Tivaouane…La police annonce : 4 accidents, 1 mort et 276 arrestations

C’est le directeur de la Sécurité publique, Abdoulaye Diop, qui a présenté le bilan sécuritaire côté Police nationale, après le Gamou. Face aux journalistes, Abdoulaye Diop a dressé un «bilan très satisfaisant» du Gamou 2015. Jusqu’au lendemain du Mouloud à 13 heures, seule une perte en vie humaine a été enregistrée par les forces de police. Il s’agit d’une petite fille de 6 ans, victime d’un accident survenu vers 6 heures du matin à hauteur du Daara moderne de Tivaouane. Sur les routes, 4 accidents corporels, avec des blessures légères et 4 autres avec des dégâts matériels ont été notés.
Au cours de ce dernier point de presse, après celui tenu par le directeur général de Police nationale, Oumar Maal, Abdoulaye Diop, a annoncé 67 nouvelles arrestations opérées le jour du Gamou et qui sont venues s’ajouter aux 209 annoncées la veille par son patron Oumar Maal. Ce qui a porté le nombre d’arrestation à 276 au total. Ceux qui ont été arrêtés l’ont été pour diverses raisons: 145 individus pour vérification d’identité, 13 pour ivresse publique manifeste, 12 pour détention et usage de chanvre indien, 3 pour détention et vente de chanvre indien et 1 pour détention d’arme à feu avec balle. En outre, les véhicules hippomobiles et les Jakarta ont subi la loi implacable des forces de sécurité. En effet, 179 calèches et charrettes et 145 motos Jakarta ont été immobilisées et mises en fourrière.
Ce bilan est le résultat d’un maillage important mis en place avec 1138 hommes à l’intérieur de la ville, un important dispositif motorisé et une collaboration avec les responsables locaux. «Les résultats, on le doit à notre dispositif, mais aussi et surtout à l’action partenariale avec les délégués de quartier et les responsables d’Asc pour élaborer la stratégie. Nous nous sommes battus pour mettre en place un système basé sur l’inclusion et l’ouverture afin d’atteindre l’amélioration des conditions de sécurité pendant ces grands évènements», a dit Abdoulaye Diop.
Ce dispositif restera en place tant qu’il y aura des pèlerins dans la cité religieuse, avec un dégraissage progressif au prorata du ratio pèlerins/forces de l’ordre. A propos du danger terroriste, le responsable de la Sécurité publique s’est félicité de l’implication des autorités religieuses dans le combat. «Nous avons heureusement des alliés de taille, les chefs religieux. Ils ont pris la question en main, ce qui constitue un rempart de taille. Si, avec eux, nous avons une détermination à la hauteur de la leur, nous pourrons les combattre», a souligné Abdoulaye Diop.