Serigne Mbaye Thiam, l’homme qui va tuer l’école Sénégalaise…

SERIGNE MBAYE THIAM, UN ECHEC PATENT QUI PRECIPITE  L’ECOLE SENEGALAISE VERS LE CHAOS…Par Cissé Kane Ndao

« Rien n’est possible sans les hommes, mais rien n’est durable sans les institutions », a dit Jean Monnet

Serigne Mbaye Thiam devrait méditer cette pensée.

Voilà un homme qui a toujours donné l’impression d’être mesuré et juste dans ses positions. Son masque vient de tomber. Il a montré son véritable visage. C’est vrai qu’il y a été encouragé à tort ou a raison par Macky qui l’a toujours soutenu tête baissée, dans toutes les initiatives anti enseignants qu’il a lancées.

Serigne Mbaye Thiam a depuis lors élevé le mépris et l’injure envers la communauté éducative au rang de système managérial.

Il a cherché à travers un rapport de forces aussi stupide qu’inique à non seulement humilier les enseignants, mais  à les réduire au silence.

Cela n’est pas possible. On ne peut pas réussir à la tête du département de l’Education en se mettant à dos toute la communauté éducative, en ne brandissant comme bilan que quelques écoles et classes inaugurées ça et là. Sans enseignants, pas d’éducation. Sans une motivation des enseignants, et une formation de qualité, pas de performance. Sans un systéme éducatif apaisé, pas de paix sociale.

Que réclament les enseignants ?

Que l’Etat leur paye ce qu’il leur doit. Que l’Etat les rétablisse dans leurs droits. Ils sont si attachés au sort de l’Ecole qu’ils avaient accepté de négocier avec l’Etat sur les conditions de règlement de leurs droits dont il devait s’acquitter. Il a décidé librement et souverainement de signer des accords, sans un couteau sous la gorge.

L’Etat conscient de l’injustice faite aux enseignants avait même commandité une étude sur les traitements salariaux des différents corps de l’administration, pour de manière équitable en corriger les disparités.

Aujourd’hui que l’Etat a renoncé à payer à ces enseignants ce qu’il leur doit, Serigne Mbaye Thiam a décidé d’utiliser l’argument de la force pour leur imposer unilatéralement, comme s’il s’agissait d’esclaves auxquels on se sera rendu compte qu’on leur avait accordé trop de privilèges, un retour en classe et la remise forcée des notes des élèves.

Du jamais vu au Sénégal : La Police et la gendarmerie mobilisées pour forcer des enseignants à rendre des notes, et à retourner à l’école !

Des réquisitions servies à tout va ! La dernière goutte qui aura fait déborder le vase. Mais surtout qui aura consacré l’échec de Serigne Mbaye Thiam à la tête du Ministère de l’Education.

Son incompétence a atteint des proportions jamais atteintes par ses prédécesseurs : incapable d’organiser des concours d’entrée. Incapable d’exécuter un projet de l’USAID portant sur l’Education, il aura réussi la gageure de faire perdre à l’Ecole sénégalaise plus de quatre milliards. Après les coupures de salaires inopérantes, les mises en demeure inefficaces, et l’échec des réquisitions lancées contre les enseignants, il vient de boucler la boucle de son incompétence, consacrant ainsi son échec patent.

Je me serais attendu qu’il démissionne pour mettre à l’aise Monsieur le Président de la République que les enseignants représentent dignement dans les coins les plus reculés du Sénégal, car il ne fait l’ombre d’aucun doute qu’il n’est plus une solution au problème et  en constitue donc en conséquence une partie importante, tellement il aura fait l’unanimité contre lui.

Que Serigne Mbaye Thiam écoute le silence bruyant autour de lui. Il n’y a aucun parmi ses proches au ministère qui connaisse un peu la réalité de l’Education qui prenne sa défense ou tente de justifier son comportement.

C’est lui même qui est obligé de monter au front, pour se défendre  et se justifier. Il le fait tellement mal d’ailleurs que chacune de ses sorties se transforme rapidement en un soliloque injurieux contre les enseignants qu’il voue partout aux gémonies.

Cela ne cache pas son échec consacré par son incompétence, car il a voulu gérer un secteur qu’il ne connait pas, avec des méthodes inappropriées.

Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude. L’Etat a suffisamment de sous pour rétablir les enseignants dans leurs droits : il vient de verser à Bictogo 13 milliards. Les fonds communs des fonctionnaires du Ministère des finances ne tardent jamais de tomber tous les trois mois. Quand on sait à titre d’exemple qu’un simple chauffeur s’y tape chaque trimestre 1 million de francs en moyenne, soit 4 millions l’an, en plus de  son salaire, on peut mesurer la colère et la frustration des enseignants que Serigne Mbaye Thiam aura dépouillés de tout : même pour les déplacements de examens, il aura poussé sa méchanceté jusqu’à en limiter drastiquement le nombre de jours, rien que parce qu’il nourrit un profond mépris à leur encontre.

Il est temps que Macky le remercie.

Pour son propre intérêt. Mais surtout pour sauver l’Ecole sénégalaise.

Cissé Kane NDAO

Président A.DE.R