Tata Marie veut l’émergence de l’Industrie pharmaceutique locale

Le Ministère de la Santé et de l’Action sociale organise un atelier de réflexion pour le développement de l’industrie pharmaceutique au Sénégal du lundi 25 au mercredi 27 juillet 2016 à partir de 09 heures à l’hôtel des Almadies.

Objectif : définir les axes stratégiques pour l’émergence de l’industrie pharmaceutique locale.

En Afrique, la création d’espaces communautaires garantissant la libre circulation des personnes et des biens, facilite l’accès aux médicaments. Cependant la production pharmaceutique demeure faible et sans véritables enjeux économiques pour nos régions.

Les crises sanitaires récentes, la transition épidémiologique et la lutte contre les épidémies transfrontalières imposent aux autorités des pays en voie de développement, de réfléchir sur l’accessibilité et la disponibilité des médicaments de qualité dans une logique qui intègre les inégalités existantes entre les différentes classes sociales.

La clé de voûte d’un approvisionnement régulier en médicaments de qualité et à un coût accessible demeure donc la production locale.

Le Sénégal dispose de cinq unités de fabrication de médicaments implantées depuis plusieurs décennies. Néanmoins il importe 85 à 90% de ses besoins en médicaments nécessitant un transfert de devises qui avoisine les 200.000.000 d’euros équivalent à 130 milliards de nos francs par an, les secteurs public et privé confondus. (Source ANSD)

Doté d’une position géostratégique favorable, d’une stabilité politique avérée et d’un réseau important de partenaires techniques et financiers, notre pays a le devoir de se projeter vers la promotion et le renforcement de la production pharmaceutique locale.

C’est dans ce cadre que le ministère de la Santé et de l’Action sociale, sur instruction de Mr le Président de la République  organise un atelier de réflexion sur le développement de l’industrie pharmaceutique locale.

Placée sous la présidence de Madame le Ministre de la Sante et de l’Action sociale le Prof. Awa Marie COLL SECK, l’atelier verra la participation de différentes structures et démembrements de l’Etat, des partenaires techniques et financiers mais également de la société civile.