UEMOA : Amadou Ba trace les contours de l’économie sous-régionale

Le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, président entrant du Conseil des ministres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) a fait la situation de l’Union, hier, à l’ouverture du 19e Sommet des chefs d’Etat de ladite entité, à Cotonou.
COTONOU, Bénin – Déroulant les réalisations de l’Union, Amadou Ba a décliné un diagnostic des activités de l’Uemao dans différents domaines. «Au plan économique, a-t-il indiqué, l’activité a été bien orienté au cours de l’année 2015 et les perspectives apparaissent favorables. En effet, le taux de croissance économique de l’Union a été estimé à 6,6% en 2015. Cette performance résulte de la hausse des productions agricoles et industrielles, ainsi que du dynamisme des Btp (Bâtiments et travaux publiques), portée par la poursuite des investissements publics et privés dans les Etats membres de l’Uemoa».
Une inflation faible, des taux directeurs au plus bas
Amadou Ba a aussi insisté sur «l’inflation qui est demeurée faible dans l’Union, avec des perspectives modérées à moyen terme. Dans ce contexte, la Banque centrale a mené une politique accommodante en maintenant ses taux directeurs à leur plus bas niveau historique et en poursuivant ses refinancements en faveur des banques pour répondre à leurs besoins en liquidité».
«Dans le cadre de l’approfondissement des politiques d’intégration économique, la mise en œuvre des chantiers en cours s’est poursuivie. Il s’agit notamment de l’harmonisation des cadres législatifs et règlementaires des finances publics, de la consolidation du marché commun, des politiques sectorielles, du contrôle démocratique et juridictionnel, de l’implication du secteur privé, ainsi que de la revue des projets, programmes et réformes communautaires», a-t-il ajouté.
Evoquant les «autres grands chantiers», il a affirmé qu’ils «connaissent une évolution satisfaisante. Ainsi, l’exécution des projets du programme économique régional se poursuit dans les Etats membres de l’Union. Des actions en faveur de la création d’un Fonds fiduciaire multi donateurs d’appui au développement de ce programme se poursuit. Et il annonce la finalisation pour 2016».
L’Initiative régionale pour une énergie durable sur les bons rails
En ce qui concerne l’Initiative régionale pour une énergie durable (Ired), l’état d’exécution des projets financés par le fonds s’est nettement amélioré, d’après Amadou Ba. Il a souligné que la 2e phase de l’Ired a été annoncé et plusieurs actions ont été initiées pour rendre effectif le mix énergétique. Aussi, a-t-il précisé, l’Accord de partenariats économique (Ape) avec l’Union européenne (Ue) a été signé par tous les Etats membres de l’Uemoa.
Le chantier paix et sécurité satisfaisant
«Le chantier paix et sécurité a également connu une évolution satisfaisante, avec l’adoption du programme stratégique pour la paix dans l’espace Uemoa et de son plan d’actions. Pour la mise en œuvre de ses instruments, la Commission a procédé à la création de la Délégation générale à la paix et à la sécurité», a-t-il révélé.
Et au titre de la sécurité alimentaire, il a renseigné que le Programme décennal communautaire de transformation de l’agriculture pour la sécurité alimentaire et nutritionnelle couvrant la période 2016-2025 a été déployé à Niamey, en mars 2015. L’objectif est, selon lui, de réduire l’insécurité alimentaire et d’accroître les revenus des opérateurs agricoles dans les Etats membres.
Dans le cadre de l’amélioration du financement des économies de l’Union, la Banque centrale a mis en œuvre la 2e phase du processus de mise en œuvre du renforcement des capacités d’intervention des établissements de crédits. Ainsi, le capital social des banques est porté de 5 à 10 milliards et celui des établissements financiers de 1 à 3 milliards, a annoncé le président du Conseil des ministres de l’Uemoa.
Dans le cadre du renforcement de la stabilité financière dans l’Union, la Bceao travaille sur un dispositif de résolution des crises, a-t-il dit, soulignant que le secteur de la monnaie électronique qui connaît un essor dans la sous région a été règlementé pour rassurer les acteurs et les populations. Au même moment, «en matière de lutte contre la blanchissement de capitaux et le financement du terrorisme, l’Union a amélioré son dispositif en le mettant en conformité avec les standards internationaux».
La Boad dans son rôle de bras financier de l’Uemoa
La Boad a poursuivi ses activités de financement en faveur des Etats membres, a dit M. Ba, selon qui, «ses concours se sont élevés au cours des trois premiers trimestres de 2015 à 272,900 milliards de francs Cfa, dont 217 milliards sous forme de prêts à court et moyen terme. Par ailleurs, la Boad a été notée par les agences internationales Fitches et Moddy’s qui lui ont attribué des notes satisfaisantes. Soit triple B pour Fitches et BAA pour Moddy’s». Ces notes qui correspondent, respectivement, à la 2e et à la 4e meilleure note attribuée par lesdites agences pour des institutions ou Etats africains permettent à la Boad d’accéder aux marchés financiers en vue de renforcer ses concours dans le secteur marchand.
La Commission de l’Uemoa, avec l’appui de la Bceao, a signé avec la Fed et le Japon des accords pour des financements attendus, respectivement, de l’ordre de 1,2 milliard d’euros et 10,900 milliards de dollars Us, a annoncé Amadou Ba qui a indiqué que, dans le cadre de la mise en œuvre du Programme stratégique 2014-2021 du marché régional, il a été mis en place un dispositif de soutien qui permettra aux Pme-Pmi d’accéder aux crédits et aux financements bancaires. Aussi, pour ce qui est de la protection des investisseurs, deux dispositifs de sanctions pécuniaires ont été mis en place. C’est pour permettre de sanctionner les abus du marché.