Plus de 20 blessés dans les affrontements à Conakry

Au moins une vingtaine de personnes ont été blessées lundi à Conakry lors d’affrontements entre manifestants et forces de l’ordre guinéennes déployées en masse dans la capitale pour empêcher une nouvelle mobilisation nationale de l’opposition contre le calendrier électoral. Selon le site du journal Jeune Afrique qui donne l’information, le gouvernement du président Alpha Condé a annoncé un bilan de 29 arrestations, 10 gendarmes et deux policiers blessés, outre deux civils dans des accidents de la circulation, provoqués, d’après lui, par l’huile répandue sur la chaussée par les protestataires. « Quelques actes de violence et de vandalisme isolés ont éclaté au cours de ces manifestations », dont certaines n’avaient pas fait l’objet d’une autorisation, a déploré le gouvernement, assurant que le calme était revenu à 18h00 (locales et GMT). « L’opposition a enregistré 26 blessés dont une dizaine par balles », y compris un adolescent grièvement touché, a affirmé à l’AFP son porte-parole adjoint, Mamadou Mouctar Diallo. Il a accusé des membres des forces de l’ordre d’être entrés dans des domiciles privés pour « piller et jeter du gaz lacrymogène ».