Que cherchez-vous donc, M. SY ?

M. SY, qui se targue d’avoir blanchi stoïquement sous le noble harnais du syndicalisme a tourné casaque depuis qu’il a été nommé ministre. Ce monsieur qui ne sert qu’â meubler la galerie du conseil des ministres après avoir raté tout ce qu’il a entrepris depuis qu’il occupe cette haute fonction qui lui va comme un équipement d’esquimau irait à un cousin peul au milieu du ferlo devrait s’attaquer à ses semblables, ceux qui le devancent en maitrise de la danse du ventre devant Maréme, s’il est aussi ferré à glace dans son désir irréductible de lui prouver sa reconnaissance servile.
Vous avez raison de placer MAREME sur un piédestal de déesse au point de chercher mordicus à lui plaire monsieur SY, mais votre passé de syndicaliste défenseur des intérêts matériels et moraux des travailleurs pour peu que vous en ayez souvenance aurait dû vous pousser à dire non aux desiderata de M. SYLLA, ancien vendeur de seringues dont la seule compétence est d’être ami et sous fifre de MAREME que vous servez avec décidément autant de zèle, au point de limoger un inspecteur du travail et de menacer de porter plainte contre M. SONKO.
M. SONKO a raison. Et je le soutiens de tout cœur. Nous sommes révoltés par vos propensions-vous et les autres bras cassés qui desservent un MACKY décidément entouré d’amis sots-à menacer tous les honnêtes citoyens épris de justice d’une plainte qui serait suivie d’un emprisonnement peut être, car vous copiez décidément MACKY dans tous ses travers. Vous devez certainement penser que comme vous, la Justice est aux ordres, et que nos magistrats intègres qui y sont brulent du même désir cupide de conserver leur fromage.
Ceux qui défendent la vérité et se battent pour la justice n’ont que faire de vos menaces de plaintes qui ne sont que des effets de manche stériles.
En choisissant de servir le bon vouloir du prince vous avez renoncé à ce qui restait de votre honneur. Ne poussez pas le ridicule jusqu’à espérer pouvoir le récupérer au tribunal.
Car votre juge est en vous : c’est votre conscience !
Et chaque nuit, elle doit certainement vous tenir un réquisitoire qui vous coupe le sommeil, car dans ce dossier vous savez ce que vous avez perdu, M. SY. A jamais.
Et ce que vous avez perdu est plus cher que ce que vous avez gagné, cher monsieur.
Alors, comme l’ivrogne qui cuve son ivresse dans la fange et dessoule en découvrant avec horreur le bouchon qu’il est devenu, cuvez votre ressentiment envers vous-même, et évitez de tâcher l’honnêteté incorruptible et immaculée de jeunes citoyens qui veulent changer leur pays, réhabiliter la dignité qu’il a perdue, à cause de gens comme vous.
Monsieur SONKO, vous ne marcherez jamais seul dans votre combat !
Cissé Kane NDAO
Président de l’Alliance Démocratique pour la République
A.DE.R.