PROCES HABRE : Le Ministre de la Justice du Sénégal menace Idriss Deby

Invité de l’émission « Grand Oral » à la radio «Rewmi Fm», le Ministre de la Justice Me Sidiki KABA a relaté le cas du président Tchadien Idriss Déby dans le procès d’Hissein HABRE. Sans ambages et avec des arguments précis, il a confirmé les dires de Reed Brody qui a annoncé la possibilité de poursuivre le président Deby.
«Quand on dit qu’on ne voudrait pas que le Président Idriss Deby ne comparaisse pas mais, l’acte de juger, c’est ceux qui poursuivent. Ils ont poursuivi les personnes concernées, dont Hissène Habré. Si des poursuites pourraient être exercées contre Idriss Deby, ce n’est pas le Sénégal, ni sa justice qui l’éviterait » a déclaré le Ministre de la Justice qui semble faire un appel du pied aux Chambres Africaines pour qu’elles prennent ses responsabilités devant le cas Déby.
A en croire le Ministre Me Sidiki KABA, «la Justice internationale ne juge que les plus hauts responsables et non ceux que vous appelez, en langage commun, le menu fretin ou les acteurs intermédiaires ». Il poursuit en déclarant que «ce sont les chefs d’Etat, les chefs d’Etat major, d’armées, les ministres, etc ».
Le Ministre sénégalais semble répondre au ministre de la Communication du Tchad M Hassan sylla Bakary qui avait récemment déclaré que le président Déby était juste le Chef d ‘ÉTAT Major des Forces Armées entre 1982 et 1990. Ce n’est vraiment pas un hasard si Sidiki Kaba a cité les Chef d’Etat-major comme faisant partie des personnes à poursuivre par les Chambres.
Le ministre de la Justice du Sénégal qui rappelle l’article 10 des Statuts des Chambres, a soutenu «qu’on ne peut pas juger tout le monde, mais ceux qui ont planifié, ceux qui ont exécuté cette planification, cette perpétration du crime, on en a retenu 22 ».
Et comme pour avertir le président Déby, Me KABA dira : «Nous ne protégeons personne. Ceux qui sont confrontés à la justice internationale, parce qu’ils ont commis des crimes, ceux là peuvent être rattrapés par le temps. Qui que vous soyez, que vous soyez en exercice et que vous ayez une immunité, soyez certain que le temps de la justice est long, mais il arrive.»