Tribunal de Dakar…Une chambre criminelle peu confortable

C’est dans des conditions peu confortables que les journalistes travaillent pour la couverture médiatique des affaires jugées à la chambre criminelle du tribunal de grande instance de Dakar. Si lors des Cours d’Assises précédentes, les journalistes pouvaient disposer des ordonnances de renvoi pour la rédaction de leurs articles, ce n’est plus le cas avec la Chambre criminelle. Mieux la salle où se tiennent les audiences (Salle 2) n’est pas équipée pour que les journalistes puissent écrire avec leurs ordinateurs pendant l’audience. En plus un problème de salle se pose. Des changements de salle se font sans que les gens en soient informés. La raison est que dans la salle 2 se tiennent habituellement les audiences du tribunal civil.