1. 45 professeurs, agrégés et docteurs, de droit signant un manifeste pour refuser une interprétation d’un article de la constitution, une première au Sénégal.
    Dans tout pays où le pouvoir ne s’est pas fixé pour objectif d’abêtir son peuple, ce manifeste aurait suffit ne serait que pour les arrêter au moins une semaine pour réfléchir.
    Mais l’entêtement du pouvoir après ce manifeste, l’acharnement des fanatisés et des dames de compagnie pour présenter ses professeurs comme des mécontents et opposants, affiche les véritables visées de ce pouvoir par rapport à l’intelligence, à la science de son peuple. La science et l’intelligence du peuple sénégalais est à abattre pour eux.
    Cela nous permet de comprendre que si Macky prenait la décision de faire un vaccin à tout le peuple sénégalais, et que 45 professeurs, docteurs et agrégés, en pharmacie, signaient un manifeste pour avertir que le produit de l’injection est dangereux, Macky n’en aurait cure. Et les fanatisés et dames de compagnie les auraient taxés d’opposants mécontents.
    Si Macky Sall décidait de forer une mine quelque part dans le Sénégal et que 45 professeurs, docteurs et agrégés, en géologie, signaient un manifeste pour dire que ce forage est dangereux, Macky n’en aurait cure. Et les fanatisés et dames de compagnie, les auraient taxés de mécontents opposants.
    La ligne de ses fanatisés et dames de compagnie est simple: A bas la science si elle ne va pas dans le sens des désirs de Macky. La science même est opposante et mécontente si elle ne soutient pas Macky.
    C’est dans ce sens que ce geste de ces 45 professeurs est à inscrire dans les pages de l’histoire du Sénégal. Ils viennent de montrer le refus de la science à accepter d’être avilie, d’être dégradée, seulement pour la peinture d’un seul homme.
    Même Galilée, face à la menace de mort, aurait murmuré: « Pourtant elle tourne ».

Les commentaires sont fermés.