PLADH : « Non au projet d’exécution de Habré, Halte à l’impérialisme judiciaire »

Au lendemain de son élection, le président de la République du Sénégal Macky SALL a pris l’engagement devant les média français de juger l’ancien président Tchadien Hissein Habré. Ainsi, mandat a été donné à l’Union Africaine de mettre en place les Chambres Africaines Extraordinaires (CAE). Dans ce processus, la Plateforme Africaine pour le Développement et les Droits Humains (PLADH) avait noté la violation de la Constitution sénégalaise, la saisine de l’Assemblée Nationale et la réforme du Code pénal uniquement pour juger une personne. Or la loi doit être impersonnelle et non rétroactive. Tous ces principes de droit ont été violés uniquement pour organiser ce procès.
Hissein Habré est poursuivi pour crime de guerre et crime contre l’humanité avec plus de 40.000 victimes. Comment peut-il être l’unique responsable de ces victimes si elles sont avérées ? Le Tchad a refusé de mettre à la disposition des CAE les supposés complices d’Habré. Le président Idriss DEBY cité parmi les responsables refuse de venir comparaitre à Dakar. Pire encore, il a mis sa main à la poche pour financer le procès à hauteur de plus de 4 milliards de FCFA. Cet argent servira à payer les salaires des Juges qui devaient le juger.
En plus, au vu du déroulement de l’enquête et de la position « ambiguë » du procureur des Chambres africaines, il ne peut pas y avoir de procès équitable. Les enquêtes des Juges d’instruction ont été menées dans un pays où le président Habré est condamné à mort. En outre, l’article 10 des Chambres africaines a été bafoué pour protéger le bailleur des CAE Idriss DEBY.
La PLADH, l’opinion nationale et internationale ont remarqué, avec effarement, les innombrables violations des droits de la défense. Nous assistons à la défaite du Droit face à la politique de l’arbitraire, à une tentative d’exécution d’un africain debout qui a osé dire «NON » à l’Occident. Habré a empêché à la France de François Mitterand et à la Libye de Khaddafi, d’annexer le Nord du Tchad riche en matière première. Il a chassé les compagnies pétrolières françaises du Tchad et a battu la puissance armée libyenne.
La PLADH demande au peuple Africain de rester debout pour la victoire de la justice du peuple Africain et non celle de nos dirigeants bras armés de l’Occident, qui utilisent nos Etats, nos Institutions judiciaires pour faire taire un «résistant africain » comme Habré. Le peuple africain est fier de Habré ce nationaliste qui n’a jamais vendu son pays à la France.
La PLADH interpelle le Chef de l’Etat Macky Sall qui sera responsable de tout ce qui arrivera à Habré. Car nous constatons que le président est laissé à lui-même et sa situation sanitaire est dégradante. Sa vie est en danger à cause d’un malaise cardiaque.
La PLADH invite le président Macky SALL à respecter le droit d’asile du président HABRE comme il l’a accordé à Amadou Toumani TOURE qu’il protège.
La Pladh va tenir un point de presse pour dénoncer ce projet d’exécution de Habré, et dire non à l’impérialisme judiciaire. Une marche nationale est aussi prévue.
Plateforme Africaine pour le Développement et les
Droits Humains (PLADH)
Le Président Sambou BIAGUI