Rewmi prédit : « Macky Sall a signé sa défaite qui sera prononcée dès le premier tour de la présidentielle »

Communiqué de presse Rewmi Paris
Suite au reniement éhonté du Président Macky Sall sur la réduction de son mandat, Rewmi Paris comme les Sénégalais, condamne avec énergie ce manquement grave du chef de l’Etat à la parole donnée.
Ce parjure savamment orchestré avec la complicité du Conseil constitutionnel n’honore pas le Sénégal et la fonction présidentielle. La jonction inquiétante entre la Présidence de la République et le Conseil constitutionnel sur ce dossier nous inquiète sur l’indépendance de la justice de notre pays. Si Macky Sall croit qu’il a réussi à berner les Sénégalais, il se trompe lourdement. Le peuple n’est pas dupe.
Nous savions que le chef de l’APR ne voulait plus réduire son mandat. Et pour ce faire, il a utilisé le Conseil constitutionnel pour entériner une décision politique qu’il n’avait pas le courage de prendre.
Ce renoncement de Macky Sall s’explique par le fait qu’il savait, par le biais des renseignements généraux, qu’il allait perdre l’élection présidentielle de 2017 au second tour. En posant cet acte indigne qui reporte l’élection présidentielle à 2019, le président Macky Sall a signé en même temps sa défaite qui sera prononcée dès le premier tour de la prochaine présidentielle.
Non content de n’avoir pas respecté sa parole, le président provoque encore les Sénégalais en décidant, avec nos maigres ressources, d’organiser un référendum qui n’intéresse personne. C’est à croire que si M. Macky Sall n’a pas perdu la raison.
Pour ceux qui en doutaient encore, le chef de l’Etat vient pour la énième fois, de montrer au peuple qu’il n’est pas un homme de parole et n’est pas digne de confiance. En plus de ses carences qui ont plongé le Sénégal dans la pauvreté extrême, il a révélé sa vraie nature, qui est celle d’un homme de déshonneur.
C’est pourquoi nous invitons le peuple sénégalais à rester vigilant et mobiliser pour laver ce déshonneur fait au Sénégal à la face du monde. Et ce, dès le référendum du 20 mars prochain, première étape de la chute inévitable de ces incompétents qui nous gouvernent.

Fait à Paris, le 19 Février 2016