Rokhaya Daba Fall : « Je doute qu’on puisse arriver à une autosuffisance en riz »

Rokhaya Daba Fall est un Ingénieur Agronome, diplômée d’une des plus prestigieuses Faculté Agronomique, Gembloux (Belgique), et spécialisée en pédologie. Dans cet entretien accordé à Sud Quotidien, l’ancienne représentante de la Fao en Centrafrique est revenue sur la politique d’autosuffisance en riz à l’horizon 2017 que le gouvernement du Sénégal est en train de mener dans le cadre du Pse. Elle pense qu’il ne suffit pas seulement de se fixer des objectifs qui deviendraient à la longue des slogans politiques, mais d’élaborer une politique rationnelle à partir de nos ressources et de nos communautés. Mieux, elle doute qu’on puisse arriver à une autosuffisance en riz et faire accéder ce riz à tous les Sénégalais : « C’est une question à plusieurs volets. Je voudrais tout d’abord dire que l’autosuffisance en riz en 2017 est possible. Mais qu’est-ce que nous cherchons ? Des slogans, des annonces ou juste une autosuffisance ponctuelle ? Une autosuffisance à plusieurs volets, il n’y a pas seulement le fait d’arriver à avoir un niveau de production qui puisse satisfaire les besoins. L’autosuffisance ne s’arrête pas à cela. On peut arriver à produire suffisamment de riz en 2017 de façon ponctuelle en investissant comme il le faut et avoir donc les quantités qu’il faut pour assouvir les besoins. Il faut que tous les Sénégalais puissent accéder à ce riz. Et pour cela, il faut qu’il soit physiquement disponible partout au Sénégal. Ceci n’est peut-être pas un problème, mais il faudrait que financièrement qu’on puisse l’acheter. Il y a une pauvreté chronique au Sénégal et elle est structurelle dans le Sénégal. Les chiffres ne se trompent pas. On a toujours été dans le peloton des 25 ou 30 derniers pays au plan de la pauvreté. Donc mon problème est de savoir si tous les Sénégalais vont accéder à ce riz. Je doute qu’on puisse arriver à une autosuffisance en riz et faire accéder ce riz à tous les Sénégalais. »