Procès Habré : Audition des experts argentins….Aucune précision sur les types d’armes.

Les experts se sont heurtés à plusieurs équations dans l’analyse des cartouches et des types d’armes utilisés. Ils n’ont pas réussi à déterminer les types d’armes qu’utilisaient les Forces Armées Tchadiennes sous le règne du président HABRE. En outre, s’ils avaient réussi à donner des informations précises sur les types d’armes utilisées par l’armée Tchadienne, l’armée Libyenne, Soudanaise, Française et les autres mouvements rebelles, cela permettrait de dire avec exactitude les groupes de combattant qui détenaient ces armes. Le manque d’information sur la nature des armes laissent un goût d’inachevé dans l’expertise. En plus, dans les débats, les avocats des deux parties étaient excédés par les exposés hermétiques et trop techniques des experts. Ce qui a fait que les questions n’ont pas été nombreuses. Ni le Parquet ni les Juges n’ont pu poser des questions pertinentes du fait de la complexité du langage scientifique des experts.
LES EXPERTS DEMENTENT LA TORTURE ET NE PROCÈDENT PAS A LA DATATION DES OSSEMENTS.
A la surprise générale, tous les experts ont démenti l’existence de signe de torture sur les corps des cadavres. «Nous n’avons vu aucun signe évocateur de torture avant leur décès» a déclaré l’expert qui a créé un climat glacial dans la salle d’audience puis que le président HABRE est aussi poursuivi pour torture. Qu’en sera-t-il maintenant du délit de torture puisque les experts l’ont totalement rejeté ? Mieux encore, les experts ont été clairs. Les analyses effectuées ne permettent de définir la date exacte de la mort de ces personnes. «Nous n’avons aucun moyen de déterminer la date de la mort » a soutenu Mme Claudia Bisso. Cela veut dire que ces ossements découverts pourraient être enterrés durant la guerre entre le Tchad et la Libye, pendant les exécutions sommaires du régime de François Tombalbaye entre 1960 et 1975 ou sous le règne de DEBY.
Il est curieux que les experts n’aient pas procédé à la datation des ossements, chose pratiquée régulièrement en archéologie et en anthropologie . dès qu’on a découvert quelque part des ossements millénaires, on a annoncé leur datation, Lucie, Abel,Toumaï . Le grand savant sénégalais Cheikh Anta Diop a découvert le carbone 14 qui permet justement cette datation.
Il est impossible compte tenu de l’enjeu de la question de la datation dans cette procédure que cette analyse n’ait pas été faite. On peut soupçonner des résultats négatifs et donc on a choisi l’option de ne pas en parler. Ou de manière plus pernicieuse: l’option demandée était de ne pas demander une datation et d’exploiter et de procéder à une mise en scène des ossements.
L’absence d’une contre-expertise ou d’une analyse critique faite par des experts est l’une des questions centrales dans ce procès.