Référendum : le débat tombe bas…L’Apr verse dans une polémique vile, attaquant, accusant, calomniant et dénigrant…

Manque d’arguments ? Traumatisme cognitif ? Pressentiment d’un revers ? Délire politique ? Quel bouleversement importune donc les gens de l’Apr pour tenir, dans un élan presque grégaire, des propos injurieux aussi bas à l’endroit des contradicteurs du septennat que veut s’appliquer Macky Sall ?
Jusqu’ici, aucun d’entre eux n’a tenu une idée ou un propos convaincant articulé autour d’aperçus et de données irréfutables sur la pertinence du référendum du 20 mars et de la décision de Macky Sall de faire sept ans. Toute la communication politique menée jusqu’ici est une saturnale d’attaques singulières contre les personnes qui s’opposent au reniement de la parole de Macky Sall.
Seydou Guèye, Aminata Touré, Awa Guèye, Abdou Mbow, Thérèse Diouf Faye, Diène Farba Sarr, Me Oumar Youm, Moustapha Cissé Lô, Me Nafissatou Diop Cissé, Moustapha Diop, Mouhamadou Mountachir Niasse, El Hadji Hamidou Kassé, Mankeur Ndiaye, Moustapha Lô Diatta, entre autres, se singularisent tous par des attaques non sur les idées, mais sur les personnes.
Idrissa Seck est naturellement le leader le plus ciblé avec des propos à la limite malséants, grossiers, licencieux et véreux.
Au lieu de discuter sur l’énoncé des faits, les gens de l’Apr versent dans une polémique vile, attaquant, accusant, calomniant et dénigrant avec des propos d’une bassesse puérile devant lesquels reculerait indubitablement un enfant immature.
Or, dans un combat politique, l’opposition a le droit et le devoir de critiquer, d’attaquer, de cogner, de marteler même par des arguments dont la finalité légitime est de déstabiliser et d’affaiblir le pouvoir. Ce pouvoir a, dans cette ornière, l’obligation d’expliquer et de s’expliquer pour convaincre. Mais avec cette série de mauvaises répliques, le régime Apr se discrédite davantage, faisant tomber auprès de l’opinion publique tout ce qu’il avait conquis.
Même Macky Sall se laisse inviter dans ce débat de bas niveau en prenant pour affront, ou pour impertinence, le courage politique d’autrui.
Les gens de l’Apr ne savent pas que ce référendum peut bien être un péril politique. Les citoyens ne voteront point pour ou contre le contenu des réformes proposées. Ils voteront pour dire s’ils veulent toujours de Macky ou s’ils veulent l’alterner. Une telle virtualité impose, pour l’Apr, un débat convaincant sur la pertinence d’un septennat et sa volonté de construire un Sénégal en rupture avec les tares d’hier.
Malheureusement, les médiatisés de l’Apr choisissent la réplique réactionnaire sur fonds de nasardes et d’invectives. Mais ils se trompent. Ce serait une grosse erreur pour eux de croire que ce référendum finira par des chants et des apothéoses. Le peuple sénégalais a considérablement évolué : les arrogants l’outragent ; les hautains le révoltent ; les insulteurs à gage l’agacent.
C’est pourquoi, l’Apr a intérêt à relever le niveau du débat, à cesser les propos injurieux, à arrêter les répliques réactionnaires et à endiguer les égarés qui considèrent que le jeu politique n’est qu’une question de dénigrement.
L’Apr et ses alliés sont dans une situation délicate. C’est une évidence. C’est un délice, dans certains cas, d’être dans le camp de l’opposition, secteur de parole, de critiques et d’attaques. Mais il est pénible d’être parfois du côté du pouvoir surtout quand ses tenants règnent par la mitre et le hausse-col. La sagesse, l’éthique, le sens de la mesure, la retenue et la bonne cogitation sont, dans le contexte actuel, des valeurs qui contrastent avec un débat politicien et réactionnaire de bas niveau.
Le Piroguier de Rewmi

1 Comment

  1. Je l’ai dit, je le répète: ils ont le dos au mur. Pour le reste de leur règne, ils seront orduriers dans leur langage et très violents dans leurs gestes.

Les commentaires sont fermés.