Risques de perturbations au Lycée de Djinaky l’année prochaine, 4 salles de cours effondrées.

L’école sénégalaise ne mérite pas ça, le CEM-lycée de Djinaky non plus. Ce jeune lycée coure des risques de perturbations l’année scolaire à venir. En effet, l’établissement vient de perdre 4 de ses salles de classe construites sur fonds propres par la communauté. La pluie est passée par là et les autorités de l’établissement ainsi que les parents sont inquiets pour l’avenir de l’école dans cet établissement qui polarise plusieurs villages de la zone. En 2015, les élèves n’ont pas fait cours durant trois mois pour réclamer des salles de classe, qu’en sera-t-il en 2017 si l’établissement ne dispose plus de 4 de ses salles ? La situation est alarmante et l’inquiétude est grande. Les responsables de l’école, par la voix de Moussa Coly, surveillant trouvé sur place, lancent un appel aux autorités pour que quelque chose soit fait afin d’inviter des situations non souhaitables en plus du fait que même s’il n’y a pas de perturbations liées à la grève, le manque de salle de cours peut conduire à la réduction du temps d’apprentissage ce qui serait un gros préjudice pour les apprenants. Pourtant, malgré tout, l’établissement s’efforce à faire de bons résultats aux différents examens (BFEM et BAC). Le Président du conseil départemental de Bignona, interpelé, a annoncé des actions en direction de ce Lycée mais cela ne suffira certainement pas, il faut que l’état, à travers le ministère de l’éducation nationale intervienne de façon urgente pour sauver cette école stratégique dans le dispositif scolaire dans la commune de Djinaky.

L.BADIANE pour xibaaru.com