PPAAO : Les pays membres invités à s’inspirer du modèle sénégalais

L’Unité sénégalaise de coordination du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) est en train de jouer sa partition dans la reconstitution du capital semencier au Sénégal. En 2014, 18.450 tonnes de semences certifiées ont été mis à la disposition des producteurs en sus des efforts fournis dans la panification et la formation.
En passant à revue les résultats du Programme de productivité agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), des acteurs du monde rural ouest africain ont invité les Etats bénéficiaires de ce programme de s’inspirer du modèle sénégalais dans la mise en œuvre des activités. Sur nombre de projets, les résultats engrangés par notre pays ont été portés en exemple. C’est le cas de la génération de nouvelles technologies dans le domaine des céréales sèches. En effet, selon les résultats présentés à l’occasion de la foire des technologies en Afrique de l’Ouest, le programme a contribué à la production de 18.450 tonnes de semences, toutes composantes confondues, en 2014 au Sénégal. Notre pays, à l’instar des deux autres retenus dans la première phase du PPAAO/WAAPP (Le Mali et le Ghana) a dès le début des activités mis un accent particulier dans la génération et la production à grande échelle de nouvelles variétés de semences certifiées. Pour l’arachide par exemple, bien qu’étant retenue comme une culture associée dans la mise en œuvre du programme au Sénégal, les chiffres rendus publics par la responsable du Suivi-évaluation du PPAAO au Sénégal, Rouguiyatou Diagne Ndir, font état d’un important acquis dans ce domaine. On parle de 13.112 tonnes de semences certifiées d’arachide mises à la disposition des producteurs en 2014. La responsable du suivi-évaluation du PPAAO/WAAPP Sénégal, indique également que 1563 tonnes de maïs et 602 tonnes de mil ont produites dans le cadre de ce programme régional qui concerne aujourd’hui 13 pays de la CEDEAO compte non tenu de la République Cabo Verde qui vient de faire son entrée dans le programme. On peut mettre aussi à l’actif du PPAAO/Sénégal, les 291 tonnes de semences de niébé fournies aux producteurs durant cette année. Selon la coordonnatrice du Programme au Sénégal, Mariétou Diawara, le programme compte poursuivre dans cette dynamique en mettant l’accent sur la diffusion à grande échelle des technologies générées. L’objectif à terme étant de contribuer à accroître la productivité agricole dans les principales filières retenues pour le compte du Sénégal. Ces résultats ont valu au Sénégal, un réel motif de satisfaction de la part des autres acteurs de la région ouest africaine. Interrogé sur la question, le chargé du Programme au régional, le Dr Niéyidouba Lamien, estime que par rapport aux résultats globaux acquis dans ce programme, le Sénégal est une référence. Pour illustrer son propos, il cite entre autres, les performances réalisées par le Centre National de Spécialisation (CNS) du Sénégal en termes de génération de technologies et de formation des chercheurs. « Nous recommandons aux autres de venir s’inspirer de ce qui se fait au Sénégal à ce propos », a déclaré le Dr Lamien. La panification des céréales locales dans la fabrication du pain composite, la création de la plateforme multi acteurs qui a accompagné le processus avec les boulangers, le financement des projets à travers la création de deux fonds, le Fonds national de recherche agricole et agro-alimentaire (FNRAA) et le Fonds national de développement agro-sylvo-pastoral (FNDAPS) ont été aussi des motifs de satisfaction pour le responsable régional du Ppaao/Waapp. Ils invitent les Etats, notamment ceux qui viennent d’entamer la seconde phase du programme à s’inspirer du modèle sénégalais.