Un jeune de l’APR rejoint Ousmane Sonko, Par Ibrahima Amar

J’avais voté et fait voter Macky Sall en 2012. J’ai été mandataire de ”BBY” à toutes les élections depuis cette date dans mon centre de votre à Bayakh. J’ai soutenu l’action politique du Président de la République depuis 4 ans et pardonné presque toutes ses fautes de gestion. J’étais tout simplement #MackySall.

Mais les récentes affaires Nafy Ngom KEITA et surtout Ousmane Sonko m’ont persuadé que demain n’est pas la veille de la rupture tant attendue.
Par conséquent, j’ai décidé de soutenir M. SONKO en qui je place beaucoup d’espoirs.
Je suis le leader du PASTEF depuis plus d’un semestre, et je vois en lui un homme politique qui, au lieu d’hurler avec les loups et de s’enliser dans une politique politicienne empreinte d’insanités et de duplicité; s’est mis sur le terrain du débat constructif, des analyses fouillées et des véritables propositions pour un Sénégal meilleur.
Ousmane Sonko est un pur produit de l’école sénégalaise qui s’est hissé, par l’effort constant et le culte du travail, dans l’élite de ce pays.
Le président M.S a sûrement oublié que c’est parce que le peuple sénégalais abhorre l’injustice et l’iniquité qu’il est à la station qu’il occupe aujourd’hui.
Chers amis, j’assume mon passé politique qui est lié à l’APR. Mais comme les rappeurs de KEUR GUI l’ont déjà chanté (Diogoufi), aucune avancée significative n’a été notée dans la lutte pour un Sénégal de justice et d’équilibre, gage d’un développement endogène. Et je ne suis pas prêt à pardonner à Macky SALL, ce que j’ai énergiquement refusé à Abdoulaye WADE.