Référendum au Sénégal : début à minuit de la campagne électorale et vote militaire

La campagne électorale pour le référendum du 20 mars portant sur 15 réformes devant être apportées à la Constitution sénégalaise débute ce samedi à partir de minuit.
Durant une semaine, les animateurs des «fronts» du Oui et du Non vont descendre sur le terrain. Toutefois, les stratégies retenues par les deux camps, ponctuées par des meetings et porte à porte, se ressemblent.

L’opposition et la société civile appellent à voter Non, arguant que le scrutin est dépourvu de sa raison d’être qui était la promesse du chef de l’Etat de réduire son mandat en cours de 7 à 5 ans.

Quoiqu’il en soit, les réformes soumises que veut apporter le pouvoir visent la modernisation du rôle des partis politiques dans le système démocratique en instituant le statut de chef de l’opposition, la participation des candidats indépendants à tous les types d’élection, la promotion de la gouvernance locale et du développement territorial par la création du Haut conseil des collectivités territoriales, l’intangibilité des dispositions relatives au mode d’élection, à la durée et au nombre de mandats consécutifs du président de la République.

Les militaires et paramilitaires sont appelés au vote ce samedi et dimanche , en même temps que les Sénégalais établis au Congo Brazzaville. Par contre, les Sénégalais vivant en Lybie et en Centrafrique ne vont pas voter pour cause d’insécurité.

Selon le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo, «tout est fin prêt pour la tenue de ce scrutin» dont le coût est estimé à près de deux milliards FCFA.