Pape Maël Diop doit plus d’un milliard aux travailleurs d’ABS…Il refuse de payer

Halte à l’hypocrisie des ADS
Les travailleurs de Aéroport Bus Services n’en peuvent plus de souffrir le martyre du fait du comportement pernicieux du Directeur Général des ADS (Pape Maël DIOP) qui non content d’avoir mis en quasi faillite les Aéroports du Sénégal refuse toujours de payer à ABS l’argent du depuis Mai 2014 un milliard seize millions neufs cent soixante-dix-neuf mille cent soixante un (1.016.979.161 FCFA)
Le prétexte fourni, on n’a pas de contrat avec ABS bien que le service soit fourni quotidiennement sur le tarmac de l’aéroport au vu et au su de tout le monde ! la politique de la terre brulée afin d’étouffer ABS en ne payant les sommes dues et inciter les travailleurs à la lassitude ne peut pas prospérer. Malheureusement à chaque changement de Ministre c’est le même processus on ne paye pas ABS, on n’a pas de contrat mais le service on l’utilise jusqu’à la fin du procès des biens supposés mal acquis pour ensuite les virer et faire venir SENECARTOURS ce qui risque d’être pathétique car il vas falloir passer sur nos cadavres avec l’aide de nos camarades du SUTTAAAS. Les travailleurs ne sont pas payés, les bus ont des problèmes de carburant du seul fait des Aéroports du Sénégal. Malgré toutes les alertes, la Directions des ADS fait la sourde oreille, la CREI est ignorée, la morale bafouée, l’autorité Snobée.
Si des lobbys politicien arrivent à soutenir pape Maël DIOP, notre foi, notre détermination et la mobilisation des travailleurs du secteur feront face à ces lobbys OH ! Combien éphémère. Arrêtons de poser des actes qu’on reprochait à l’ancien régime.
Dès la semaine prochaine un plan d’action sera déroulé pour le respect de nos droits.
Patriotes nous sommes
Professionnels nous sommes
Poltrons nous ignorons.
Si l’aéroport doit connaitre ses premiers cas extrêmes c’est le moment avec cette épisode que la plus haute autorité de ce pays doit régler afin d’éviter l’irréparable à savoir un aéroport agonisant dans les méandres de l’instabilité dans l’attente du mot d’ordre de notre organisation syndicale SUTTAAAS. Cette déclaration et le port de brassards rouges sont les premiers jalons de notre combat.
Les travailleurs de ABS