Titre du Grand Serigne de Dakar…Une usurpation

Le titre de Grand Serigne de Dakar n’existe pas et n’a pas jamais existé dans la collectivité Léboue.’’ C’est l’intime conviction du Rassemblement des lébous de la Presqu’ile du Cap Vert (Rlpc) qui réfute le titre de Grand Serigne de Dakar. C’est tout simplement de ‘’l’auto proclamation’’, nous a confié Abdourahmane Mbengue coordonnateur du Rlpc dénommé »Wenaaw Saay’’

L’homme – dont la légende dit de son arrière-grand-père qui venant à Dakar a traversé la forêt de Kagne (Allou Kagne, en wolof) où il a rencontré Kagne, un esprit surnaturel, – nous a dévoilé la ‘’vraie fausse’’ histoire du Grand Serigne de Dakar. A l’en croire, il n’y a pas de Grand Serigne de Dakar chez les Lébous. ‘’Ce titre n’existe pas et n’a pas jamais existé chez la collectivité Léboue. Ceux qui se disent Grand Serigne se sont l’autoproclamés’’, a révélé Abdourahmane Mbengue. Avant d’ajouter ceci: ‘’La collectivité Léboue a existé 2 siècles avant la création de ce titre pompeux de Grand Serigne’’, s’esclaffe-t-il, dénonçant ainsi la ‘’politisation du titre de Grand Serigne de Dakar, aux manipulations politiciennes de tous bords.’’

‘’Senghor fut le grand dislocateur de la collectivité Léboue’’

Toujours est-il que selon Mbengue les batailles politiques auxquelles le président Léopold Sedar Senghor et Lamine Guèye se sont livrées, ont installé la communauté léboue dans une division endémique. En effet, révèle-t-il, Senghor a toujours eu un contentieux avec les lébous parce qu’il n’a jamais pu gagner la mairie de Dakar où il a toujours été battu par Lamine Guèye. ‘’ Pour ça, Senghor en voulait aux Lébous’’, dit-il.

‘’Wade a bradé nos terres’’

Si le président Abdou Diouf n’a pas eu de grands problèmes avec les Lébous sauf sur certaines questions de reconnaissance, Mbengue souligne par ailleurs que Me Wade a épuisé et bradé les réserves foncières de la collectivité léboue. Il n’a pas manqué de dénoncer la politique ‘’foncivore’’ du prédécesseur de Macky qu’il accuse d’avoir accaparé toutes les terres des Lébous disponibles dans la Presqu’île du Cap-Vert. Il va citer l’expropriation foncière de la zone aéroportuaire, la foire, anciennes propriétés des populations autochtones de Yoff, Ngor Ouakam… Ainsi pour faire taire les querelles et

divisions dans la collectivité Léboue, Abdourahmane Mbengue a souligné la nécessité de fédérer les différentes collectivités de la Presqu’ile du Cap-Vert et d’installer la cohésion par la planification d’actions concertées en vue de restaurer l’image et la position du lébou dans la société sénégalaise. Pour ce faire, «Wenaay Saay» compte s’appuyer sur une démarche de proximité pour un bon maillage et une massification sans égale de toutes les forces lébous de la Presqu’île.Rewmi.com