POURQUOI CET ACHARNEMENT SUR SONATEL-ORANGE ?

Depuis quelques semaines nous assistons à un ce qui pourrait être qualifié d’acharnement sur l’opérateur historique de notre pays, la SONATEL.
En effet, un groupe d’internautes a APPELE UN SIT IN AU BOYCOTT DE ORANGE LE 01er OCTOBRE.
Ceci appelle de notre part un certain nombre d’interrogations.
Les 2 autres opérateurs (TIGO, EXPRESSO) ont-ils un meilleur réseau que Orange ? Assurément NON. Les plaintes clients, on en trouve chez tous les opérateurs. L’on peut dès lors se poser la question de savoir pourquoi boycotter Orange et pas TIGO ou EXPRESSO. Mieux, avec l’avènement de la portabilité depuis le 01er Septembre 2015, tout client non satisfait par un opérateur peut se faire porter gratuitement chez un autre opérateur. Les « boycotteurs » de Orange du 01ER Octobre, plutôt que de dépenser tout cet énergie et probablement de l’argent , ne devraient- ils pas tout bonnement et simplement changer d’opérateur.
Les initiateurs de ce boycott ont-ils saisi la Sonatel ?Ont-ils saisi les Associations de consommateurs porte- voix de tous les Clients ? Visiblement NON vu le silence aussi bien de la Sonatel que ces dites associations qui ne se sont pas prononcés sur cette affaire. Du côté de la Sonatel, la Direction confirme d’ailleurs (d’après le Journal de RFM de 12h du 01er Octobre) n’avoir pas été saisi et que la journée du 01 er Octobre a été une journée calme au siège de la dite entreprise sur la VDN (point de sit’in comme initialement annoncé) et aucun impact sur le Chiffres d’Affaires , ce qui montre que cet appel a été un ECHEC..
Y-a-t-il de la manipulation ?
Il y a lieu de recommander à Monsieur Badara Diouck qui se présente comme le coordonnateur de ce mouvement sur les réseaux sociaux d’aller à la rencontre de la Sonatel pour se plaindre plutôt que cette démarche à tout le moins curieuse.
Si Monsieur Diouck et compagnie refusent de rencontrer Orange ou même s’appuyer sur les associations de consommateurs, le doute sera alors permis sur la bonne foi de ces manifestants « virtuels »
L’Etat est interpellé car l’heure est à l’émergence et les télécoms et de manière générale les TIC doivent en être les fers de lance.
Le Sénégal mérite une concurrence saine et loyale dans le secteur des TIC et nul ne doit accepter un acharnement sur l’un des fleurons de notre économie et qui a encore un grand rôle à jouer pour le développement des télécommunications de notre pays au même titre que tous les acteurs.
Oui , la SONATEL doit être au TOP au niveau de sa qualité de service , ses produits, ses tarifs mais cela incombe à tous les opérateurs.
Il faut donc encourager le dialogue et les échanges entre consommateurs et les opérateurs et arrêter cet acharnement sur le seul opérateur Telco Sénégalais de notre pays.

Ibrahima Sylla
Ingénieur des télécoms à la retraite